Cambon et Salvergues : le grand mensonge de l’éolien !

3

Si Cambon et Salvergues n’existait pas, il faudrait l’inventer !
Pourquoi donc revenir sans cesse sur les méfaits de l’éolien  ?
Tout n’a pas été déjà dit ?
Vais-je sempiternellement répéter la même litanie des anti-éolien ?
Non, non et non !
A travers le cas concret du Parc éolien industriel de Cambon et Salvergues, c’est d’informer tous les habitants du Parc naturel Régional du Haut Languedoc afin qu’ils interpellent leurs élus pro-éolien quant à la réalité des retombées économiques qu’engendreraient l’installation de ces énormes infrastructures.

Cambon et Salvergues :
Mensonge ou réalité cette manne financière ?

Cette manne financière sauverait soit disant les budgets  des communes rurales et éviterait à l’avenir de trop ou mieux, de ne pas augmenter les impôts locaux et autres taxes ?
La commune de Cambon et Salvergues est un cas d’école qui, s’il n’existait pas, on pourrait croire qu’il est inventé tant il est typique d’une certaine tromperie.
Les habitants de Cambon et Salvergues en sont, hélas, les principaux grugés et surtout payeurs.
Les finances de la communauté des communes n’étant pas non plus des plus florissantes et ce, malgré l’apport financier des éoliennes de Fraïsse sur Agout.
Cela étant, ceci est assez révélateur d’une certaine tromperie des élus pro-éolien qui professent les avantages financiers que procureraient les éoliennes  industrielles  sur les budgets des communes rurales.

Historique de ce Parc éolien de Cambon et Salvergues

  • Cambon et Salvergue quel avenir ?

    Cambon et Salvergues

    Composition : 23 machines dont 20 en forêt domaniale et 3 dans les terres de la ferme des Taillades; accord du conseil municipal le 20 mars 2001.

  • Puissance : 1,3 Mégawatt/éolienne (100m en bout de pale), soit près de 30 Mégawatt au total. Début des travaux: mai 2005.
  • Mise en production: octobre 2006.
  • Constructeur: société Éole-Res qui se gargarise d’une« parfaite intégration paysagère dans le massif sauvage de l’Espinouse; cette technologie de pointe favorise et respecte le milieu naturel dans lequel nous vivons ».
  • Le président de la section du Caroux du club alpin français déclarait par lettre du 8 octobre 2002 « ne pas émettre d’avis favorable au développement du projet de construction d’éoliennes sur le massif de l’Espinouse; notre position sur la question est tout à fait claire et nous n’y reviendrons pas ».
  • l’association l’Engoulevent écrivait le 21 août 2002, au préfet de l’Hérault: « Le projet s’inscrit dans l’un des cantons les plus prestigieux et emblématiques du parc naturel régional du haut Languedoc.
  • Selon la charte mise en place par le décret de classement du 13 juillet 1999, « l’aire d’enjeux prioritaire dénommée  » les falaises et le plateau du Caroux et de l’Espinouse » est classée.
  • La mesure n° 1 énonce l’exclusion de toute infrastructure  » dans le canton de Cambon et Salvergues.
  • l’implantation en forêt domaniale, article L1 du code forestier: »…La politique forestière…a pour objet d’assurer la gestion durable des forêts et de leurs ressources renouvelables… »( loi du 9 juillet 2001).
  • L’article R121-6 précise : »les opérations de gestion…susceptibles d’être confiées à l’ONF peuvent concerner…la production d’énergies renouvelables… »(décret du 20 juin 2003).

Est-il  normal , que les études d’incidence sur l’environnement (EIE), étapes obligatoires et préalables à l’octroi des permis de construire des parcs éoliens, soient exécutées par des bureaux d’étude payés par les promoteurs de ces mêmes parcs ? NON !
Est-il  normal , que ces conflits d’intérêts, encouragés par l’actuel cadre éolien, produisent des études de mauvaises qualités, voire incomplètes ou carrément biaisées ou fausses ? NON !
Est-il normal, que le bureau d’étude monopolisant la quasi-totalité des EIE reste commandité par le promoteur malgré ses tares avérées ? NON !

