Libre Pensée : ITW Alban Desoutter.

0
La Libre Pensée se réclame de la raison et de la science.
  • Elle n’est pas un parti ; elle est indépendante de tous les partis.
  • Elle n’est pas une Église ; elle n’apporte aucun dogme.
  • Elle vise à développer chez tous les hommes, l’esprit de libre examen et de tolérance.
  • La libre Pensée défend le principe constitutionnel de laïcité et la séparation des Églises et de l’État, garantie notamment par la loi du 9 décembre 1905.
  • Pour ce faire, elle entend utiliser tous les moyens nécessaires, y compris les voies du recours devant les juridictions compétentes, pour en interdire toute tentative de remise en cause directe ou indirecte.
    STATUTS-DE-LA-FEDERATION-NATIONALE-DE-LA-LIBRE-PENSEE.l

Interview d’ Alban Desoutter, militant de la Libre Pensée.

Au sujet des fêtes de la Saint Roch et de la laïcité à Montpellier.

L.P.S : peux-tu nous dire rapidement quelle est ton association et ce qu’il s’est passé cet été autour des fêtes de Saint Roch à Montpellier ?

Alban Desoutter: Je suis membre de la Libre Pensée, la plus ancienne association laïque de France, qui fut à l’initiative de la loi de 1905.
A Montpellier, la Libre Pensée a pas mal végété jusqu’en 2015 : à part des réunions et des repas de commémoration, fort sympathique au demeurant, il ne se passait pas grand-chose, les adhérents n’étaient que très peu impliqué. En plus, il y avait une division, à laquelle nous avons mis fin, ce qui a donné un vrai souffle militant.

Sur Montpellier, le groupe auquel j’appartiens proteste depuis 2015 contre l’implication de la Mairie de Montpellier dans l’organisation des fêtes de la Saint Roch. A quatre reprises nous avons demandé à être reçu par le Maire, qui n’a jamais daigné nous répondre.
Cette année, l’affaire a pris de l’ampleur. Quand nous avons vu que la Mairie se lançait dans une nouvelle campagne massive de promotion des messes et des processions autour d’un saint catholique, en titrant « rencontrer Jésus avec Saint Roch », nous avons envoyé une lettre en recommandé, et nous avons engagé une campagne en direction de l’opinion. Trop c’est trop.

L.P.S : avez-vous été suivi ?

Alban Desoutter : En effet, nous avions informé tous les députés et les sénateurs de l’ Hérault. Muriel Ressiguier a immédiatement adopté une prise de position conforme à la laïcité, et les journaux et télés se sont fait les relais du débat. L’appel que nous avons lancé, lui a rassemblée rapidement 300 signatures, dans le silence médiatique le plus total. La section de Montpellier de la Ligue des Droits de l’Homme, des militants syndicalistes, de la CGT ou de FO pour l’essentiel, et de simples citoyens se sont regroupés.
En même temps, il faut noter que certains n’ont pas pris part aux polémiques, et, pourtant toujours prompts à commenter l’actualité, à avoir un point de vue sur tout, même et surtout sur des détails, n’ont pas dit grand-chose cette fois ci. Nous notons également que pas un seul conseiller municipal n’a trouvé quoi que ce soit à redire de l’immense campagne d’affichage de la Mairie pour inviter à la messe et aux processions.

A Montpellier comme ailleurs, la laïcité et l’article 2 de la loi de 1905 impose que les institutions de l’État ne fasse pas la promotion d’une religion. Or il se trouve, qu’au nom du fait que Saint Roch serait né à Montpellier, l’article 2 est ignoré. On nous répond : il s’agit d’une tradition.

L.P.S : quelle est la réalité de cette tradition ?

