Elections départementales Hérault Canton 24 Saint-Pons de Thomières.

0

Pour ces prochaines élections départementales  des 22 et 29 Mars 2015, les  » maitres-queue » , retenus dans ce canton 24 de Saint-Pons de Thomières, sont-ils  les plus « toqués » alors que,  justement les « retoqués » de l’investiture affûtent encore leurs couteaux ?
La réforme territoriale à profondément  bouleversé les limites des nouveaux cantons, mais surtout intimement chamboulé  bien des « tétaïres »  de cette Vème République agonisante. Bien des sortants  ne pouvant pas se représenter faute de diminution des « places », une cuisine électorale parfois répugnante émane des arrières boutiques  du clientélisme pour obtenir l’investiture de leurs états-majors respectifs.

Voilà donc que le canton 24 de Saint-Pons de Thomières compte pas moins de 59 villages pour une population totale de 33642 habitants (chiffres 2011).

Elections départementales 2015, Carte  cantons de l'Hérault , Canton  24 Saint-Pons  de Thomières

Carte 25 Cantons de l’Hérault Canton 24 Saint-Pons de Thomières . (cliquer pour agrandir)

59  Villages dont le plus grand est Capestang avec ses 3075 habitants.  Saint-Pons de Thomières avec ses  2061 âmes n’ arrive qu’en 4ème position après Puisserguier  (2881 hab.), Cessenon-sur-Orb (2098).
Rien que les 5 communes de l’ancien canton de Capestang ( avec Creissan, Cruzy, Puisserguier et Quarante)  représente avec plus de 10.000 habitants environ  1/3  de la population du canton 24 de Saint-Pons de Thomières.
Autant dire  qu’il s’agit là d’un canton vraiment rural très étalé géographiquement où la défense  du service public va revêtir un caractère très singulier  et donc une attention particulière du binôme qui sera élu en  mars prochain, sur le canton 24 de Saint-Pons de Thomières.
Défendre  cette ruralité , c’est défendre les services publics : écoles, transport, santé, routes, la poste, etc.  mais c’est aussi défendre  le patrimoine humain de ce canton, ô combien rural, qui désire vivre en harmonie avec son patrimoine environnemental !
N’est-il pas dès lors « Juste » de se poser la question :

QUID des acteurs  en présence  ?

Passage en revue :

Les candidats à l’élection départementale du canton 24 de Saint-Pons de Thomières.

La réforme territoriale impose une professionnalisation certaine, exit donc les candidatures  isolées des partis. « L’amateurisme » pour une telle campagne électorale n’est plus de mise.

Le canton n° 24 de Saint-Pons de Thomières comprend les communes suivantes :

Agel, Aigne, Aigues-Vives, Assignan, Azillanet, Babeau-Bouldoux, Beaufort, Berlou, Boisset, Cambon-et-Salvergues, Capestang, Cassagnoles, Castanet-le-Haut, La Caunette, Cazedarnes, Cébazan, Cessenon-sur-Orb, Cesseras, Colombières-sur-Orb, Courniou, Creissan, Cruzy, Félines-Minervois, Ferrals-les-Montagnes, Ferrières-Poussarou, Fraisse-sur-Agout, La Livinière, Minerve, Mons, Montels, Montouliers, Olargues, Olonzac, Oupia, Pardailhan, Pierrerue, Poilhes, Prades-sur-Vernazobre, Prémian, Puisserguier, Quarante, Rieussec, Riols, Roquebrun, Rosis, Saint-Chinian, Saint-Etienne-d’Albagnan, Saint-Jean-de-Minervois, Saint-Julien, Saint-Martin-de-l’Arçon, Saint-Pons-de-Thomières, Saint-Vincent-d’Olargues, La Salvetat sur Agout, Siran, Le Soulié, Vélieux, Verreries-de-Moussans, Vieussan, Villespassans.

Foire aux cochons

dans La loi Macron, c’est comme le dans le cochon, tout est bon !

Le bureau centralisateur de ce canton est le bureau centralisateur de la commune de Saint-Pons de Thomières., commune bien connue pour sa  célèbre  fête de la châtaigne et sa non moins renommée fête du cochon.

Le Front National.

