Liberté d’expression : Menaces à la Salvetat.

9

Décidément, le groupe ultra-nationaliste  installé à la Salvetat sur Agout, a une notion bien particulière de la Liberté d’expression.  Mes articles sur la secte dite des Brigandes ayant particulièrement déplu au néo-nazi Joël Labruyère, le gourou m’a donc envoyé  pour la troisième fois ses sbires, ses Sections d’Assaut devrais-je dire, afin que je cesse  toutes rédactions à leur encontre sur la lettre panache salvetois.
Ma Liberté d’expression : mes mots contre leurs maux !
Injures et menaces de violence contre ma personne fusèrent donc  mardi 7 novembre 2017 entre 10h00 et 10h15  sur la place du village, devant le monument aux morts si je persistais à les dénoncer  comme  des suprémacistes blancs homophobes, anti-sémites, islamophobes, brefs des néo-nazi racistes.
Un premier signalement avait été fait le 19 juillet 2017 par Lettre recommandé avec accusé de réception que j’avais adressé au Procureur de la République  de Béziers
Le racisme, n’étant pas une opinion mais un délit, il relève de ma Liberté d’expression de ne pas me soumettre à leur diktat surtout  sous la menace du Duce Labruyère;   je persiste donc à les dénoncer ainsi. Tiens donc !
C’est donc tout naturellement que je déposais plainte pour injures, et menaces physique contre ma personne si je n’obtempérais pas :

En-tête du dépôt de plainte

Liberté d’expression : Se défendre et  Résister  !

[Les images ci-dessous  pouvant heurter la sensibilité  de certains jeunes et  vieux lecteurs, j’en encourage la plus large diffusion.]

Liberté d’expression pour  la recherche de la Vérité contre la propagande des suprémacistes installés à la Salvetat sur Agout. Propagande aboutissant à la fabrication du consentement, par certains autistes ,  aux délires conspirationnistes  émis  par radio-brigande depuis la base de survie du Gazel à la Salvetat sur Agout par Labruyère et ses nervis.
[ https://lasalvetatsuragout.fr/vie-locale/]

Capture de Joël Labruyère réunion publique la salvetat voeux 2016 bulletin municipal

Joël Labruyère Profil

Joël Labruyère Face

Joël Labruyère Face

Joël Labruyère de face et de profil, le directeur artistique de Barka production producteur des « Brigandes » et « des Salvetoises ».

  • Gourou illuminé d’un soit-disant  royaume elfique promettant la vie éternelle à ses adeptes.
  • Chef de clan  appliquant la thèse « du grand remplacement » sur la base  de survie lieu dit du Gazel, commune de la Salvetat sur Agout, base d’entraînement  de sa section d’assaut.
  • Auteur-compositeur raté et détraqué appelant au meurtre du Pape François  dans le clip « Bergoglio »,  ce « déviant obsessionnel »  chante en permanence des appels à la haine raciale.
  • Faux barde mais vrai barge de la secte suprémaciste et ultra nationaliste.
  • Critique la France  qui  obéirait aux caprices  des religions monothéistes et notamment  au Lobby des jésuites,  des rabbins et des imams.
  • L’Anti-républicain notoire, haineux et venimeux songerait-il à un remake d’une « Nuit de cristal » à la Salvetat  avec sa section d’assaut ?

La section d’assaut  des nervis contre la liberté d’expression.

Harcèlement moral et physique, délation, diffamation, infiltrations diverses, fausses tentatives de conciliations, toutes les méthodes dignes de la facho-sphère.

 Photo Antoine Duvivier

Antoine Duvivier

Antoine DUVIVIER alias le Belge.
Chercheur/catcheur acharné depuis sa jeunesse à Namur, et pire cauchemar des jésuites, le Belge est secrétaire des Brigandes. Il est le concepteur de Radio-Brigandes qu’il anime avec Marianne et le « billaud » nantais.
C’est le grand reporter du groupe pour les missions spéciales.
Fiancé avec Roxane, qui l’accompagne sous les bombes au Donbass faire la « fête avec les fachos « Ukrainiens ». Antisémite et anti-papiste violent et virulent, adepte des théories du complot et contributeur régulier de la thèse du « grand Remplacement ».

