Conférence Mazamet : adresse d’un anti-éolien primaire !

0

Adresse d’un anti-éolien  qualifié de primaire  !

Une conférence régionale  pour distribuer un carton rouge à l’éolien industriel dans le PNRHL est prévue au palais des congrès de Mazamet ce vendredi 22 avril 2016.
Nombre d’interventions, de propositions seront avancées lors de cette manifestation pour démystifier ces grandes machines.
Qu’aimerait donc y entendre un anti-éolien primaire auto proclamé  ?
Si je voulais ironiser, je vous dirai  que je suis anti-éolien primaire, comme on était, il y a un siècle, un anticlérical primaire, c’est-à-dire à une époque où les mots contenaient le sens des valeurs humaines que Jean Jaurès traduisait éminemment bien lorsqu’il s’agissait de la Laïcité.
J’en conviens, si c’est par idéologie, ce n’est certes pas suffisant pour convaincre de la nocivité de ces machines industrielles basées, dés le départ, sur un grand mensonge au mépris de l’intérêt général mais comme disait encore le Pacifiste Jaurès :

« Dans une dictature, la caricature et l’ironie sont les derniers refuges des esprits libres »

déplaisant à un anti éolien primaire : zone industrielle éolienne au coeur du PNRHL

fondation pour une zone industrielle éolienne au coeur du PNRHL

Oui, anti-éolien  parce que la production énergétique est industrielle.
Une éolienne est à elle seule :

  • une zone industrielle à part entière, avec ses centaines de mètres cubes de béton pour chaque socle devant recevoir une machine de 150 mètres de hauteur.
  • Une zone industrielle desservie par des chemins larges comme des autoroutes pour des convois exceptionnels amenant le matériel  et les matériaux en haut du chemin des crêtes.
  • Une zone industrielle truffée de km de tranchées où sont enterrés les câbles qui amène l’électricité au transformateur.
  • Difficile de nier :  une éolienne  est une véritable zone industrielle !
carte_implantation_eolienne_nouvelle_occitanie_mazamet_anti_eolien_primaire_22_avril_2016_panache_salvetois.

zones industrielles en nouvelle Occitanie

Comment dès lors ne pas être  horrifié par 300 zones industrielles dans le PNRHL ?
Les élus siégeant au Parc ne veulent pas reconnaître qu’autant de zones industrielles (le mitage éolien est énorme d’Est en Ouest, du Nord au Sud de la nouvelle Occitanie), n’ont pas leurs places sur ce  territoire  revendiquant la marque « PARC »  Ces élus contribuent à la désertification de leurs propres communes en affectant ainsi le Patrimoine Humain et le patrimoine environnemental dans tout ce qui constitue notre  quotidien : la VIE, quoi !
Ne pas le dire, c’est mentir ! Mensonges par omission, mensonges par compromissions, mensonges par ignorance, mensonges par intoxications verbales des discours d’élus atteint d’un certain mal-être démocratique !

Tout n’est que mensonge  dans l’affirmation que « l’énergie d’origine  éolienne est propre, écologique, créatrice d’emplois et vertueuse du  développement durable de l’humain » que professe, discours après discours, l‘élite dirigeante du PNRHL pour assurer que l’anti-éolien primaire est une personne peu recommandable !
T.N.E _conference_mazamet_anti_eolien_primaire_22_avril_2016_panache_salvetois.

Conférence de Mazamet / Patrimoine Humain :
fauteur de troubles,  l’anti-éolien ?

L’éolienne sème la zizanie  dans tous les villages du Parc où  un projet industriel prend naissance affectant ainsi le « bien vivre ensemble »  de ce monde rural, pour diverses raisons, maintes fois répétées et entendues,  mais toutes ayant une réalité incontestable, comme la dépréciation des biens immobiliers, l’enlaidissement des paysages, créant un détournement du tourisme vert vers d’autres lieux mieux préservés, affaiblissant encore  un peu plus l’économie locale et accélérant la désertification. Que les « ruraux » soient aussi des laisser-pour-compte, inquiets de  leur santé quant à la nocivité de la proximité d’une zone industrielle éolienne, qu’il n’est donc plus question de nommer « Parc » ou «  ferme » éolienne parce que ces termes,  sciemment erronés,  participent au grand mensonge  ! Ce qui chagrine peu l’élite des Parcs.

anti-éolien primaire vialelle / Verdi

 «  Mal nommer les choses ajoute au malheur du Monde »
Albert Camus.