Pas de nom, pas de visage, pas un mot tant il me parait aberrant  qu’en ce début de XXI ème siècle, tant de nos concitoyens peuvent se (re)tourner vers une idéologie qui fut autant dangereuse pour la démocratie que mortifères pour l’Humanité dans la  première moitié du XX ème siècle et qui a perduré pour certains pays européens jusque dans les  années 1970.
Aurait-on déjà oublié l’Espagne franquiste jusqu’en 1975,  la révolution des œillets au Portugal, nom donné aux événements d’avril 1974 qui ont entraîné la chute de la dictature salazariste qui dominait le Portugal depuis 1933  ou encore la Grèce  et la dictature des colonels jusqu’au 29 juillet 1974  ?
A ce sujet, il serait bon et instructif de rediffuser le film de Costa-Gavras « Z » .
ZÊTA grec  signifie  » IL VIT  » .
La démocratie aussi doit VIVRE !

Ainsi, la dangereuse division de l’Europe  en deux mondes politiquement hétérogènes semble en voie de liquidation (…) La démocratisation du Portugal, de la Grèce et éventuellement de l’Espagne, représentera surtout une amélioration morale essentielle et mettra un terme à l’intolérable contradiction que l’existence de régimes dictatoriaux dans ces pays constituait pour les finalités même de nos sociétés.
L’Express (France), 29 juillet au 4 août 1974 p. 43.

Voter est un acte citoyen majeur dont  nombre d’électeurs doivent prendre conscience avec gravité lorsqu’ils accompliront leurs devoirs civiques les 22 et 29 mars prochains.

l’ UMP emprunte le sinueux et tordu chemin des ânes.

Saint-Chini-âne

Saint-Chini-âne

Sûrement que la droite la plus bête de France se situe dans le département de l’ Hérault , dans ce canton 24 de Saint-Pons de Thomières. La tambouille électorale mijotée dans l’arrière cuisine de cette famille politique là,  est particulièrement nauséabonde car révélatrice  d’un  manque de franchise et d’un arrivisme absolu dans les rapports humains qu’ils entretiennent.
Cette histoire  inévitablement,  amène à penser que décidément l’ UMP bitteroise aime  le socialiste Kléber Mesquida. Il s’agit sûrement  là, d’une sorte de dette électorale ancienne que veut rembourser l’ UMP  à celui qui aurait favorisé l’élection du sénateur Couderc Raymond en 2008, pour présenter  un tel binôme constitué d’un jeune loup adjoint  et d’une vénérable – Maire grand  d’un petit village pour aller  travestir notre Marianne Républicaine en petit chaperon décoloré !
Jugez-en  au travers  de cette   petite, basse et véridique histoire de manœuvres politiciennes !

Il était une fois (mais  pas qu’une ….) un département Français, Hérault,  qui avait une majorité  socialiste de 46 conseillers généraux sur 49 sortants et donc seulement 3 non-inscrits ou divers droites.
Un de  ces 3, est un conseiller général sortant non-inscrit du nouveau canton 24 de Saint-Pons de Thomières. Ceci n’échappa pas à la sagacité intéressée de l’ UMP  qui lui dépêcha, trois mois durant,  sa responsable locale aux élections   pour que cet élu soit le candidat de toute la droite pour les prochaines élections départementales des 22 et 29 Mars 2015 sur le canton 24 de Saint-Pons de Thomières.
tract candature carabelli-séjean / HanriotAprès plusieurs visites et autres harcèlements téléphoniques pour que l’élu en question  dise « OUI », ce fut le black-out total. Autant il fût caressé un certain temps dans le sens du poil, autant il fût méprisé  et ignoré pour enfin apprendre par la bande que l’UMP présentait comme candidat, Hanriot Patrice,  tout jeune (loup) élu conseiller municipal en mars 2014 et adjoint actuel du maire de Saint-Chinian, Monsieur Enjalbert qui se retrouve être son suppléant. Il  faudrait qu’une bonne âme bien charitable aille dire à ces Messieurs  que le canton de Saint-Chinian n’existe plus, et  que le couple adjoint/maire/adjoint d’une même et seule commune apparaît donc bien sectaire, petit et limité;
Comme candidate la mairesse de  Poilhes  commune de 560 âmes et avec , comme suppléante, la  fameuse  responsable  de l’UMP, Madame Régine Foxonet,  celle qui, précisément a « oublié » au bord du talus l’ unique conseiller général sortant non inscrit  de ce canton 24, pensant sûrement qu’il y resterai.
Ajoutons à cela que le Maire  de la Salvetat sur Agout (divers droites) et son adjointe, commune où  réside la candidate-suppléante, ont refusé de partir  sur une liste UMP, justement pour ne pas  faire du tord au candidat socialiste Kléber Mesquida,  ceci amène encore à penser  que la dérive social-démocrate de Kléber  est bien avancée chez Mesquida pour anticiper, avant l’heure, un front républicain   Mesquida / UMP  en vue du second tour des élections départementales de Mars prochain; ce qui serait bien sûr profitable au candidat conseiller  général sortant !