.                     LOGO  La Libre Pensée

Alban Desoutter :

Tradition ou pas, la loi s’applique. Il n’y a pas beaucoup de lois dont les militants laïques peuvent fièrement affirmer qu’elle est positive. La loi de 1905 compte parmi les lois positives qui ont été gagnées à certain moment. Mais même quand on regarde un peu l’argument avancé, on se demande comment il peut être affirmé avec un tel aplomb. De l’aveu même de l’association qui organise les fêtes en lien avec le Diocèse, le culte de saint Roch au 20ème siècle avait quasiment disparu. Il a été remis en selle en 1995 par Georges Frêche (un précurseur de notre temps sans doute) puis par Philippe Saurel, l’ami de Valls, grand admirateur de Macron.

Quand on regarde les images on voit que la procession réunit 400 personnes, ce qui dans une ville comme Montpellier comptant 270 000 habitants, est plus que léger. Il y a plus de monde au Polygone un samedi après-midi que pour suivre les reliques d’un « saint ».

L.P.S : vous semblez dire que Saint Roch est sujet à caution.

Alban Desoutter : D’une certaine manière, on ne traite pas de cette question, car quelle que soit la réponse, la loi de 1905 doit s’appliquer. Donc l’existence ou l’inexistence d’un personnage qui fait partie de la longue liste des Saints ne peut pas se substituer à la défense de la laïcité. Mais puisque l’on en parle, et pour ne pas éluder cet aspect, nous avons constaté au groupe des Université de la libre Pensée, que Saurel avait demandé la réédition d’un livre écrit par des universitaires, sur l’histoire de Montpellier.

Nous apprenons alors, c’est écrit en toutes lettres, que le dit Saint Roch est en fait une invention tardive, sans doute un doublet agio-graphique : l’invention d’une vie de Saint à partir d’un homme d’église préexistant. Celui qui a travaillé à temps plein sur la vie de Saint Roch est un historien belge, Pierre Bolle. Que dit-il ? Qu’après avoir passé 20 années à étudier son sujet, il en arrive à la conclusion qu’il est impossible de conclure à l’existence du personnage, reprenant la position de Monique Goullet sur les hagiographies. Quand on a expliqué que le livre commandé par Saurel disait le contraire de ce qui était promu par la Mairie à grand renfort de publicité et d’autorité que lui confère le poste de Maire, nous n’avons eu droit qu’à un silence gêné en guise de réponse.

L.P.S : un maire en écharpe devant une église, est-ce bien si grave ?
Certains ont parlé d’un prétexte, d’une tempête dans un verre d’eau.

Alban Desoutter : Quand un maire, sur le parvis d’une église entourée d’hommes en soutane et de relique, explique : nos racines sont chrétiennes, c’est sacré, on ne touche pas à nos traditions, on a un peu de mal à croire que le maire en question ait pu se réclamer un jour du socialisme. Les discours sur les racines chrétiennes de la France, il y a encore 10 ans, c’était le fait de l’extrême droite, des groupes, des sous-groupes et quarts de groupe de catholiques intégristes. Depuis des années, la question de la religion est utilisé pour stigmatiser les musulmans, leur faire porter le chapeau de tous les maux de la terre, on entretient un climat de tension communautaire pour passer sous silence les véritables problèmes que connaît le pays, et il s’en trouve pour dire : c’est sans importance. Cela montre qu’en période de crise, ce que l’on croyait être le fait de quelques illuminés est utilisé par une partie de la classe politique.

Enfin, l’actualité risque de compliquer encore un peu les choses à certains. Les si jolies traditions chrétiennes qu’il convient d’honorer n’ont pas brillé par leur respect de certaines fractions de la population. Outre les hérétiques, les femmes, les penseurs, les scientifiques, l’Église n’a pas été en reste concernant les homosexuels. Il va falloir expliquer maintenant comment au 20ème siècle, on peut encore expliquer comme vient de le faire le Pape, que les enfants qui pourraient avoir une tendance homosexuelle doivent aller consulter un psychiatre « pour enrayer le mal ».

Quant à notre présupposée intolérance, je dirai qu’on a vu beaucoup de libres penseurs sur les bûchers, mais qu’on n’y a jamais vu un seul évêque.