Ruraux inquiets car  la gêne occasionnée par ces zones industrielles  est réelle et permanente : pollution visuelle (les feux clignotants), pollution acoustique, pollution sonore, propagation des ondes nuisibles (électro-sensibilité), mais pas que l’humain, le monde animal, particulièrement les oiseaux migrateurs et les chauves  souris, sont  aussi des victimes  de ces machines infernales, ainsi que la flore remarquable de ces lieux enchanteurs.
Ces  inquiétudes citoyennes sont superbement ignorées par nos élus locaux qui préfèrent signaler à la gendarmerie et présenter les interventions des anti-éoliens  au même titre que les actions de  voleurs de déchetteries et d’antisociaux commettant des incivilités sur telle commune comme a pu le faire le dernier conseil communautaire de la CCMHL.
« Jésus sur la croix était entre un assassin et un voleur » se dit l’anti-éolien primaire qui est une personne respectable !

anti-éolien primaire signalé à la gendarmerie ?

 Actions : l’anti-éolien « signalé » ?

«  l’anti-éolien  un barbare environnemental qui inquiète  » ?
Mettre un tel argument  dans leur communication (la dépêche) , faire de tels amalgames pour mieux déprécier les « interventions » de toutes ces associations qui s’organisent en collectif dans tous les villages où les projets de zones industrielles éoliennes poussent plus vite que les champignons et cela donne une idée assez précise des largesses démocratiques  qui ne passent pas  dans  l’étroitesse des esprits républicains d’élus avides de telles zones dans l’ensemble du PARC, quitte à en piétiner sa Charte et « salir » le comportement d’un anti-éolien,  placé sur la même marche sur l’échelle des inquiétudes des élus avec un « asocial »  et un « voleur » !
anti-éolien primaire : NON aux éoliennesVils arguments et manipulation honteuse de la part d’élus de la République, que de salir ainsi les  tenants du « non à l’éolien dans le PNRHL ».
Irresponsabilité d’élus que de stigmatiser ainsi ses propres concitoyens qui s’opposent à leurs projets, persuadés que justement parce qu’ils sont élus cela les autoriserait à faire n’importe quoi, n’importe où, n’importe quand, et pour qui, toutes critiques de leurs actions n’est qu’irrespect de leur personne,  émises par des « gens » peu recommandables !

Conférence de Mazamet /
L’anti-éolien primaire est une personne fréquentable !

La dénonciation des écrits et les menaces de poursuites judiciaires de Madame la Mairesse Catherine Sonzogni de Courniou les Grottes lors de la réunion publique organisée par les associations locales, à l’encontre de Hurlevent et de la lettre panache-salvetois, est révélatrice  du mauvais exemple de réactions typiques, des capacités d’un(e) élu(e) à  ne pas répondre sur le fond du problème  que pose cette industrialisation  du milieu rural préférant  s’attaquer à la forme prise pour  informer  de ce projet nos concitoyens.
L’esprit d’intolérance  serait-il le régent de la république comme fut régente la Grande Catherine du royaume de France ?
Nous n’étions qu’à Courniou les Grottes !
Si tant est que Madame la Mairesse Catherine Sonzogni de Courniou les Grottes ait changé d’avis , comme il se murmure, quant à l’implantation de zones industrielles  sur sa commune, Catherine se grandirait de venir  dire publiquement au palais des congrès de Mazamet, pourquoi elle a décidé de ne plus accueillir de demoiselles à Courniou !