Photo de Maxime le Nantais

Maxime Billaud

Maxime BILLAUD alias le Nantais.
Guitariste soliste (gaucher mais ultra droitier ), il est l’arrangeur dérangé des chansons des Brigandes. Il présente avec l’affreux Antoine les émissions de Radio-Brigandes.
Auteur  psychopathe d’un roman apocalyptique : L’Âge des Veilleurs qui dénote un cervelet particulièrement atrophié. Mythomane refoulé, son islamophobie n’a d’égal que son homophobie.
Inspiré par la voie guerrière, le nantais tourne  en orbite dans la 3ème dimension.
Marié avec Marianne..

Photo de Bruce de Toulon

Bruce de Toulon

Bruce de Toulon alias B.B. (Bruce la Brute).
L’ingénieur du « çon » du groupe. Après s’être essayé comme militaire dans la gendarmerie, il s’est mis au service des Brigandes pour « servir et protéger ».  la faiblesse de son Q.I. étant plus en adéquation dans le clan sectaire pour accomplir les basses besognes  de son directeur d’inconscience qu’au service de la République.  B.B est occasionnellement le trompettiste du groupe. Il s’exerce à la ferronnerie dans le but de sécuriser les habitations contre les attaques à venir. Complotiste hors pair, il vit avec l’énergique Irène dans la déprime de la disparition du métier de bourreau de la République en 1981.

Photo Étienne du Loiret

Étienne du Loiret

Étienne du Loiret et d’autres endroits mais toujours à l’envers psychologiquement.
Il s’est formé au théâtre comme comédien.
Un comique qui s’ignore mais un tragique  des clips d’horreur.
Metteur en scène pour les vidéos des Brigandes, il est le preneur d’images avec l’assistance de Florian.
Il intervient également lors des concerts identitaires en tant que guitariste rythmique persuadé qu’au royaume  elfique ce maléfique  sera immortel.
Vit avec la celtique Anne qui enrichit la France de belles têtes blondes.

 

Photo de Florian le toulousain de Muret

Florian le toulousain

Florian de Toulouse (pardon de Muret !)
Avec Étienne, Florian monte les vidéos, réalise les effets spéciaux et supervise la logistique informatique.
La réalisation du  salut nazi des brigandes dans la vidéo du « grand remplacement » démontre le peu de talent de ce sombre et triste personnage dans le rappel  des  plus mauvais effets  de la guerre de 39 / 45.
Guitare et mandoline pour se distraire de la fastidieuse technique des fascistes.
Marié avec la toujours souriante et expressive Sara.

 

Photo de Ruedi dit « Ruby Tuesday »

Ruedi dit Ruby Tuesday

Ruedi dit «Ruby Tuesday ».
Né à Lausanne. Pianiste classique, juriste et (mauvais) conseiller des Brigandes. Apparemment, serait l’acquéreur officiel  de la base de survie du Gazel.
Aurait donc servi de prête-nom  à Joël Labruyère.
Pour les locaux du collectif d’artistes, il est l’ingénieur,  l’électricien et le plombier, c’est à dire le « manuel » de service  et des sévices du clan.
Marié avec la dynamique Chrystelle.

 

Photo d'Angelo dit le Rital

Angelo dit le Rital

Angelo dit Le Rital de Lorraine.
Contrebassiste, bassiste, accordéoniste, pianiste, guitariste, chanteur sans grand talent  si ce n’est dans l’art du pipeau.
On l’appelle et la prise de son est faite en une demi-heure… car les poules du potager n’attendent  pas.
Spécialisé dans l’accordéon diatonique folk, il aime chanter pour le peuple sur les marchés.
Vit avec Jennyfer, considérée comme la Brigande la plus tranquille du village.

 

Photo de Jean-Marc de Paname

Jean-Marc de Paname

Jean-Marc de Paname, alias « Bad boy » :
Batteur pour les Brigandes, c’est un métronome. Professionnellement, il est dessinateur de monuments historiques.
Réactionnaire et manipulateur,  Il communique sur le terrain avec la population et encaisse les rumeurs et les ragots des commères.
Sait se révéler plus « bad boy » dans un langage  très fleuri, l’homme menace plus vite que son ombre ! Un clone clown d’un Luky Luke des hauts cantons chevauchant sa jument « Jolly Jumper ».
Vit avec Claire (capitaine d’équipe de volley) et leurs deux enfants.