Kléber Mesquida en visite de courtoisie à La Salvetat sur Agout.

Kléber Mesquida en visite de courtoisie auprès de la Municipalité de La Salvetat sur Agout.

Département Hérault / canton 24. Le « cas  social » Gérard Marcouïre ?

Qui est  ce conseiller général non inscrit dont l’ UMP s’est en quelque sorte moquée ?

Je suis donc allé à la rencontre de Gérard Marcouïre, Maire d’Olonzac, président de la Communauté des communes du Minervois et conseiller général sortant du canton d’Olonzac dissout comme celui,  entre autres de la Salvetat-sur-Agout, dans le canton 24 de Saint-Pons de Thomières.
J’ai découvert  de prime abord un homme ouvert qui a tout de suite accepté le dialogue tout en sachant que j’étais le rédacteur de la lettre Panache-Salvetois et  que je soutenais les candidats  de la gauche radicale. Un homme ouvert, mais blessé  par le comportement  de cette UMP sectaire  à son égard. Pour ces gens-là,  avant de regarder vos compétences , ils vous demandent  votre carte du parti…. Et de cela Marcouïre le divers droites  non inscrit n’en veut pas.

Mais pouvait-il  en être autrement ?
NON, s’il l’on se réfère à quelques points abordés  au fil de notre conversation  :

  • Brillamment réélu avec plus de 65 pour cent des voix.
  • Retour de la « compétence de l’eau » en régie municipale réalisant ainsi une économie pour sa commune d’environ 30 pour cent.
  • Mise en place  de la redevance incitative pour les ordures ménagères ( alors que la CCMHL par exemple en est encore  au stade des disputes inter-communautaires).
  • Annonce d’un référendum local sur la réforme territoriale concernant l’extension  de sa communauté des communes du Minervois.
    Monsieur Francis Cros , président de la CCMHL à la Salvetat sur Agout  devrait  prendre des petites graines de « démocratus errare » car  La Communauté des communes Causses-Minervois  ayant la possibilité de  s’étendre vers l’Aude ou le  Saint-Ponais  tout comme la Salvetat-sur-Agout  avait la possibilité  de rejoindre le Tarn ou  le Vignoble, la date butoir pour les P.E.T.R. est 2017, Marcouïre pense qu’il est légitime  de prendre le temps  d’en discuter avec tous les élus et surtout de bien  informer la population sur les enjeux de cette extension)

logo de la mairie d' OlonzacUn homme meurtri mais qui a du tempérament.
Direct et franc, subodore-t-il  que l’UMP locale ne veut pas d’un candidat  qui ferait trop de tord  au candidat PS,  Kléber Mesquida,  d’aussi bonnes relations devant perdurer ?
Pour plusieurs raisons, Marcouïre pense  que oui !

  1. IL est l’unique sortant et rival le plus sérieux  face à Mesquida qui craint d’être exclu  du front républicain qui se créerait  inévitablement au second tour  si par malheur le FN arrivait  en tête le soir du premier tour le 22 mars 2015.
    Avec l’ UMP sectaire, circonscrite et limitée (géographiquement et intellectuellement parlant), peu de chance de voler la vedette à Mesquida, avec Marcouïre, c’était prendre le risque d’une exclusion de Mesquida pour cause d’union sacrée au second tour des élections départementales des 22 et 29 mars 2015.
  2. Pour Marcouïre, sa faiblesse ? une force ! Pas encarté , il n’est aucunement soumis au diktat de cette  droite ringarde et de plus ses relations avec  le candidat PS ne souffrent d’aucun quiproquo : c’est un opposant à  avec lequel il ne partage pas les mêmes valeurs sur le rôle d’un élu local dit de proximité , tant dans les relations à entretenir avec les administrés,  que dans  l’information distillée aux concitoyens.
    En quelques sortes, une dénonciation, en bonne et due forme, du clientélisme mesquidien !