L.P.S : on vous a reproché de ne pas en faire autant concernant les musulmans en effet.

Alban Desoutter : Oui, mais quand on demande exactement où est le problème, on trouve des arguments qui cachent mal la xénophobie, finalement. On nous dit : un terrain a été prêté pour organiser l’abattage des moutons pour l’Aïd, qui fête la fin d’une période religieuse. Et alors ?
Que l’État encadre des pratiques pour des risques sanitaires, et demande à ce que les règles d’hygiène et de sécurité soient respectées, où est le problème ? D’ailleurs quand les processions de Saint Roch sont encadrées par la police pour des raisons de sécurité, on ne pousse pas des hauts cris.

Ensuite, on nous a dit : un imam est allé en Arabie Saoudite pour faire sa formation, ne faudrait-il pas que l’État se charge de former lui-même les imams. Quelle hypocrisie : quand Macron reçoit le roi d’Arabie Saoudite et les chefs d’états qataris, dont le rôle dans le financement de groupes religieux fort peu recommandables est un secret de polichinelle, personne ne dit rien, vivent les affaires.
C’est un peu comme certains  qui vous expliquent que le communisme c’est le totalitarisme avec des trémolos dans la voix, mais lorsqu’il s’agit d’aller faire des affaires juteuses en Chine, alors plus de problème, on ne trouve que des vertus aux dirigeants chinois qui font travailler les ouvriers 16 heures par jour dans des zones franches sans droits ni syndicats. Quand il s’agit de gagner de l’argent, les grands principes laissent place au pragmatisme des deniers.
Il y a combien de prêtres qui vont se former au Vatican ?
Le Vatican, c’est normal, pas la Mecque ?

Toute cette campagne vise à diviser le peuple français en communautés, à détourner l’attention des attaques contre les acquis ouvriers, à faire oublier les 12 milliards d’euros qui sont données chaque année aux écoles privées à 95% catholiques via la loi Debré.
Mais il existe encore des principes : le Comité des droits de l’homme de l’ONU vient de nous donner raison concernant les signes religieux dans les entreprises, et c’est une bonne nouvelle pour les libertés. Les travailleurs du privé ne sont pas détenteurs de la puissance publique, la neutralité ne s’applique donc pas… Dans l’entreprise, les salariés sont des citoyens.

L.P.S : que va-t-il se passer maintenant ?

Alban Desoutter: D’une part, nous allons aller jusqu’au bout. Il n’y a pas de raison que ce qui a été empêché à Béziers soit permis à Montpellier, on est encore en République.
Ensuite, le congrès de la Fédération nationale vient de se tenir, nous allons nous engager dans la défense de la loi de 1905, dans la France entière. En effet, Macron a, il y a quelques mois, annoncé qu’il fallait rétablir les liens qui avaient été rompus avec l’église. Nous le ferons de manière à rassembler largement les associations qui se placent comme nous sur le terrain de la défense de la loi de 1905.

Groupe Universités et citoyens de Montpellier de la Libre Pensée (Fédération départementale unie de l’Hérault de la Libre Pensée )

Groupe des Universités et des citoyens de Montpellier.
Fédération Unie de l’Hérault de la Libre Pensée.
Espace Martin Luther King
27 Boulevard Louis Blanc
34000 Montpellier.
Mél : groupeunivlp34@yahoo.com

 

En écharpe, P. Saurel se pose en défenseur des traditions chrétiennes.
La Libre Pensée saisit le Préfet.