Train de vie et Moyen de subsistance du clan.

Vive la Liberté d’expression !
Le  clan composé d’une Trentaine (30) de personnes, mais c’est un minimum,  est propriétaire foncier  au lieu dit « le Gazel »  à la Salvetat sur Agout.
Par ailleurs,  la communauté loue à minima 6 maisons et 1 magasin (exposition/studio d’enregistrement / atelier)  soit un total de huit (8) adresses  à la Salvetat.
Le clan possède  aussi un parc de véhicules à moteur assez conséquent (5 ou 6 voitures, vélomoteurs, Motos,  1 bateau style hors bord mouillé  dans un port entre Valras et Port la Nouvelle).
De matériel informatique, d’instruments de musique, d’appareillage vidéo, sono, (caméras, micros, etc.) assez conséquent et assez  coûteux. Tentons  un bilan financier par une estimation basse (très basse même) de leurs charges :

Essence  parc véhicules à moteur + bateau 1000 € / mois
assurances  parc véhicules à moteur 350 € / mois
Frais entretien courant vidanges, pneumatiques, révisions, pannes, etc 400 € / mois
Immobilier  locatif  7 loyers 3500 € / mois
Crédit immobilier  achat Gazel 800  € / mois
Assurances maison  8 habitations 280 € / mois
Taxes Habitations  pour 8 logements 260 € / mois
Taxe foncière  1  pour le Gazel 600  € / mois
Frais de fonctionnement  O.M. – EAU – Électricité – Chauffage 900 € / mois
Frais Nourriture – Habillement  base 5 € / jour pour 30 personnes 4500 € / mois
Loisirs – vacances – déplacements anneau au port, voyages  Allemagne, Ukraine,… sorties, restaurants, concerts, cinéma, etc. 2000 € / mois
TOTAL 14590 € / mois

Prés de 15.000 euros de besoin mensuel et encore c’est une simple estimation à minima,  pour une communauté qui parait assez oisive au quotidien et qui mène un train de vie disons assez particulier,  pourrait  amener  à s’interroger sur la provenance des fonds.
On pourrait aussi s’interroger  sur les visiteurs et le nombre  de voitures  (souvent de grosses cylindrées) venant de Suisse, d’Allemagne et d’ailleurs qui se rendent régulièrement  à la base de survie du Gazel.
N’y aurait-il pas aussi une sorte de travail dissimulé de la part de cette communauté qui ayant « récupéré » une brave dame d’un certain age, en rupture familiale, originaire de la péninsule ibérique, corvéable à merci  et qui en fait  de grand-mère, servirait  surtout de  femme  de ménage, de cuisinière, de nounou pour les  enfants  et autres diverses tâches ?
Une société « Barka production » avec un directeur artistique comme Labruyère doit aussi avoir une comptabilité exacte. La dissolution de Barka production  n’est-elle pas envisageable ? Des mises en examen des protagonistes de Barka production ne serait-elle pas du domaine du possible ?
Enfin bref, le clan nous dit-on est sous surveillance, mais cela fait partie de la liberté d’expression que de se poser certaines questions ! Surtout quand de telles suspicions existent  sinon :

  • Midi-Libre : Liberté d'expression : déchirement à la Salvetat

    Liberté d’expression : déchirement salvetois!

    Pourquoi le clan sectaire serait-il sous surveillance ?

  • pourquoi la sous-préfecture  recevrait la LDH par deux fois en moins d’un an pour évoquer « le phénomène  « Brigandes » à la Salvetat sur Agout ?
  • Pourquoi  cette communauté a donc été  aussi souvent évoquée dans la presse, la radio et la télé, si tout allait pour le meilleur des mondes à la Salvetat sur Agout ?

Liberté d’expression en sous-préfecture !