L’ anti-éolien et le Patrimoine environnemental

Après la mise en danger du patrimoine humain, le fléau éolien est une menace pour le patrimoine environnemental. Les terribles agencements , décrits ci-dessus, nécessaires pour implanter les machines, (ouvrir des pistes jusqu’au crêtes pour acheminer les matériaux , construire les fondations , creuser des tranchées pour acheminer l’électricité vers les transformateurs alors que ce territoire est truffé , de l’Espinouse aux contreforts de la Montagne  Noire, de sources, (l’Agout  par exemple, prend sa source à 1 100 m d’altitude, tout près de la ferme dite du Rec d’Agout (ou de l’Espinouse), de nappes phréatiques, des  sources d’eaux minérales naturelles (Lacaune les bains, La Salvetat sur Agout) de grottes archéologiques (Courniou), des sites préhistoriques (Dolmens et divers rocs répertoriés), des monuments historiques (château de Grandsagnes à le Soulié) et affirmer que ces travaux peuvent se faire sans aucun risque pour ce territoire  reconnu par tous pour sa richesse en eau, cet élément essentiel à la vie, c’est aussi mentir à la population.
Les lobbys industriels s’attaquent d’autant plus aisément aux territoires ruraux qu’ils escomptent de faibles résistances à leurs projets en raison de la raréfaction des populations cependant certains ont décidé de résister. La dévastation industrielle n’est pas un fait isolé. Son développement est intimement lié au système  capitaliste. La destruction industrielle, négation de la vie, est le prix que nous payerons pour qu’une infime minorité dominatrice accapare toute la richesse.
anti_eolien_primaire_conference_mazamet_22_avr_2016_panache_salvetois_texte_de_bertold_brechtFinancièrement exsangues de par la baisse de la Dotation Globale de Fonctionnement,  les communes et leurs élus voient  de plus en plus, dans la « manne » du vent  un moyen facile de boucler leurs budgets municipaux.
Cette manne est une vanne !
C’est la communauté des communes  qui empoche  « l’énergie verte » pour la redistribuer aux communes au prorata de leur importance démographique. Vu l’élargissement des intercommunalités imposé par la loi NOTRe et le transfert obligatoire des compétences, on devine bien  que les retombées financières  ne sont et ne seront pas aussi importantes que prévues pour ces petites communes.

L’adage populaire : « choses promises chose dues » ne semble pas concerner la classe politique dans l’énumération des promesses qu’elle peut faire surtout en période de rut électoral  et des retombées réelles qu’en perçoivent les administrés. Le cas concret de Cambon et Salvergues est toujours édifiant à ce sujet.

anti-éolien primaire : Cambon et Salvergues : sa dette et ses zones industrielles éoliennes

Cambon et Salvergues :
sa dette malgré ses zones industrielles.

Cambon et Salvergues, commune de  65 habitants, était la moins endettée de la CCMHL avec un taux d’endettement proche de « zéro » (en 2007 et 2008 =  20 euros par habitant), cette commune avec une zone industrielle de 20 Machines depuis 2006, se retrouve en tête du palmarès de l’endettement  des communes de la CCMHL dès 2009 avec un taux d’endettement  le plus élevé par habitant (plus de 2600 euros en 2011). Triste 1ere place qu’elle détient aussi concernant la taxe foncière, la taxe d’habitation et autres impôts locaux tant dans leurs taux que dans leurs évolutions. Pour la première fois en 2009 le montant de la dette dépassait le montant des recettes de la commune et Cambon et Salvergues se mettait à vivre à crédit,  malgré la « rentabilité » des éoliennes.
Rejointe à ce palmarès de tête en 2014 par la commune de Fraïsse sur Agout  et ses 10 éoliennes du col de Fontfroide, les 2 communes ont un taux d’endettement 4 à 5 fois supérieur à la moyenne nationale des communes similaires.

Conférence de Mazamet /
Saleté du mensonge à l’attention des pro-éoliens

Comme dans le cochon, tout est-il vraiment bon dans l’éolien industriel ?
On vient de voir que ce n’est pas le cas en ce qui concerne le terrain (sols et sous-sols), l’aérien (bruits, ondes etc.), mais l’esprit de  « l’immaculée éolienne » est gangrenée par certaines affirmations  quant à la réalité de leur «propreté»

anti-éolien primaire les terres rares : l'or du 21ème siècleAinsi, les terres rares sont l’ensemble des métaux, indispensables à la fabrication des éléments pour le secteur des énergies dîtes vertes comme les éoliennes.
Chaque éolienne en contient environ 800 grammes. Ces matériaux sont le lithium, l’indium, ou encore le titane et le néodyme…
La demande sur ces matières premières ne fait que s’accélérer à mesure que les innovations technologiques se multiplient. Ces métaux, qualifiés de “stratégiques” ont connu une progression de leur cotation en bourse de plus de 500 %. en 5 ans. La Chine détient la quasi-totalité du marché  avec environ 90 % de la production mondiale. Tous les continents possèdent des minéraux de « terres rares » mais leurs coûts d’extraction est tel, que l’Europe  et l’Amérique préfèrent s’approvisionner chez les chinois où le coût de la jeune  main d’œuvre est à très bas prix. terres_rares_anti_eolien_primaire_panache_salvetois_Pnrhl_mazamet_conference_22_avr_2016_
Oui, l’énergie éolienne à un coût très élevé qui ne se chiffre pas qu’en euros !
La valeur humaine a-t-elle encore un prix pour tous ces tenants de la déontologie du développement durable et du commerce équitable que nous laisse entendre une certaine élite qui se voudrait encore rose-verte au sein du PNRHL ?