Ainsi, l’ UMP pensait  avoir débarrassé, celui qui est aussi le député de la circonscription, Kléber Mesquida, en éjectant  des prochaines élections départementales le cas social Gérard Marcouïre.
C’était encore là  se tromper dans l’ analyse, au PS comme à l’ UMP.

ILS ne pensaient pas  que le « cas se rebiffe »

Lors de notre première entrevue, Gérard Marcouïre, m’avait informé de son intention de se porter candidat  sous couvert de ne pas  en faire état publiquement. Puis des bruits ont couru  dans les états-majors départementaux  tant aux PS qu’à l’ UMP, que jamais Marcouïre irait jusqu’au bout de ses intentions.

Marcouïre  c’est  un peu l’ histoire du  « coup de pied de l’ âne »  si cher à Hanriot  et un peu l’histoire de  « la mule du pape »  faîte justement au pape Mesquida » !
Petit roque sur sa droite, grand roque sur sa gauche, ! Ce joueur d’échec   retournera–il la situation en sa faveur ?
En tout cas,  il se positionne pour l’attaque électorale  de Mars prochain en présentant  son binôme  et les suppléants :

Gérard Marcouïre  candidat  divers droite départementale 2015

Gérard Marcouïre
-divers droite-

 

Candidat :     Marcouïre Gérard.
Maire d’Olonzac et Conseiller général sortant.
Suppléant :   Azaïs  Robert.
Maire de Saint-Julien d’Olargues.
Candidate :   Madame  Khalkhal Danielle.
Saint-Pons de Thomières – Viticultrice
Suppléante : Madame Pech  Véronique.
Capestang – Enseignement.

Le PS : accouchement aux forceps de la candidature « Kléber Mesquida »

Pour la petite histoire, il faut rappeler  quelques  faits anciens pour bien comprendre  les relations internes  qui existent entre  le canton de Capestang et Kléber Mesquida depuis l’ époque  où, Maire de Creissan,  Mesquida voyant son  ascension politique bloquée  par l’omniprésence du député-maire  de Capestang et  conseiller général du canton; Monsieur Bernard  Nayral  ne lui servirait jamais d’ascenseur social dans sa carrière politique, Mesquida préféra partir à l’assaut de la commune de Saint-Pons et de son canton… par la suite , alternances politiques et redécoupages  des circonscriptions aidant, il vécut comme une revanche personnelle envers la section socialiste de Capestang, son accession à la députation, homme fort du département de Hérault devenu aussi vice-président du conseil général chargé des routes auprès de Vézinet, Il n’a jamais jeté sa rancune  anti-capestanaise à la rivière.

On comprend mieux dès lors la lettre ouverte à Mesquida qui a circulé dans toutes les mairies  du nouveau canton 24, lettre émanant  de militants socialistes  implorant Mesquida de ne pas se représenter pour différentes raisons….. et se terminant ainsi :

Il existe au PS (à Puisserguier bien sûr, mais pas seulement) des femmes et des hommes de qualité comme toi – mais sans ton bilan désastreux tu en conviendras – pour se présenter en incarnant des valeurs que toi, Kléber Mesquida, pouvais défendre encore jusqu’au triste printemps dernier. En dépit de tes discours sur ton action entre les deux tours des municipales de Saint-Pons afin de te faire remonter la pente, ton échec, net et sans bavure, signe ta fin politique. Tu nous en vois navrés, mais soit raisonnable, pour une fois : pour le parti, pour que le canton reste à gauche, avec tout notre respect de militants socialistes, frondeurs à jour de cotisation… et militants de terrain. Par pitié, ne te représente pas !

Kléber  bien aimé  d’une partie de la  droite et Honni par une bonne partie de ses camarades  socialistes est l’ archétype du « Tétaïre » républicain qu’a engendré la Vème république : Un  cumulard aux multiples casquettes, doublé d’un fin renard politique ,  à  tel point que la longévité de sa carrière en devient indécente pour ses camarades au regard de ces derniers résultats électoraux.
Kléber désavoué par une partie de sa famille politique, jusqu’au dernier moment, le nom de son suppléant à été « réservé »… ;  le socialiste Jean-Noël Badénas, maire de Puisserguier et conseiller général sortant du canton  de Capestang, s’est longtemps fait tirer l’oreille pour être le suppléant de Kleber Mesquida lors de ces prochaines élections départementales  du canton 24  de Saint-Pons de Thomières.

