Eolien industriel – La « gifle » citoyenne aux élus de la communauté des communes de la montagne du Haut Languedoc

4

Éolien industriel : carton rouge aux élus !
La communauté de communes de la montagne du Haut Languedoc vient de recevoir un carton rouge. La récente décision annulant la Zone de Développement Éolien, adoptée par délibération du Conseil Communautaire du 12 février 2008, a été rendu le 13 mai dernier par le Tribunal administratif de Montpellier, à la demande des associations Engoulevent, CALELH, ARVIEE et de nombreux habitants soucieux de défendre notre patrimoine naturel, culturel et paysager.

 

TA MONTPELLIER 1

TA MONTPELLIER 1

Par cette décision, les juges rappellent aux élus qu’ils sont tenus d’ « associer le public au processus d’élaboration des projets ayant une incidence importante sur l’environnement ou l’aménagement du territoire ».

Les citoyens demandent le respect des règles de la démocratie.
Certains pensent que l’éolien industriel pourrait y échapper.
CALELH, association pour la qualité de vie et de l’environnement en Haut-Languedoc et Collectif de défense des paysages du plateau d’Anglés, précise :
« Par ailleurs, lorsque des élus locaux – entre autres, récemment, M Couzinié, maire d’Arfons et M Cazals, conseiller général du canton d’Anglés – chantent les louanges des mirifiques retombées financières des éoliennes installées sur notre territoire, pourquoi ne disent-ils pas d’où vient tout cet argent ?

Réponse : de la poche des consommateurs qui voient leur facture d’électricité augmenter vertigineusement et des contribuables invités à compenser par leurs impôts les confortables avantages fiscaux accordés aux investisseurs de l’éolien industriel. Il n’y a pas de crise pour les profiteurs de la « croissance verte » qui empochent des bénéfices garantis par l’État et en reversent généreusement 3% aux collectivités locales. Les consommateurs et contribuables sont aussi des citoyens. Ils sont en droit de disposer d’une information sincère et non partisane, de la part de leurs élus à qui ils confient la gestion des biens publics! »

 

Décision du tribunal administratif

Décision du tribunal administratif

ENGOULEVENT rajoute aussi :
« Nous venons de gagner ce procès devant le tribunal administratif de Montpellier avec l’argument de non-concertation par l’équipe en place à l’époque à la tête de la communauté de communes de la montagne du Languedoc (La Salvetat) et qui est quasiment la même aujourd’hui…
Certes, les ZDE viennent d’être supprimées et l’on pourrait croire qu’il s’agit d’un coup d’épée dans l’eau, mais il s’agit plutôt d’une victoire contre l’obscurantisme d’ élus qui se sont moqués du peuple et qui ont massacré Fontfroide et l’Espinouse :
rira bien qui rira le dernier!…
  « non à l’éolien industriel « 

Annulation de la Z. D. E. adoptée par délibération C.C.M.H.L du 12 février 2008.

TA MONTPELLIER 3Cette Z.D.E.  avait été adoptée à peine un mois avant les élections municipales de 2008, par des élus en fin de mandat.
Faut-il donc rappeler que le président de la communauté des communes, Monsieur Francis Cros, n’a pas été renouvelé dans ses fonctions.
N’est ce pas la révélation de son insuffisance et de sa méconnaissance des règles démocratiques  confondant  mandatures et sinécures? Son  intransigeance ne pouvant que croître avec le renouvellement de son mandat, une certaine forme d’autisme démocratique l’affecte souvent, son ego n’étant pas vacciné contre la bêtise de se croire irremplaçable!
l’ex-président Cros manœuvrât pour que la C.C.M.H.L. ne lui échappe pas totalement. Ce fut donc la création de ce que j’ appelais l’Hydre Communautaire avec comme présidente, Madame Marguerite Mathieu, maire de Fraïsse sur Agout, qui se comportât tel une autre fleur « Anémone » Giscard d’Estaing prostrée au coin du feu derrière son ex-président.
Dés 2010, j’écrivais une lettre à Madame la présidente pour dénoncer, entre autre, cette Hydre communautaire. (morceaux choisis)