Conférence de Mazamet /

un engagement : anti-éolien  !

Pour une certaine  élite, présenter l’anti-éolien comme un primaire, un vulgaire pro-nucléaire, procède de la manipulation, car, nous rejetons l’option nucléaire avec autant de force et de détermination que nous savons pertinemment que jamais la multiplication des zones industrielles éoliennes n’a fait fermer ou arrêter un seul réacteur nucléaire à l’heure où l’EPR pointe encore le bout de sa cheminée.
Au  contraire, cette énergie d’origine venteuse, par définition intermittente, oblige à la mise en service de centrales à énergies fossiles : charbon, gaz et même bois avec l’exemple inquiétant de  EON à Gardanne).

  • anti_eolien_primaire_pacifisme_filiere_bois_camp_del_tour_CCMHL_CCML_nouvelle_Occitanie_cypermethrineMazamet_22__avril_2016Des écolos forcenés des éoliennes,  forcément urbains qui ont besoin d’énergie électrique pour recharger leur voiture électrique, leur vélo électrique, leur trottinette électrique…..
  • Des écolos forcenés des éoliennes forcément enclins à imaginer qu’on sortira du nucléaire en couvrant d’éoliennes nos territoires les plus fragiles.
  • Des écolos forcenés des éoliennes, forcément métropolitains, qui ne connaissent pas tous les problèmes que posent ces engins,  et qui ne veulent pas encore nous entendre …
  • Des écolos forcenés forcément anti-nucléaire face à l’anti-éolien primaire, mais qui ne montrent pas autant d’ardeur dans leur militantisme pour dénoncer le danger du nucléaire militaire qui prolifère tant de par le monde aux heures sombres que nous vivons, tant il semblerait qu’aujourd’hui les missiles sont partout et les pacifistes nulle part

Que ceux-là se remémorent le combat pour la paix de Jean Jaurès. Mais a-t-on encore le droit de parler de « pacifisme » car il y a bien longtemps que pour une dénucléarisation mondiale, l’idée de désarmement n’effleure plus que quelques esprits qui pensent que le nucléaire militaire est bien plus dangereux que le nucléaire civil ?
A nous de  faire évoluer ces écolos forcenés des éoliennes,  forcément  !
Continuons notre action avec compétence et conviction, « ils » finiront bien par comprendre pourquoi nous sommes en colère.

Stop aux mensonges !

C’est parce que le grand mensonge concernant l’éolien s’étale bien au delà des frontières du PNRHL dans toute la nouvelle région, du Gard, de la Lozère, de l’Aveyron, de l’Aude, de l’Ariège jusqu’aux Pyrénées, qu’il est urgent que, comme pour les états généraux du rail, le monde rural réclame des États généraux de l’Énergie et des alternatives  en Nouvelle Occitanie.
Quel symbole que le choix de la ville de Mazamet au cœur de cette nouvelle Occitanie de tenir la première conférence régionale pour donner un carton rouge à l’éolien industriel, organisé par le  collectif T.N.E (toutes nos énergies) regroupant 25 associations au palais des Congrès de cette ville qui a su si bien résister aux lobbyistes industriels, s’opposer à l’élite dirigeante du PNRHL jusqu’à dire « NON »  à la Charte et se voir exclure de fait du Parc…
Si les symboles ont encore une valeur, soyez nombreux à rejoindre Mazamet le 22 avril 2016 !
Dans une région principalement rurale comme peut l’être le PNRHL, lutter contre l’invasion industrielle, devrait être  une priorité pour tous.
Cette industrie source de saccages environnementaux, de pollutions, de mépris de l’humain, de corruptions  et porteuses de conflits dans le seul  intérêt de faire toujours plus de profits.