Dans la saga socialiste  de « je t’aime moi non plus », Francis Cros, autre conseiller général socialiste  sortant qui prétend   à chacune  de ses déclarations  publiques ne pas avoir été intéressé par ces élections départementales et préférant annoncer  se porter candidat pour les prochaines élections régionales de fin 2015, oui Francis Cros a démarché le frais émoulu jeune maire socialiste  de Capestang depuis  Mars dernier  pour qu’il forme avec lui  le ticket socialiste (candidat/suppléant)  des prochaines départementales.


caricature de Francis Cros de la Salvetat-sur-Agout

Francis Cros

Pierre Polard maire de Capestang

Pierre Polard

Le ticket P.S. auquel les électeurs du  canton  24 de Saint-Pons de  Thomières ont échappé pour ces premières élections départementales des 22 et 29 Mars 2015 :


Natif de Capestang, j’ai rencontré  Pierre Polard, le maire de la commune. Il  m’a effectivement confirmé la proposition que lui avait faite Francis Cros.  Proposition qu’il a vite  rejeté , me précisant

La fédération  et les militants socialistes ont investi  Kléber Mesquida. Je respecte  cette décision  car je suis légitimiste et je soutiens  donc  naturellement Kléber Mesquida. Que les choses soit bien claires !

Soit, mais  dans la pénombre, la réalité  est peut-être tout autre. Pierre Polard est un homme intelligent qui sait attendre son heure sous les lambris du fameux club 89.   Pourquoi  le jeune membre du Conseil National du P.S , victorieux nouveau maire socialiste de Capestang,  irait-il s’afficher  avec un vieux perdant, un as-been, un loser  et pourquoi  servirait-il de tremplin à la carrière politique déjà bien longue de Francis Cros  ?
En outre,  une défaite du candidat Mesquida à ces élections départementales ouvrirait  directement les portes de la députation  en 2017 au capestanais Polard dans la course à l’investiture socialiste.

Affiche électorale des candidats PS : Pons Olmos Mesquida et BadénasCandidats Austéritaires

Candidats Austéritaires

Mesquida, soutenu  comme la corde soutient le pendu par  ses « amis »  socialistes, est aussi abandonné par Europe Écologie Les Verts. Mme Comps (EELV) un temps pressentie pour être la candidate du binôme avec Kléber Mesquida fait défaut. Les déclarations  de Jean Arcas, autre conseiller général socialiste sortant, maire d’Olargues, et grand dynamiteur du barrage de l’Ayrette qui  a fait disparaître une réserve de 400.000 m3  d’eau douce et potable, imbuvable Arcas ne passent décidément pas auprès d’EELV lorsqu’il   parle  de Rémy Fraisse comme d’un casseur décédé sur le site du barrage de Sivens et, sans que le député Mesquida n’y trouve rien à redire.
Bien sur, l’on peut penser que quand le bateau fait naufrage, les rats quittent le navire, on peut aussi  y voir et croire en une certaine résurrection intellectuelle après tant d’humiliation…
La candidate du binôme socialiste sera donc Madame Marie-Pierre Pons , conseillère de Cessenon-sur-Orb.  Suppléante Madame Martine Olmos, maire d’Azillanet.

Alors,  vous entendrez  lors de cette campagne électorale le binôme austéritaire battre l’estrade républicaine  de villages  en villages pour vous expliquer :

Dans la loi Macron, c’est comme dans le cochon, tout est bon !

 Canton 24  Une vrai gauche au destin de Syrisa !

La vrai gauche, ne saurait être absente de  cette joute électorale
Cette vrai Gauche rassemblée dans toutes ses composantes et même au delà  fera l’objet pour elle seule, de la prochaine lettre.

vite la VI République

Rêvons  pour le canton 24  de Saint-Pons de Thomières d’une vrai gauche au destin comparable à Syriza !

Partage

Laisser un commentaire,

%d blogueurs aiment cette page :
Lire les articles précédents :
dessin de Charb : le panthéon d'Athènes vendu morceau par morceau
Hold-Up financier en Grèce : SYRIZA , mon Amour !

La très large victoire aux élections législatives grecques qui se sont tenues le dimanche 25...

Fermer