Je commençais par une citation de Socrate  que Madame  Marguerite Mathieu affectionne :

« La langue et à la manière de mon pays, je vous conjure, et, je ne crois pas vous faire une demande injuste, de me laisser maître de la forme de mon discours, bonne ou mauvaise et de considérer seulement, mais avec attention, si ce que je dis est juste ou non : c’est en cela que consiste toute la vertu du juge ;
celle de l’orateur est de dire la vérité. »

Je poursuivais ensuite:

« Cette hydre est devenue une coopération :

  1. De cyniques pérorant sur le développement durable et le Pôle d’Excellence, s’attribuant tous les mérites actuels mais prêts à jeter le bébé avec l’eau du bain si le pôle s’avérait un fiasco. 
  2. De jaloux ignorants se disputant sur le nombre de lampadaires. 
  3. D’envieux voulant une traversée d’agglomération avant les autres.
  4. De soumis subventionnés…
  5. D’égoïstes qui sous prétexte que son voisin a déjà son petit ou grand parc éolien veut aussi le sien, débordant ainsi sur les communautés voisines sans se soucier si le parc naturel pourrait accueillir plus de 545 éoliennes (implantations existantes + projets). Mais aussi sans discuter des nouvelles technologies dont on parle tant (photovoltaïque, géothermie ou autres) et préférant parler rentabilité à courts termes. Mettre le développement durable à toutes les sauces sans parler de développement harmonieux, c’est faire abstraction de l’humain (dont vous nous avez maintes fois dit que c’était la première richesse de ce territoire) et de l’art de vivre de ce haut canton dont vous avez été si souvent l’avocate.
  6. 1500 tonnes de béton

    1500 tonnes de béton pour construire un socle = la valeur d’un immeuble de 4 étages.

    des désinformateurs calculateurs aussi !
    Ayant assisté à une réunion publique où un intervenant du CPIE expliquait a un auditoire clairsemé ( 4 ou 5 élus, 3 ou 4 agriculteurs –éleveurs , 4 ou 5 anonymes) expliquait son activité :
    éducation environnementale, communication, interprétation, étude, conseils aux élus, développement territorial, étude avec phase inventaire et phase de valorisation accompagnée de belles cartes de l’évolution des bois, des prairies, des landes etc. entre 1978 et 2008, répertoriant les milieux naturels et les sites remarquables pour garantir leurs conservations). Comme cas concret, on nous expliquait que les élus du parc naturel avaient, par exemple, interpelés le CPIE pour le tracé d’une piste traïl vers Rosis afin d’éviter des milieux remarquables que les marcheurs pourraient dénaturer en emportant sous leurs semelles des petites graines (sic). Merveilleux n’est-ce-pas ?
    Sauf qu’à la question de Monsieur Guy Cabrol :
     » Quel est l’impact de l’implantation des éoliennes sur le milieu naturel ?  »
    Outre la difficulté et l’embarras pour l’intervenant du CPIE de situer géographiquement sur la carte les éoliennes déjà implantées, il fût répondu :
    « Hormis l’implantation du mat de l’éolienne, aucun impact sur le milieu naturel. »
    (de toute évidence, la désinformation allait bon train ! Mais faut-il là aussi rappeler que le président du CPIE n’était autre  que Monsieur Cros ? Ce n’est qu’en 2012, après une rocambolesque et sombre histoire avec son directeur (Monsieur Jacques Étienne) et quelques tiraillements avec la CEBENNA  du conseiller général Arcas à Olargues, que Cros fût évincé de la présidence – NDLR) 

Je terminais enfin  par :