Un repère anti-éolien : L’Amassada / explications !

AMASSADA_anti_eolien_primaire_mazamet_carton_rouge_PNRHL_CCMHL_CCML_filiere_bois

« le transformateur de St Victor est prévu sur des terres agricoles de qualité AOP de Roquefort. La ferme qui les exploite est bien vivante, et les jeunes de la famille y travaillent, et veulent prendre la suite.
l’Aveyron n’a pas de problème d’approvisionnement en électricité, nous exportons de l’énergie hydraulique, second département de France à produire des énergies renouvelables; Nous sommes bons élèves. l’énergie produite par les barrages au Nord et l’Auvergne passent sur l’Aveyron dans les lignes quatre-cent mille Volt pas besoin d’un transformateur. la population est stable. le diagnostic émission de gaz à effet de serre dit que ce sont les transports et les animaux qui émettent des gaz qui polluent, donc le pétrole et le méthane.
Nous sommes abreuvés d’incitations à économiser l’énergie, et à réduire les émissions de gaz à effet de serre. l’électricité éolienne  n’a aucun effet sur le pétrole et le méthane,  et ne répond pas aux problèmes. la réponse a été des éoliennes industrielles en quantité,  prévues  dans un environnement de parc naturel, qui a des missions de protection écologiques, de l’environnement/biodiversité. Un quart des éoliennes sont installées, les autres ont eu les permis de construire accordés, sans avoir la possibilité d’évacuer l’électricité, et sans savoir si de nouvelles éoliennes pourraient être construites.
les porteurs de projets, ont continué malgré tout, à prospecter, et à créer des projets, sans se soucier des conséquences totalement anti écologiques, telles que celle  de provoquer la construction d’une gigantesque usine que représente ce transformateur prévu pour des centaines de machines, dans le sud-Aveyron, le Tarn et l’Hérault limitrophes., dans les forêts, et dans les plus beaux paysages.
les promesses de bénéfices conséquents, ont fait oublier les objectifs de ce que certains appellent la transition énergétique, qui n’a, en Aveyron,  plus rien dune  transition écologique.
La fausse écologie ça ne marche pasNous sommes plus que jamais dans l’industriel, dans le business. les élus sont silencieux depuis le début de ces affaires, et ont tout laissé faire. Ce sont les porteurs de projets, les sociétés étrangères, RTE, qui sont les maîtres du territoire, sans respect pour les habitants.
Progressivement, les éoliennes ont saturé le réseau, et maintenant, sous la poussée anarchique des projets,  RTE demande la construction de ce gros transformateur créé à St Victor pour évacuer l’électricité éolienne et photovoltaïque locales.
Spirale infernale qui  va provoquer la construction de centaines d’éoliennes pour le remplir ! Les projets éoliens nombreux, saturent le réseau, qui ne peut plus recevoir l’énergie locale écologique, (des méthaniseurs, etc) qui serait bien plus utile à tous.
Les destructions vont être immenses, créations de lignes THT en aérien, ce  que la charte dénonce, . créations de transformateurs en périphéries,…Brusque, Fondamente, Couffrau, Raviège, Fraisse sur Agout, Bozouls, etc…agrandissement d’autres transfos; Aveyron, Tarn, Hérault. tous ces transformateurs vont être des appels à projets éoliens et photovoltaïques.
Nous sommes pris en otage, et pour toujours, car un gros transformateur ne s’enlève pas dans vingt ans, ni les éoliennes qui le rempliront.  Ils seront là à vie, sans résoudre aucun problème;
Et de ce fait, ayant saturé le réseau, RTE invoque l’insécurité énergétique. nous disons que l’insécurité est créée  artificiellement. Remplir le réseau d’une énergie aléatoire en quantité est un vrai facteur d’insécurité.
Nous refusons cette pseudo-écologie  qui n’est qu’une affaire d’argent !
L’écologie, reste une affaire de production, utilisée  localement.

Anne-Marie CITTON

 

Partage

Laisser un commentaire,

%d blogueurs aiment cette page :
Lire les articles précédents :
Filière bois à la Salvetat sur Agout : ça va chauffer !

Filière bois à la Salvetat sur Agoût : "Qu'es aquò" ? La filière bois à...

Fermer