Fête de la Fraternité : déni de démocratie à la Salvetat.

0

Suite aux deux lettres portées par la police rurale en fin d’après midi ce jeudi 23 mai 2018 au siège de l’association, Fraternitat se voit dans l’obligation d’annuler la fête de la Fraternité à la Salvetat sur Agout   samedi 26 mai 2018 pour des raisons purement administratives. Alors que les relations avec les services  administratifs de la sous-préfecture ont été exemplaires et cordiaux, notre dossier  de dépôt de nos statuts étant conforme et complet.
La parution au journal officiel ne se fera  que dans quelques jours (voire semaines). Voilà donc le prétexte invoqué par la municipalité salvetoise  pour  refuser le prêt de la salle des fêtes et de tout matériel.
Pire, évoquant notre (in)existence légale, il n’était donc pas possible que nous pourrions assurer cette journée de la fête de la Fraternité. Les risques potentiels  de troubles à l’ordre public pouvant engendrer des dégradations pour lesquelles nous serions pénalement redevables individuellement. Soit !

Lettre Mairie : annulation de la fête de la Fraternité à la Salvetat

Lettre Mairie : annulation de la fête de la Fraternité à la Salvetat

Lettre Mairie : annulation de la fête de la Fraternité à la Salvetat

Lettre Mairie : annulation de la fête de la Fraternité à la Salvetat

Soit ! La municipalité  salvetoise applique donc stricto sensu la réglementation par peur du désordre que la fête de la Fraternité aurait pu engendrer ce samedi 26 mai 2018. La non parution de son homologation au Journal Officiel empêchant  d’avoir la certitude  que la compagnie d’assurance de l’association Fraternitat prendrait effectivement en charge les dégâts éventuels en cas de dérapages lors de cette journée  dédiée à honorer le troisième mot de notre devise républicaine : Liberté – Égalité – Fraternité.

Quel dangers potentiels pour cette fête de la Fraternité ?

Une  fête de la Fraternité où des personnalités,

  • du monde culturel et artistique (Amara Tir, Françoise Campagne, Endavant, Maax, Patrick et Myriam Villanti, le groupe Antipod),
  • Intellectuel (Madame Cesbron et Monsieur Jean-Pierre Jougla de l’ADFI, Associations de Défense des Familles et de l’Individu, de Monsieur Paul Alliés ancien doyen de la faculté de Montpellier),
  • associatif  (la LDH du Languedoc Roussillon, Le Mouvement pour la Paix, la Cimade, Collectif féministe, ATTAC, Visa34, ABCR, CARVI, Cap à Gauche, Riquet 3000 …..)
  • politique de divers horizons étaient conviées, dont la député Héraultaise Madame Muriel Ressiguier et la conseillère régionale d’Occitanie Madame Myriam Martin. Tous  Ensemble participaient et apportaient tout leur soutien à cette fête de la Fraternité.
    Tous les détails de l’association, de son objet, son statut et le programme de la fête de la Fraternité  sont consultables  sur fraternitat.org

Face à cet imprévu de dernière minute, déclaration de la députée de l’Hérault, Muriel Ressiguier :
« je déplore que la journée ne puisse pas se tenir, et quand on voit les groupuscules et la haine qui monte partout, avec une impunité qui se développe, c’est important d’affirmer en face par des mouvements, des occasions, et des festivals, notre humanisme qui démonte ces mécanismes d’extrême droite. ». 
« Les valeurs qui étaient celles de cette fête, cela veut dire : la fraternité, le vivre-ensemble, la tolérance et la lutte contre la discrimination et le racisme sont des valeurs que je partage. ».

Déclaration de Myriam Martin, porte parole de Ensemble!
Conseillère régionale France Insoumise Occitanie
Des habitant-e-s de la Salvetat sur Agoût et leur association « Fraternitat » avait programmé pour samedi 26 mai une journée de débats, festive et conviviale, pour lutter contre les idées d’extrême droite, leur diffusion par des groupuscules dont le fond de commerce est la haine et le rejet de l’autre. Le maire de La Salvetat au nom de raisons administratives qui sont des prétextes, a annulé au dernier moment, la location de la salle des fêtes où devait se dérouler cette initiative. C’est purement et simplement scandaleux car il s’agit là d’empêcher la tenue de la programmation prévue. Ces habitants sont purement et simplement censurés. 
Pourtant depuis trop longtemps à La Salvetat et dans ses environs une secte d’extrême droite sévit en toute impunité.
Je souhaite dénoncer l’attitude du maire de la commune et apporter mon soutien plein et entier et toute ma solidarité aux habitant-e-s mobilisé-e-s. Je devais intervenir dans un des débats lors de la matinée du 26 mai. Je peux assurer les organisateurs et organisatrices de ma présence s’ils et elles le jugent nécessaire pour le prochain rassemblement à La Salvetat sur Agoût.