A tous ceux qui ont demandé au Maire de Montpellier de respecter la laïcité et la loi de 1905, celui-ci a répondu d’une certaine manière : en écharpe, autour d’un aréopage de soutanes « À chaque fois que quelqu’un voudra toucher à ces traditions, il faudra qu’il me passe sur le corps ».
Comme l’a judicieusement répondu une jeune montpelliéraine :
« passer sur son corps ? Non merci, sans façon. »

Outre qu’il ne s’agit pas de ses convictions à lui – rien n’empêche un élu d’aller dans une église, une mosquée ou une synagogue à titre privé, mais du respect de la neutralité des institutions (idée fort simple mais qui semble hors de portée de certains), ce discours a quand même de quoi étonner.
En effet, à ceux qui nous ont répondu que tout cela finalement « ce n’est pas si grave », nous pourrions faire remarquer que les discours sur les racines chrétiennes de la France, il y a encore 10 ans, étaient la marque de fabrique exclusive de l’extrême droite la plus pure. Il est d’ailleurs cocasse de voir qu’un même discours peut être « très grave » quand il est dit par les seconds, et fort banal quand il est avancé par un « socialiste freestyle ». Ceci explique peut-être le silence de certains, toujours prompts  à commenter toute l’actualité, sauf quand il s’agit d’avoir une once de principe (tout le monde n’est pas Jaurès, il est vrai).

Oui, marteler les racines chrétiennes de la France, c’est oublier le passé, les traditions grecques, romaines et gauloises, les siècles d’immigration et surtout : le long combat de la raison contre les siècles d’obscurantisme, dont le peuple français s’est finalement défait et qu’on lui ressort aujourd’hui. Incroyable mais vrai : la sécurité sociale, le code du travail, les statuts de fonctionnaire, la laïcité, les syndicats, c’est vieux et ringard, mais l’Église avec ses soutanes, ses bibles, ses croix et ses légendes inventées : alors ça, on n’y touche pas ! La tradition, c’est bon pour le contrôle des consciences, la modernité, c’est pour liquider les acquis sociaux, on ne mélange pas tout.

Nous remarquons également que les seuls soutiens publics à avoir lancé une pétition de soutien au discours de Saurel, c’est l’extrême droite justement !

Pas sûr quand même que tout cela aide Philippe Saurel à augmenter sa côte de popularité. Surtout qu’une « petite » tache vient se rajouter au tableau déjà assez peu reluisant des hauts faits de l’Église : se rendant en Irlande pour verser une larme sur le sort des victimes de l’Église (qui se comptent par dizaines de milliers : une paille), violées, tuées et exploitées par des représentants des Églises dans un pays très chrétien, le Pape François a une révélation pour résoudre le problème ! En effet, selon lui… il suffit d’utiliser la psychiatrie pour déceler les tendances homosexuelles des jeunes enfants. Les bras nous en tombent : non seulement il ne s’agit plus de condamner les prédateurs en Irlande ou de les inquiéter (sans parler de ceux qui ont couvert, suivez notre regard), pas même de se questionner sur la mécanique délirante de l’Église qui aboutit à ce résultat, non, il s’agit de dire que finalement, c’est l’homosexualité (une maladie à traiter) qui est responsable ; et d’aller dépister cette maladie chez les jeunes enfants (pour leur apposer un triangle rose sans doute).
Merveilleuse tradition chrétienne qui ressurgit : l’homosexualité en enfer.

Dans une ville comme Montpellier, il est fort à parier que tout cela ne fasse pas l’unanimité…
En tout état de cause, le financement et la promotion par la Mairie des fêtes de la Saint Roch doivent s’arrêter. C’est en ce sens que la Libre Pensée a décidé de saisir le préfet pour lui demander d’intervenir, comme il l’a fait au moment de l’affaire des crèches de Robert Ménard, maire de Béziers, au nom des mêmes « racines chrétiennes de la France ».

Montpellier, le 30 aout 2018.

Fêtes de Saint Roch en danger Montpellier_ la Libre Pensée

Fêtes de Saint Roch – Libre Pensée

Voir la pétition « Fêtes de Saint Roch en danger à Montpellier, défendons nos traditions ! » lancée par le groupe « Guilhem V ».
Nous continuons de faire signer l’appel des personnalités et citoyens de Montpellier, « Montpellier, c’est notre ville aussi, et elle est laïque », disponible à cette adresse :
https://www.petitions24.net/montpellier_cest_notre_ville_aussi_et_elle_est_laïque

 

Foire aux associations :
la Mairie de Montpellier a tenté d’interdire la pétition pour le respect de la Laïcité !