Reçu avec le président de la section LDH des Hauts-cantons Monsieur Jean-Pascal Michel, nous avons abordé le 23 octobre dernier,  avec Monsieur le sous-préfet de Béziers, Christian Pouget,  le suivi  de la communauté dite des « Brigandes » installée a la Salvetat sur Agout depuis  l’été 2015.
Dans la  mesure ou  les interlocuteurs déjà vus en sous préfecture de Béziers le lundi 23 janvier 2017, et ceux vus /ou saisis par écrit ou informés verbalement :
– la  MIVILUDES (Mission Interministérielle de Vigilance et de Lutte contre les Dérives Sectaires)
– le  sous préfet  de Béziers ,
– le préfet de département,
– le secrétariat de direction de l’unité départementale de l’Hérault de la DIRECCTE,
– Udap 34,
– Le ministère de la Culture, pour tout ce qui concerne dans le  montage financier de la secte , la vérification par les services de l’État d’abus ou d’infractions en ce qui concerne l’attribution de fonds publics et la légalité de la  licence de spectacle de Barka production,
– le  Conseil Départemental de l’Ordre des Médecins de l’Hérault, l’ARS.
– divers contact , dont la gendarmerie,
Peut-on nous apporter une réponse claire  au suivi de ce signalement LDH, dont on ne sait s’il est dûment enregistré, par  la miviludes ,….ou bonnement pas pris en compte,  donnant à penser que la situation à la Salvetat est hors de contrôle ?
Nous faisions part aussi , à Monsieur le sous-préfet, de notre désarroi  quant aux contenus  des vidéos et des enregistrements de radio-brigande diffusés sur YOU TUBE ou sur les sites internet du clan. Le racisme n’étant pas, encore une fois,  une opinion mais un délit, nous nous interrogions sur l’absence de poursuites pénales envers  cette communauté.
Si le haut fonctionnaire  convenait  de l’horreur que contenait  en paroles et en image les diffusions des Brigandes Salvetoises qu’il avait visionné pour certaines, État de droit et séparation des pouvoirs obligent,  il ne lui appartenait pas d’engager des poursuites pénales qui ne pouvaient provenir que  :

Primo /

Du procureur de la République, en engageant des poursuites s’il estimait que les vidéos avaient un contenu antisémite, islamophobe, homophobe et autres joyeusetés appelant à la haine et à la discrimination qui ont valu à Dieudonné par exemple quelques déconvenues avec la justice, mais apparemment  le procureur n’a pas visionné les dites vidéos  et n’a donc pas vu  le salut nazi  de nos brigandes salvetoises, ni entendu les paroles obscènes de leur musique, ni les appels à la haine raciale pour n’avoir pas encore diligenté des poursuites à leur encontre.
Pourtant, intimidations, racisme, xénophobie, haine d’une religion, harcèlement en bande organisée, apologie de la violence et menaces de mort, il ne manque vraiment rien au tableau pour trouver d’étonnantes similitudes avec le comportement des nazis chez ces gens-là.

Secundo /

Trouble à l'ordre public ou Liberté d'expression

Trouble à l’ordre public

Du Maire s’il jugeait qu’il y avait un trouble manifeste à l’ordre public, mais là aussi, tourner sur la voie publique, devant la mairie, sous le fronton « Liberté – Égalité – Fraternité » en pleine période électorale des présidentielles et des législatives en agitant le drapeau à fleur de lys ne semble guère émouvoir l’élu de la République qu’est Monsieur Thibault Estadieu.
Faut-il préciser, qu’à la même période, l’édile salvetois adoptait  le même langage ordurier et insultant de ses amis de la secte identitaire envers une journaliste. Il n’y a donc aucune perspective de voir la municipalité de Thibault Estadieu ester contre cette secte ayant pignon sur rue avec une vitrine mitoyenne aux locaux de la mairie et mettant en évidence des ouvrages comme « Mein Kampf ».
Comme j’ai coutume de dire, « la Salvetat n’a pas mis que le Sud en bouteilles, elle a mis le Fascisme en vitrine » et manifestement, le maire-médecin, ne veut pas ordonnancer un traitement pour « troubles à l’ordre public » que cela peut engendrer : mise à mal de la santé économique de sa commune, désordre  d’un  tissus social particulièrement affecté dans le « bien vivre ensemble » (doux euphémisme) et image de marque du village particulièrement détérioré.
La peste brune est dans nos murs, cela créa une vive polémique lors du conseil municipal du  12 avril 2017 (consultable toujours dans les comptes rendus  du site officiel de la mairie dans leur intégralité)