« Cyniques, jaloux, envieux, égoïstes et calculateurs, désinformateurs travaillent à des degrés divers de soumission ou d’espérance, au retour d’un balthazar gourmand se disant qu’il est temps de revenir (prime à la médiocrité) pour remettre de l’ordre.
Pensent-ils vraiment, qu’une fois le corps électoral bien informé, celui-ci sera toujours aussi favorable pour cette prime à la médiocrité de certains élus ? »

Pour conclure ce billet « venteux », je vous offre ce poème de Victor Hugo :  » GASTIBELZA « .
Une version  » Panache  » de Gastibelza que je m’étais autorisé à retoucher en Mars 2011 , et que Georges  Brassens avait mis en chanson :

Poème de Victor Hugo : Gastibelza

Poème de Victor Hugo : Gastibelza

Panache Salvetois l’homme à la bonne mine
Chantait ainsi :
Quelqu’un a-t-il connu Mairesse digne
Quelqu’un d’ici ?
Chantez, dansez, villageois la nuit gagne
Les Monts du Caroux.
Le vent qui vient à travers la montagne
Me rendra fou.

Quelqu’un de vous porte à cette maline
un soutien en toc.
Cet ex maire était Président en Haut Languedoc
Qui chaque nuit criait jusqu’au pont de l’Arn
Comme un hibou.
Le vent qui vient à travers la montagne
L’a rendu fou.

Vraiment ce conseiller était vilain.
Quand vers le soir,
Il passait sur le pont de Saint Étienne
En corvette noire
Un oripeau du temps de cocagne
Ornait ce loup.
Le vent qui vient à travers la montagne,
L’a rendu fou.

Le Conseiller, en la voyant si peu rebelle
Disait à son canton :
Pour son bureau, pour son soutien, elle
Pour des subventions.
Enfants du pays vendraient Villemagne
Et le Caroux.
Le vent qui vient à travers la montagne
les rendra fou.

Je ne sais pas si j’aimais cette dame,
Mais je serai bien lâche
Si, pour avoir un soutien de son âme
Moi, pauvre Panache
J’avais gentiment laissé ma hargne
Sous les verrous.
Le vent qui vient à travers la montagne
Me rendra fou.

Quand je voyais ce pauvre enfant du Pays,
Dans son canton
Je revoyais cette belle mine meurtrie
Qui, nous nous rappelons,
Menât sa liste au bagne
Par le licou.
Le vent qui vient à travers la montagne
L’a rendu fou.

Dansez, chantez, villageois, la nuit tombe.
Mon ange un jour
A tout vendu, sa bonté de colombe
Tous ses atours
Pour la subvention d’un Conseiller indigne
Pour un soutien flou ;
Le vent qui vient à travers la montagne
Les ont rendu fou.

 

 

Partage

4 commentaires

    • Thierry Canals le

      non, votre commentaire
      « Bonjour,
      Côté ouest , nous avons Jean-Marie Fabre, le président des Hautes Terres d’ OC, déjà bien connu pour être un fervent partisan du développement de l’éolien industriel au sein du Parc Naturel Régional du Haut Languedoc….. »

      est toujours en ligne et n’ a pas été supprimé ni censuré.
      Je ne comprends pas que vous ne puissiez pas le lire. vous l’aviez envoyé le 22/03/2015 en commentaire sur le billet « Parc naturel régional du Haut Languedoc : le grand mensonge de l’éolien » et non pas en commentaire sur « la gifle citoyenne ».
      Je vais tout de même vérifier mais je vous assure que je n’ai pas supprimé le commentaire.
      Tenez moi au courant.
      Thierry

Laisser un commentaire,

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :
Lire les articles précédents :
col de Fontfroide panneau " là ou le sol s'enlaidit....."
La Salvetat sur agout : un canton qui ne manque pas d’air – E.V.F. 2 – du VENT!

Du VENT !  Effectivement, ce canton de la Salvetat sur Agout, cette commune de Fraïsse...

Fermer