Quelles retombées économiques pour  Cambon et Salvergues ?

evolution-dette-par-habitant-commune-CAMBON-ET-SALVERGUES

Cambon et Salvergues : évolution de sa dette

Les habitants de Cambon et Salvergues et des communes avoisinantes assistent à la mise en place des éoliennes (2005/2006). Cette action, menée contre l’avis de la majeure partie de ses habitants, est portée par la communauté des communes de la Montagne du haut Languedoc dont le président était jusqu’en 2008, Monsieur Francis Cros, conseiller général, vice-président du parc naturel régional du haut Languedoc mais aussi ex-maire de la Salvetat sur Agout.

evolution-montant-dette-commune- Cambon et Salvergues

Dette commune Cambon et Salvergues

Alors  que Cambon et Salvergues était la moins endettées de la communauté des communes  avec un taux d’endettement proche de « zéro » (en 2007 et 2008 =  20 euros par habitant), cette commune se retrouve en tête du palmarès de l’endettement  des communes en 2011 avec 2645 euros par habitant soit 130 fois plus en 3 ans. Triste 1ere place qu’elle détient aussi concernant la taxe foncière, la taxe d’habitation et autres impôts locaux tant dans leurs taux que dans leurs évolutions.
Pour la première fois en 2009 le montant de la dette dépassait le montant des recettes de la commune. Cambon et Salvergues se mettait à vivre à crédit,  malgré la « rentabilité » des éoliennes.
L’ancien président de la Communauté des Communes (Monsieur Cros) comme l’actuel affirment pourtant le contraire et professent toujours plus d’éoliennes  sur le territoire.

dette-par-habitant-2011-commune-CAMBON-ET-SALVERGUES
Ce «succès » est un désastre pour tous :

  1. La région de Fontfroide / l’Espinouse  est durablement défigurée.
  2. Le village de Cambon et Salvergues est économiquement et durablement sinistré.
  3. Le coût des taxes locales a exponentiellement  augmenté. La diminution de CO2  engrangé à ce prix est proche de zéro, contrairement à la publicité mensongère faite à ce sujet.

L’ éolien industriel à tout prix  continuera, sans désemparer, son action dans l’erreur contemporaine et l’horreur historique que constituent le déploiement massif de l’éolien sur notre territoire au coeur du Parc naturel régional du Haut Languedoc

L’éolien Industriel : souci majeur du Parc Naturel Régional du Haut Languedoc !

 

Giuseppe-Verdi-Rigoletto au PNRHL

On ne rigole plus dans le PNRHL !

Giuseppe VERDI (le vrai  et pas le président du Parc Naturel régional du Haut Languedoc) affirmait :

« Par souci de la mode, par désir de faire neuf, par affection de savoir, on renie notre art, notre instinct, notre façon de faire ; c’est absurde et stupide. »

Le président Viallèle autant que le conseiller général socialiste Cros feraient bien de s’en inspirer car leur fumeuse interprétation de « La Traviata » au mauvais air de « Rigoletto » laisse à penser que, de reniements en désirs de renouvellements des zones de développement éolien, on atteint des sommets d’absurdité et de stupidité, jamais égalés.

Qui, pour reprendre  le rôle d « Otello », testament de fraîcheur et de fantaisie dont manque assurément les politiques actuels du parc naturel régional?

Partage

3 commentaires

  1. Bonjour,
    Côté ouest , nous avons Jean-Marie Fabre, le président des Hautes Terres d’ OC, déjà bien connu pour être un fervent partisan du développement de l’éolien industriel au sein du Parc Naturel Régional du Haut Languedoc.

    Parlons de l’éolien :

    .Quel pays au monde, vous subventionne pour implanter une ferme éolienne, et vous offre un contrat d’achat sur 15 ou 20 ans, imposé par l’Etat à EDF. Aucun !
    Beau cadeau, pour les financiers étrangers ou pas , quelquesoit sa nationalité : le contrat est en or.
    Problème de l’éolien : quant il fait très froid, ou très chaud, il n’y a pas de vent, or c’est à ces moments que la demande d’électricité est la plus forte. Sinon, dans les périodes intermédiaires, EDF produit assez d’électricité, mais l’Etat l’oblige d’acheter cette énergie qu’on ne peut stocker dont elle n’a pas besoin .
    pendant ces périodes. « Ce n’est pas grave », c’est les clients qui payent.
    Au nom d’une soi disante écologie, ces politiques nous imposent leur diktat.
    Ainsi le président des Hautes Terres d’ OC a un train de retard. Ainsi, en Allemagne, le programme éolien a été arrété. Pourquoi ? parce que ce pays était parti dans le tout l’éolien, Or , vu + haut, en période de grand froid ,ou de grandes chaleurs, l’Allemagne est obligée de constuire des centrales thermiques au gaz ou au fioul afin de pouvoir assurer la continuité électrique pendant ces périodes . Ce qui revient cher mais aussi entraîne de la pollution : ce sont des des énergies polluantes.-> productionde gaz de serre .

