Salvetat – Olargues – Olonzac / Énergie renouvelable – L’ EAU.

0

Les énergies renouvelables :  l’ Eau , le Vent , la Forêt.
E.V.F.1–  l’ Eau !
C’est ce que nous allons analyser au travers  du premier cas concret afin de tenter de comprendre les distorsions  qui existent entre les réalités du terrain et les déclarations passées  d’élus locaux.
Comment aborde-on ce sujet de l’ Eau   dans les cantons de la Salvetat sur Agout, d’Olargues et Olonzac, auxquels  on aurait pu rajouter d’autres cantons comme Saint-Pons de Thomières (mais fallait-il prendre le risque de sortir de sa léthargie l’homo-politicus somnolant, dans son musée de la préhistoire, au pied du dolmen salvetois qu’un enfant du pays  lui a offert) ?
Sachant que ces cantons, gérés par des conseillers généraux de la même majorité départementale, ne formeront qu’un seul et unique canton lors des élections départementales de 2015, c’est dire qu’un seul conseiller recevra l’extrême onction socialiste d’une candidature, les autres passeront à la trappe du jugement dernier  de la fédération socialiste de l’Hérault et surtout de son secrétaire.
Le parlementaire Sébastien Denaja ne déclarait-il pas  dans M-L du 09 avril 2013 : « . Les risques de corruption existent surtout à l’échelon local, y compris dans les petites communes quand il s’agit de rendre constructible un terrain. »
Périront-ils par l’ Eau, le vent ou le feu de bois de leurs incohérences ? Certainement des trois , un peu, mais plus encore par leur poids électoral respectif que connaît parfaitement le secrétaire fédéral qui n’est plus le sénateur Navarro exclu du P.S et dont le conseiller général Cros se félicitait d’être le grand ami.
Autant vous en persuader tout de suite, le poids électoral du conseiller général de la Salvetat sur Agout est…
Comment vous dire sans être trop désobligeant ?… Plus que léger !

L’ Eau : Le barrage de l’Ayrette – Canton d’ Olargues.

lac de l'Ayrette vide

lac de l’Ayrette vide

 

Nombre d’entre-vous, vont découvrir peut-être le barrage de l’Ayrette, niché sur les hauteurs de Mons-la-Trivalle et Saint Martin de L’arçon mais qu’ils se dépêchent! I

Il y a danger de ne jamais le connaître car la destruction du barrage de l’Ayrette est programmé dès cet été 2013.

l’Eau, enjeu majeur de ce XXI ème siècle !

Résultat : un réservoir de 250.000 mètres cubes d’eau potable part à la mer. alors que :

  • l’élu héraultais Francis Cros, conseiller général socialiste du canton de la Salvetat sur agout déclare que les communes doivent toujours persévérer dans la recherche d’ Eau, quitte à payer de plus en plus cher des cabinets d’études et de recherche qui ont de plus en plus de mal à trouver l’or bleu, n’excluant nullement le passage de la compétence communale de l’eau, à une gestion privée d’un grand groupe car  n’ayant jamais permis que la gestion de l’eau soit une compétence de la communauté des communes de la montagne du haut Languedoc dont il a été le président jusqu’en 2008, contrairement par exemple au ramassage des ordures ménagères ou à l’assainissement via le SPANC qu’il a mis en place juste avant son éviction de l’hydre communautaire en 2008.
    Ces compétences, sources de conflit certes au sein du conseil communautaire, paraissent souvent profondément injustes et inégalitaires; or, si l’eau faisait  cette révolution, les querelles ancestrales sont telles que le clientélisme a encore de beaux jours devant lui.
    Quel est le coût de telles recherches pour les budgets communaux ?
    Quel serait le prix à payer pour le contribuable, d’une  privatisation ?
    Vous constaterez que dans les deux cas il n’est pas neutre et que bien souvent ça se chiffre en dizaine de milliers d’euros.
  • L’élu héraultais Gérard Marcouïre, conseiller général socialiste d’Olonzac et président de la communauté de communes Le Minervois déclare confer M-L  janvier 2013 :
    « Quitter les grands groupes privés et faire baisser la note pour les consommateurs. »
    « De nombreuses villes du Languedoc-Roussillon y songent. »
    « Les devis travaux, c’était du simple au triple »
    « le jeu de la municipalisation en vaut la chandelle ! »
    « le prix de l’eau en régie est plus faible pour faire face à de gros travaux de réseaux. »
    « l’intercommunalité, dotée d’un service spécifique, prolongement d’un défunt syndicat de gestion vaut mieux qu’un grand groupe. »
    « À la fin, on a fait un boulot de fou et on a déjà économisé 170 000 m3 en luttant contre les fuites. »
    « Les réparations et dépannages sont effectués en moins de 24 h, avec un coût deux à trois fois moindre. »
    « On vend de l’Eau à des communes de l’Aude, Pépieux et Homps.
    Gestion intercommunale recommandée car le recours à des regroupements intercommunaux, permettra de faire des économies d’échelle.
    « les textes poussent de plus en plus à gérer l’Eau de façon intercommunale ; son usage doit se faire de façon solidaire ».
  • lac de l' Ayrette

    La belle Ayrette

    L’élu héraultais Jean Arcas, conseiller général socialiste du canton Olargues où se situe le barrage de l’Ayrette
    (tout ce que vous devez savoir sur ce lac sans jamais avoir osé le demander est sur ce lien).