Monsieur Saurel, est-ce vous qui avez donné cet ordre manifestement illégal ?

Incroyable, mais vrai.

Ce dimanche 9 septembre 2018, au milieu de la traditionnelle foire aux associations, des représentants de la Mairie, accompagnés de la police municipale, sont venus aux premières heures sur le stand de la Libre Pensée, pour exiger que la pétition « Montpellier, c’est notre ville aussi et elle est laïque » soit purement et simplement retirée.
Étant donné que notre petit stand ne comportait qu’un bulletin et une pétition, autant dire qu’on nous demandait de plier bagage.
À trois reprises, les représentants de la Mairie et de la police ont indiqué que si aucun texte n’interdisait de faire signer la pétition, la présence à la foire sous-entendait un « contrat moral » avec la Mairie, induisant qu’on ne la critique pas.
La représentante de la Mairie a même indiqué : « c’est votre pétition et le titre de votre bulletin qui me gêne ». Un autre, plein d’emphase, nous a rétorqué : « vous vous attaquez à l’histoire ». Rien de moins.

Monsieur Saurel, est-ce vous qui avez donné cet ordre manifestement illégal ?

Ainsi donc, sans aucune règle écrite, la mairie veut imposer une nouvelle coutume : la présence à Montpellier, pour les associations, doit maintenant être conditionnée par le fait de ne pas critiquer la moindre action de la Mairie. Nous rappelons que tous les dictateurs sont de parfaits démocrates avec ceux qui ne les critiquent pas !
Indiquant à nos interlocuteurs que la pétition est un droit historique, hérité de la Révolution Française, inscrit dans le préambule de 1946, donc faisant partie du bloc de constitutionnalité, il n’était pas question que nous renoncions à notre droit.
Face à notre détermination et en l’absence de tout argument réel, les représentants de la Mairie et la police municipale sont repartis sans parvenir à nous faire plier.
Nous remercions les dizaines de Montpelliérains qui sont venus nous soutenir et qui ont témoigné de leur solidarité et de leur indignation face aux méthodes de la Mairie.
Nous remercions la Ligue des Droits de l’Homme de Montpellier (clic ICI) qui n’a pas hésité à prendre des pétitions pour les mettre sur leur stand.

Mais nous n’allons pas en rester là.
Que la Mairie oublie la loi de 1905 était déjà inacceptable. Mais qu’elle tente d’interdire la libre expression (une pétition sur une table !) à ceux qui défendent la loi de 1905, c’est un peu trop.

Monsieur Saurel, est-ce vous qui avez ordonné à vos services d’interdire à la Libre Pensée de s’exprimer ?

Monsieur Saurel, Montpellier, sa ville, ses rues, ses panneaux et sa foire aux associations ne sont pas votre propriété ni celle de ceux qui forment votre majorité au conseil Municipal. Vous êtes élu de la République, servant en théorie ses valeurs, certainement pas un preux chevalier croisé en armure dictant au peuple ce qu’il doit penser, dire et ne pas dire.
La Libre Pensée va donc écrire à l’ensemble des associations et organisations se réclamant de la démocratie pour les informer de ce qu’il se passe et leur proposer de réagir ; nous allons relancer notre appel pour faire signer en masse l’appel des 100 pour que la laïcité soit respectée à Montpellier.

Plus que jamais, signez et faites signer :

https://www.petitions24.net/montpellier_cest_notre_ville_aussi_et_elle_est_laique

Montpellier, le 9 septembre 2018

 

Partage

Laisser un commentaire,

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Lire les articles précédents :
scatologique discours sur la méthode du P.E.T.
Discours sur la Méthode du P.E.T.

Ne vous méprenez pas sur la signification du P.E.T. Les hommes politiques sont souvent reconnus...

Fermer