EXTRAIT du B.M/  Ces propos outranciers, peu importe la cause ou la raison, sont déjà odieux dans la bouche d’un citoyen banal et donc à plus forte raison dans celle d’un élu de la République, Maire d’une commune et de plus la nôtre, la Salvetat…./… La situation est trop grave pour la réputation de notre village, de ses habitants, pour les propriétaires, pour l’attractivité touristique et pour l’image de marque de notre eau minérale. Ces propos injurieux tenus par le Maire de la Salvetat sont entrés dans l’histoire] L’opposition  demandait à chacun des conseillers municipaux de savoir prendre leurs responsabilités et quittait la séance du conseil municipal.

Quoi de plus naturel donc, que les sbires de Joël Labruyère, agissent de même que leur édile d’ami, et se sentant « protéger » , insultent, diffament et menacent ceux qui ne partagent pas leurs idées et qui dénoncent leur  idéologie extrême.
OUI, la liberté d’expression  est aussi menacée à la Salvetat sur Agout.

Tertio /

Liberté d'expression : Article la pieuvre

Article la pieuvre

D’une plainte citoyenne. C’est donc ce que j’ai fait. Pour la troisième fois, victime de leur harcèlement,  injurié et menacé de représailles si je ne cessais pas mes rédactions  de la lettre panache salvetois qui les dénoncent depuis 2 ans maintenant.
Pour les lecteurs qui n’aurait pas suivi  toute l’Histoire, voici les liens  relatifs aux  5 articles  déjà publiés :
1 / http://www.panache-salvetois.fr/urgence-brigandes-a-la-salvetat/ du 13 septembre 2016
2 / http://www.panache-salvetois.fr/secte-a-la-salvetat-sur-agout/du 14 octobre 2016
3/ http://www.panache-salvetois.fr/la-salvetat-maire-secte-vilain-panache/ du 21 octobre 2016
4 / http://www.panache-salvetois.fr/raisons-colere-supremacistes-salvetois/ du 22 aout 2017
5/ http://www.panache-salvetois.fr/brigandes-salvetoises-et-fete-du-poulet/ du 5 septembre 2017
Il n’est nullement question que je cède à leur chantage.
Comptant sur une forte médiatisation du danger potentiel que représente cette communauté sectaire, ces déviants  professent  la liberté d’expression  pour eux-mêmes mais pas pour ceux qui ne partagent pas leur idéologie mortifère, ces corrompus d’un gourou Joël Labruyère  promouvant  dans des vidéos extrêmes, les pires châtiments  « aux islamo-gauchistes »  par ses nervis  illuminés, allaités à la thèse du « grand remplacement » chère à Renaud Camus.
OUI ,une mise en examen des protagonistes de ces dérives sectaires  devrait s’imposer?

Une communauté sectaire d’intouchables ?

Se sentant « protégé » par la municipalité de Monsieur le maire Thibault Estadieu ainsi que par certains conseillers municipaux, le clan dirigé par Joël Labruyère aurait tendance à vouloir imposer sa « loi » ainsi que sa « propre » (en l’occurrence bien sale) conception de la liberté d’expression en s’en prenant à l’unique rédacteur de la lettre panache-salvetois.
Le clan lui même mettant en exergue les liens d’amitié qui  unissent leur  communauté avec cette municipalité et certains agents de la force publique qui auraient une certaine réticence à entendre les doléances et autres récriminations de certains citoyens.
Pour étayer la réalité de ces liens, je rappellerai  l’appel à la tolérance, lancé par le  Maire Thibault Estadieu, envoyant une lettre à toutes les salvetoises et tous les salvetois ainsi que certaines déclarations passées :