    « Le cantonal Arcas » déclare  que l’entretien du barrage lui coûte 25.000 euros par an, entre autres inepties,car il semble bien que le barrage n’ait fait l’objet  d’aucun entretien depuis des années, mais à un prix moyen du mètre cube d’eau à 3 euros, une réserve d’eau de 250.000 M3 et c’est 750.000 euros de jetés à la mer!
    « Les 25 000€ d’entretien annuel sont devenus trop élevé, j’ai fait tout ce qui me semblait être possible pour sauver ce barrage » dit – il. Arc-as-sez  de mensonges !

 

Engloutir un plan d’ Eau potable est un message de privation pour les générations futures.

« Une occasion manquée se retrouve, tandis qu’on ne revient jamais d’une démarche précipitée. »
Pierre Choderlos de Laclos  » les liaisons dangereuses »

Dans les Hauts Cantons on détruit, faute de moyens financiers, un barrage d’eau potable et 20 km plus loin, on investit 3 millions dans l’ Orb pour arroser les vignes. (M-L Roquebrun 15 /04/ 2013).
Gérer, c’est prévoir, je me rappelle l’époque d’un certain slogan politique de la génération Mitterrand :
« la France n’a pas de pétrole, mais a des idées. »
Actualisé à la sauce cantonaise du vieux mitterandiste « Arc-as-sez » , ce slogan  donne :
« La France peut manquer d’eau, et Arcas n’en n’a  pas  idée. »

Que de différences donc entre ces conseillers généraux de la même famille politique lorsqu’il s’agit de traiter l’enjeu majeur du XXI ème siècle, que sont les ressources en eau de leur canton ! rappelons- le, encore une fois, dés 2015 ces trois cantons ne feront plus qu’un avec d’autres.
La loi sur la réforme territoriale ayant été adoptée, le nombre de cantons sera divisé par 2. Le nombre de cantons mais pas le nombre d’indemnités que perçoivent les élus car chaque canton aura 2 conseillers départementaux – 1 femme et 1 homme –
Ainsi, pour le département de l’Hérault :

  • Actuellement 49 cantons pour 49 conseillers généraux.
  • en 2015,       25 cantons  et 50 conseillers départementaux.

Cela signifie aussi  que l’énorme majorité socialiste du conseil général devra passer à la moulinette paritaire, 17 (dix-sept) de ses notables masculins sortants. Même Vézinet qui est fermement contre cette réforme, devra l’appliquer et comme en politique, l’amitié, ça n’existe pas, le conseiller général Cros, qui se félicitait il y a peu, d’avoir sauvé  la communauté de communes de la Montagne du Haut Languedoc (assemblée où pourtant il ne siège pas) dans son  intégrité territoriale, Monsieur Cros, n’a pu sauver son canton dans ses limites actuelles; en clair cela signifie que les chances qu’il soit un jour élu conseiller départemental sont infimes car son peu d’entregent au sein des instances socialistes  est tel, qu’il est fort peu probable qu’il soit désigné candidat officiel.

Quelle politique de l’eau sera suivi par le nouveau couple hétérosexuel (parité oblige) qui, sera élu conseiller général du nouveau canton aux limites très largement modifiées ?

  1. Compétence communale ou  communauté de communes ?
  2. Privatisation ou abandon des grands groupes ?
  3. Recherche  de l’or bleu ou dilapidation des ressources existantes ?
Porteuse d'eau

Porteuse d’eau


« Cette ressource, bien commun de l’humanité, n’étant pas une marchandise, doit être libérée de toute contrainte commerciale afin d’en assurer la distribution juste et égalitaire à tous les citoyens ».

  • Comment Monsieur « Arc-as-sez » peut-il jeter son bébé « l’Ayrette » avec l’eau du bain du développement durable ?
  • A-t-il humainement le droit de commettre un tel méfait environnemental sur son canton appelé à disparaître en 2015 ?
  • Comment est-il permis de détruire, si onéreusement,  un tel barrage et se passer d’une telle ressource alors que dans le même temps sont englouties des milliers d’euros dans la recherche en eau  et l’alimentation ?

« Mes amis, retenez ceci, il n’y a ni mauvaises herbes ni mauvais hommes. Il n’y a que de mauvais cultivateurs. » (Victor Hugo  dans les Misérables)
Arcas trouvera-t-il sa « Madeleine »  pour lui rappeler l’action misérable qu’est la destruction du barrage de l’Ayrette?

Partage

Laisser un commentaire,

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Lire les articles précédents :
inauguration du parc éolien de Fontfroide à Fraïsse sur Agout
Fraïsse sur Agout / col de Fontfroide tempête sur les éoliennes.

Le 17 mai 2013, à l'inauguration des éoliennes du col de Fontfroide entre Olargues et...

Fermer