    En conclusion, Le Président, est favorable à l’intérêt privé, et à la pollution .De plus, il est vrai qu’il y a peu de chance que sur sa commune, ou près de son domicile , des éoliennes de 100 mètre soient implantées avec des socles en béton de 425 m3, pollution paysagère, pollution paysagère , pollution des biotopes; pollution sonore, etc…

    .
    On ne parlera pas des scandales- (corruption des élus et conflits d’intérêt) qui émergent ou qui n’émergent pas lors d’implantation des ces éoliennes. Dans ces cas, on dit que les élus ne brassent pas que du vent, on parle, aussi, d’éoliennes de la discorde.

    En ce qui concerne ce politique , il est intéressant de porter à votre connaissance son CV :

    Liste des mandats Jean Marie Fabre :

    – Maire de Burlats jusqu’en 2014
    – Conseiller municipal de Burlats , membre des commissions finances et appels d’offres
    – Conseiller Général trois mandats + Vice Président du CG *
    – Président de la communauté des communes Sidobre Val d’Agout
    – Président du Syndicat mixte “ Hautes terres d’Oc”
    – Président du comité départemental du tourisme du Tarn
    Ouf !!!!!!!

    • Le CG compte 13 vices présidents. Le parti qui a la majorité, s’il pouvait, peut-être , nommerait tous les représentants de la majorité , vice présidents . Cela “en jette” par rapport aux habitants du canton ,qui bien souvent ne maitrisent pas le fonctionnement de ces institutions, et qui ignorent le montant des indemnités plus les privilèges. alimentaient pas nos impôts.

    N’appele-t-on pas cela un cumulard ?

    Indemnités, qui quand le politique exécute pleinement sa mission ,sont parfaitement justifiées. Mais dans notre canton ou communauté des communes , à part les impôts qui augmentent ,et ces politiques qui se précipitent aux événements pour être sur la photo de la Dépêche , cela fait plus de 50 ans que notre pays s’appauvrit sauf les cumulards politiciens et leur cour !
    Enfin on voit que que côté est , avec ces éoliennes qui sont les signes visibles de cet état de faits, c’est malheureusement pas mieux.

    On n’a pas cité sa profession parce qu’il est retraité. Mais, rassurez-vous le cumul de toutes les indemnités de ces mandats lui assurent de confortables apports mensuels qui doit le mettre à l’abri du besoin.

    Le problème posé est “ Comment un élu peut arriver à assumer tous ces mandats, là ou d’autres élus assurent qu’un seul mandat avec assiduité et résultats. À part d’être un adepte du stakanocvisme, difficile, voire impossible d’assumer tous ces mandats.

    Ensuite, nous aimons l’étiquette politique sous laquelle il se représente « DVG ». Là c’est le principe de naviguer très large, d’avoir l’œil sur le sens indiqué par la girouette à l’instant présent, pour pourvoir être pris par le courant politique fort du moment. Puis de pouvoir changer sans problèmes si la girouette change de direction.
    On préfére les politiques,qui assument et qui se présentent “sans étiquette” lorsqu’aucun courant politique ne leur convient pas . Mais pour cela, il faut du courage !!!

  2. Bonjour, je suis assez sensible à votre argumentation.
    En particulier sur la prétendue économie CO2.
    Avez-vous des données chiffrées à ce sujet? Merci.
    Cordialement Didier Fiévet( Agoudet)

    • Thierry Canals le

      Bonjour, le billet date d’il y a presque 2 ans. Je rechercherai dans mes archives si j’ai des données chiffrées concernant la prétendue économie en CO2 mais passablement occupée avec la campagne électorale, je vous demanderai de patienter un peu. N’étant pas non plus un grand spécialiste, je demanderai aussi plus de précisions à des contacts plus férus que moi en la matière. En attendant, si des lecteurs avaient aussi des connaissances à ce sujet, qu’ils n’hésitent pas à les communiquer pour nous en faire profiter. Monsieur Fiévet et moi- même vous en serions reconnaissant.

Laisser un commentaire,

%d blogueurs aiment cette page :
Lire les articles précédents :
produits phytosanitaires : danger !
Cyperméthrine ! un danger relatif ?

Un édifiant entretien de l'édifiant Monsieur Sionneau, directeur de la coopérative Forestarn du camp del...

Fermer