  • « L’emballement médiatique récent, provoqué par quelques troublions locaux et agitateurs de tous bords à des fins  soit politiques, soit idéologiques, soit plus personnelles, ne doit pas faire oublier certains principes fondamentaux de tolérance » ( déjà publié in extenso dans le 1er billet du 13 septembre 2016 – voir lien -ci-dessus)
    « Artiste locaux de qualité, Barka production
    [la boite de production des brigandes salvetoises sous la direction artistique de Joël Labruyère NDLR] a déposé son statut d’association locale pour faire de l’événementiel à la Salvetat. « bulletin municipal)
    [
    J’ai recherché sur les comptes rendus des différents conseils municipaux les sommes allouées aux différentes associations pour l’année 2017. Aucune somme n’apparait. J’ai demandé  à Monsieur le Maire de me communiquer le montant des subventions attribuées aux différentes associations et en particulier le montant alloué au Comité Animation, chargé de gérer l’événementiel sur la commune, organisme municipal créé en janvier 2017 pour remplacer l’office du tourisme, passé sous la compétence de la nouvelle communauté des communes comme l’exige la loi NOTRe. (voir PV du conseil municipal du mercredi 1er mars 2017, consultable sur le site officiel de la mairie de la Salvetat sur Agout) ] De l’argent public, a-t-il OUI ou NON été attribué directement ou via le C.A.T.  (Comité d’Animation Touristique) , à l’association Barka production ? Monsieur le Maire pourrait-t-il répondre ?
    Le sous-préfet nous a assuré qu’il se pencherait sur les comptes.
  • Le conseil municipal du 28 septembre 2016 a fait l’objet d’un vif échange concernant les brigandes salvetoises entre le Maire Thibault Estadieu et l’opposition par la voix de Monsieur Francis Cros. Consultable aussi en ligne sur le site de la municipalité, il y est bien spécifié par les deux partis (le maire  et son principal opposant Francis Cros) que cette communauté est bien identifiée tant par la préfecture que par la DCRI comme étant une secte.  Pour Estadieu, l’important est que tous les enfants de cette communauté puissent profiter de l’école de la République.
    Argument caduque aujourd’hui car aucun enfant de la communauté sectaire n’a fait la rentrée scolaire cette année en septembre 2017 et que les parents de la secte ont déclaré :

« Les gens ne réalisent pas à quel point l’Éducation nationale est un viol psychique de masse. Pour nous, le problème crucial sera de recréer des écoles véritablement libres car la république totalitaire prétend être la propriétaire de nos enfants.
Souvenons-nous du message de Lucie Aubrac :
« Résister doit toujours se conjuguer au présent ! »

  • Si l’école de la République n’est pas obligatoire comme nous l’a signalé Monsieur le préfet, l’instruction est par contre obligatoire comme nous nous sommes plus aussi à le rappeler au représentant de l’État  et que cette disposition d’un tel enseignement est régi par la loi.
    «L’éducation, l’école est une forme de résistance. Une résistance à l’individualisme et au repli sur soi. L’école contribue à accomplir la promesse républicaine de notre devise : Liberté, Égalité, Fraternité ». (Polard – Maire de Capestang – extrait discours inaugural de l’école Lucie Aubrac)
    Qu’en est-il de la réaction de l’académie de Montpellier sur un tel jugement portée par la secte sur l’éducation nationale ? Silence assourdissant !
    L’académie a été saisie. Monsieur le Maire de la Salvetat, pourtant si prompt à réagir lorsqu’il s’agit de « défendre » cette communauté, n’a, à ce jour, fait aucune déclaration publique quant à la déscolarisation de ces enfants, alors qu’il semblait que le sauvetage de la quatrième classe de l’école primaire de la commune, selon ses déclarations l’année passé, soit une de ses priorités ! Ne s’agissait-t-il pas là d’une simple posture électorale pour caresser dans le sens du poil nombre de ses électeurs  ainsi que ces « amis » de la communauté  des identitaires sectaires ? [La lettre  du « Maire Débonnaire » se retrouvant à la UNE du site du comité de salut public des brigandes ] Quel genre d’éducation reçoivent ces enfants, utilisés par ailleurs dans les vidéos haineuses et violentes, au titre évocateur de « Foutez le camp » par exemple, que produisent et diffusent leurs parents ?  (voir sur le site des Brigandes ou sur You Tube).
    Qu’en est – il   des services sociaux de protection de l’enfance s’agissant de l’utilisation d’enfants dans ce genre de clips monstrueux ?