Témoin privilégié de ce territoire où je suis revenu voilà  20 ans et rédacteur  de cette lettre  depuis 2008 , j’ai soutenu la liste du maire actuel lors des municipales de cette année là. J’ai renouvelé mon soutien à Thibault Estadieu aux municipales de 2014.
Notre « désaccord » est survenu avec l’arrivée de la communauté sectaire dîtes des brigandes en août 2015 et la différence d’appréciation que nous avons eu quant au traitement de cette communauté, ce clan, cette secte avec qui, Il a décidé de pactiser en appelant ses administrés à la tolérance envers cette communauté haineuse.
Barka production,  a pour directeur artistique Joël Labruyère , gourou de la secte connu des services de l’état et notamment de la MIVILUDES pour être passé par la scientologie, le temple solaire,  fondateur de l’omnium des libertés, fortement illuminé à l’éther, il promet la vie éternelle à ses adeptes dans un pseudo royaume elfique…
Cet individu est aussi le parolier des clips vidéo antisémites, islamophobes, et aussi anti-catholiques, homophobes, antirépublicains, des brigandes. Une communauté qui fait l’objet  de nombreuses plaintes de la part d’anciens adeptes comme de citoyens qui ont eu maille à partir avec  ces individus. Joël Labruyère devrait être inculpé pour incitation à la haine raciale. Barka production devrait être dissoute.
Il est bien évident que le climat a bien changé dans la petite commune de la Salvetat sur Agout dont de très nombreux médias (presse, radios et télévisions) se sont fait l’écho et qui ont été repris dans les précédents articles de cette lettre.
Les liens entre la municipalité et le « clan » sont flagrants. Le maire les ayant qualifiés d’artistes locaux de qualité.  L’attribution d’une subvention lors du dernier conseil municipal de 16 avril 2018, à l’association les pommes d’or, association estampillée 100 pour cent  « brigandes » (siège social, animatrice et adhérents  sont issus de la secte), l’édile qui est aussi médecin et son conseil municipal ont ainsi décerné un sacré label de qualité à ces ennemis de la République qui revendiquent leur  fascisme et affirme leur  soutien aux thèses identitaires des suprémacistes  prônant  le grand remplacement !
De plus, le notable a adressé une lettre à tous ses administrés pour appeler à la « tolérance » envers ces gens là !
Le mal était donc fait. Tous ceux qui ne partagent pas le point de vue de Thibault Estadieu se voient qualifiés d’extrémistes, de gauchistes, de trublions et autres « labellisations » du même genre.
Drôles d’argumentaires mais la situation n’est pas risible !
Des membres du conseil municipal n’écartent même plus l’idée de constituer une liste pour les municipales de 2020 avec ces ultras nationalistes qui vomissent les valeurs républicaines dans leurs productions haineuses, plombant ainsi le développement économique et touristique de la commune et de la communauté des communes des Monts de Lacaune et de la Montagne du Haut Languedoc dont tous les maires avait été invités à participer à cette fête de la Fraternité.
Monsieur le maire Thibault Estadieu faisant écho de ses contacts avec la Miviludes, L’association « fraternitat » étant aussi en contact avec la MIVILUDES, la mission interministérielle de vigilance  et de luttes contre les dérives sectaires que nous avions  invités à cette fête de la Fraternité,  il semblerait que nous n’ayons pas les mêmes retours et la même interprétation sur les dérives sectaires des brigandes que la municipalité d’Estadieu rapporte.
Voici la réponse qui a été transmise  par les services du président Serge Blisko à l’association  Fraternitat:

courriel mivilude - fête de la fraternité - la salvetat samedi 26 mai 2018

Trouble à l’ordre public et fête de la Fraternité ?

En interdisant la fête de la Fraternité, Le Maire, officier de police judiciaire, reconnait donc implicitement que  ses « amis » sectaires  qu’il subventionne sont potentiellement dangereux et que leurs liens avec les identitaires pourraient provoquer des troubles à l’ordre publics et des dégradations dont les organisateurs  de la journée seraient pénalement et pécuniairement responsables.

Net ou pas Net à la Salvetat sur AgoutTout l’héroïsme dans la défense des valeurs républicaines est condensé dans la personnalité du premier magistrat de la commune de la Salvetat :  Interdiction de la fête de la Fraternité, censure et déni de démocratie pour fraternitat pour cause d’inexistence (temporaire) administrative, tandis qu’on laisse  parader  depuis 3 ans la secte et le clan de Labruyère  sur la voie publique, sous les fenêtres de la mairie, devant le fronton  de la devise républicaine « Liberté – Égalité – Fraternité », en pleine période électorale, leur boutique mitoyenne de la maison des services semblant devenue une annexe de la mairie, sans que cela n’émeuvent le moins du monde puisque  sans arrêté municipal ou préfectoral, le premier magistrat de la commune laisse faire  et n’évoque nullement le trouble à l’ordre public que cela pouvait engendrer !

Tout ce qui nous tue pas, nous renforce !
Nous organiserons  une fête de la Fraternité parce que « Fraternitat »  le doit à la Salvetat qui mérite cette  fête, ne serait ce que parce que  tous nos soutiens nous ont réaffirmés que nous n’étions plus seuls et qu’ils seraient encore là à la rentrée pour la culture, l’éducation et la RÉSISTANCE !

Partage

Laisser un commentaire,

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Lire les articles précédents :
Conseil Municipal la Salvetat : La Honte finale !

Lundi 16 avril 2018 au soir, s'est déroulé le conseil municipal de la Salvetat sur...

Fermer