Liberté d’expression : destitution d’Estadieu ou sa démission ?

Les citoyens connaissent en général les modalités d’élection du maire. Peu d’entre eux savent en revanche comment celui-ci peut être démis de ses fonctions. La présente note aura donc pour objet de présenter les cas dans lesquels il est possible de destituer le maire.  La possibilité pour le gouvernement de destituer le maire : la révocation

La destitution du maire. Par Daniel Tasciyan … – Village de la Justice.

Extrait:

« Aux termes » des dispositions de l’article L. 2122-16 du  Code général des collectivités territoriales , le maire, après avoir été entendu ou invité à fournir des explications écrites sur les faits qui lui sont reprochés, peut être révoqué par décret motivé pris en conseil des ministres.
La révocation entraîne immédiatement la perte de la qualité de maire et elle emporte de plein droit l’inéligibilité aux fonctions de maire pendant une durée d’un an. Le maire révoqué ne perd toutefois pas sa qualité de conseiller municipal.
La loi ne précise pas les motifs pouvant justifier la révocation du maire. Il ressort cependant de la jurisprudence que cette mesure, qui est une sanction administrative, ne peut intervenir que pour des faits graves.
Plus précisément, la révocation ne peut être prononcée qu’en cas de faute du maire dans l’exercice de ses fonctions ou lorsque celui-ci est impliqué dans des faits, qui bien qu’étrangers à la nature de ses fonctions, entachent son autorité morale« 

Liberté d’expression et loi du silence.

Face à tant d’incompétences et de ce que représentent les valeurs humaines dans notre société, je ne saurai que recommander à Monsieur le Maire de la Salvetat de démissionner, tout en rappelant que la démission de 5 ou 6 conseillers municipaux provoquerait aussi des élections municipales anticipées à la Salvetat sur Agout.
Le quorum requis pour la tenue des conseils municipaux n’étant plus atteint, le retour aux urnes serait inévitable, c’est la loi !
Retrouver la sérénité et un art du « bien vivre ensemble » perdus dans notre commune des Hauts cantons de l’Hérault pour cause d’indigence intellectuelle et morale de notre édile.
Oui, c’est à chacun des élus de cette municipalité de savoir prendre leurs responsabilités en ayant toujours à l’esprit l’intérêt général de notre commune et non pas à l’intérêt particulier d’un maire qui a failli dans sa mission en trahissant les valeurs républicaines pour lesquelles nous l’avons élu en 2008 et réélu en 2014 et alors qu’à l’occasion de ces deux élections municipales passées, (certains m’en font encore le reproche) la lettre panache-salvetois a fait campagne pour la liste emmenée par Thibault Estadieu.
A ces élus là, parce que,  il ne faut pas confondre « complaisance » et « complicité »  dans la solidarité d’une équipe municipale ou chacun  devrait aussi faire preuve  de sa liberté d’expression. Ce qui est loin d’être le cas de bien des conseillers  de cette majorité municipale, puisque malgré les tensions aucun n’a encore eu le courage de démissionner .  Et pourtant, il y aurait de quoi, car, comme disait Martin Luther King :

« Notre vie commence à s’arrêter le jour ou nous gardons le silence sur les choses graves »

« La section LDH de St-Pons-de-Thomières/Hauts-Cantons déplore que les autorités municipales de La Salvetat sur Agout permettent à des membres d’une secte qualifiée d’ultra droite, d’animer un programme communal culturel .
Ce rapprochement idéologique n’aurait pas à être une source de satisfaction, ni une priorité, car aucune fusion avec un groupuscule sectaire et fascisant de ce genre n’ apparaît habituellement:
-ni dans les usages  d’une municipalité,
-ni n’est du reste magnifié ni encouragé à travers la politique de la France.
Notre section estime que cette décision d’élus porte atteinte, face à leurs administrés, à la crédibilité du maire et de son conseil municipal en matière de choix culturel, par rapport à leur engagement Républicain, au respect des valeurs de la fonction élective, et aux Droits de l’Homme dont se prévaut la République.
Nous pensons qu’il reviendrait au préfet et à la mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires, que nous interpellons à ce propos, de vérifier la légalité et le bien-fondé de ce parti pris indigne incombant à la commune de La Salvetat sur Agout. »

Dernière minute  concernant la liberté d’expression

Une pétition vient d’être mise en ligne ce jour  jeudi 30 novembre 2017

pour la signer suivre ce lien :
Mr le procureur de la République stop a la propagande raciste antisémite et homophobe du groupe ultra droite des brigandes

 

 

Partage

9 commentaires

  1. et pourquoi ne pas publier le trombinoscope des femmes de cette communauté ?Elles sont aussi responsables de l’idéologie délirante de ce groupuscule , que les hommes que tu cites .

    • Peut-être par simple humanisme envers ces pauvres femmes (plus à plaindre vu leur état de soumission) et qui ne font que répéter les paroles racistes, antisémites,homophobes, etc. de leur délirant parolier, directeur de (in)conscience , directeur artistique et grand manipulateur pervers qu’est Joël Labruyère.
      Toujours s’attaquer aux vrais responsables , en occurrence Labruyère, Duvivier et Billaud… comme dans le régime Nazi , Hitler, Goebbels, Himmler….

      • Pas d’accord : Les femmes ne sont pas plus bêtes, soumises, influençables ou irresponsables que les hommes ! Elles savent bien ce qu’elles chantent et disent dans les vidéos. Les adeptes, femmes ou hommes sont autant responsables que leur gourou ! Quand un groupe de personnes suit les yeux fermés un cinglé, un pervers ou un manipulateur, pourquoi faudrait-il les excuser ?
        Et aussi excuser les « témoins » qui ferment les yeux…?

  2. Bravo pour cet article encore une fois très courageux. Vous n’êtes pas le seul à vous interroger sur la provenance des fonds. La méthode de ces harpies semble être de diviser pour mieux régner, comme en témoigne l’odieuse chanson « Bah moi dans mon village » des « Salvetoises » qui distribue bons points et cartons rouges aux habitants du village… Labruyère a été traqué et sorti du bois, comme il le dit, sa photo est sur internet et c’est tant mieux. Si ce planqué professionnel tient à l’anonymat, il prendra ses propres chansons au sérieux et pourra foutre le camp… sur la planète Mars, si celui lui chante, c’est le cas de le dire ! Car son masque de « tueur » ne le cache plus. Qu’il réalise ses fantasmes elfiques, dragonesque, et caïnite ailleurs et emmène sa bande de fantômettes avec lui. Facile de répéter à qui veut l’entendre que Bardot parle de « l’adorable Marianne Mourgeon. » Si B. B. connaissait les délires de Labruyère sur elle-même–il écrit qu’elle aurait un « égrégore » ou un « reflet astral » pas suffisant pour la faire échapper à une sorte d’enfer éternel ou de réincarnation pourrie–, je ne sais pas comment elle réagirait… Elle lui paraîtrait moins adorable, la Marianne.
    Je suis heureux de voir, Monsieur Canals, que vous êtes soutenu localement. L’étau se resserre : gare aux faux pas, « adorables » Brigandes !

  3. Véronique Devert le

    Vous avez raison, il faut partager, partager… pour qu’au moins, élu, procureur, préfet ne restent pas inactifs. Et merci pour votre courage.

    • Tu vois bien que je ne suis pas seul GdeC, ton commentaire le prouve et je te remercie pour ton soutien et ta solidarité. J’en profite pour remercier tous ces lecteurs et anonymes qui m’ont transmis des mails de soutiens ou qui ont fait des partages et des commentaires sur les réseaux sociaux.
      Je remercie aussi toutes les rédactions , diverses publications et différents groupes, associations qui ont déjà repris l’information ou qui vont la reprendre. Merci pour cet élan de solidarité.

    • Communiquer, communiquer, la peste brune s’installe avec la bienveillance de certains élus ruraux qui affirmaient pourtant ne pas faire de politique….

Laisser un commentaire,

%d blogueurs aiment cette page :
Lire les articles précédents :
Hameau de La Figuière Commune de Rieussec (Hérault)
Regain à la Figuière : Giono éternel zadiste.

La Figuière,  une terre qu'aurait apprécié Giono. Avec Regain, le  romanesque poète marque son attachement à...

Fermer