Mazamet avance, les éoliennes du PNRHL reculent!

10

J’espère qu’à l’instar de Monsieur Bonneville, de nombreux candidats anti-éoliens seront élus lors des prochaines élections municipales dans de nombreuses communes du Parc Naturel régional du Haut Languedoc tant dans sa partie  tarnaise qu’ héraultaises.


Monsieur le Maire de Mazamet serait la bonne personne

  • pour prendre la tête de cette fronde anti-éolienne,
  • pour faire plier les dirigeants du PNRHL,
  • pour ramener à la raison une majorité d’élus afin qu’ils prennent enfin conscience du grand mensonge de l’éolien industriel et des ravages patrimoniaux qui s’ensuivent.

OUI, que Mazamet Avance….. et qu’il en entraine beaucoup , beaucoup d’autres !

Quel beau défi !

 


 

Edito de laurent bonneville

L’ édito de Monsieur le maire de Mazamet Laurent BONNEVILLE

Non aux éoliennes  ni à Mazamet ni dans le PNRHL !

Monsieur Broncard,vice-président de la FED  et  Pierre Ducassé, ancien président de REVEIHL,  rappelle que :

« En 2012, le Maire de Mazamet Laurent Bonneville a refusé de signer le projet de Charte du Parc Naturel Régional du Haut-Languedoc qui entérinait l’implantation de 300 éoliennes sur son territoire. Il a su également convaincre le Maire de Castres et Président de la Communauté d’agglomération Castres-Mazamet, Pascal Bugis, ce qui crée aujourd’hui la plus grande confusion dans l’administration de ce Parc.
Hélas! comme nous le savons tous, le combat n’est toujours pas gagné. Nous devons aider les maires qui se sont opposés avec courage à ce développement monstrueux de l’éolien: ils ne sont pas si nombreux!
Je vous invite à venir visiter le site internet de campagne de Laurent Bonneville et vous verrez qu’il ne lâche pas prise:www.mazametavance.com
Si vous voulez l’encourager, même si vous n’êtes pas électeur à Mazamet, vous pouvez venir cliquer un petit message ou un simple « J’aime » sur sa page Facebook:  www.facebook.com/mazametavance
Je vous précise que Mr Bonneville est adhérent de l’association REVEIHL et que son combat, qui est aussi le nôtre, n’est pas gagné d’avance …

Merci à toutes et à tous »

 

 

Partage

10 commentaires

  1. Je ne connais pas Louis Iché, mais lui semble savoir de moi plus que je n’en sais moi-même! Il sait tout du « marché » que j’aurais passé avec Laurent Bonneville pour être sur sa liste en 2008 … en avant-dernière position réputée non éligible (je n’ai siégé au Conseil municipal qu’à partit de 2011 à la suite des décès de 3 conseillers). Quel beau marché! Il sait tout du « marché » Bonneville-Bugis qui a conduit au vote négatif de la Communauté d’agglo sur la Charte du Parc. Monsieur Iché est « témoin » de tous ces complots, caché derrière une tenture comme dans un film d’aventures, il sait tout, il voit tout… Tout, sauf la vérité.
    Certes, j’ai accepté de figurer sur la liste Bonneville en 2008 parce que son programme comportait une clause anti-éolienne. Mais pas de tractations préalables.
    Certes, je l’ai aidé à démêler, dans le pavé du projet de Charte, ce qui était bon (il y en avait beaucoup) et ce qui était inadmissible car contraire à ses engagements de campagne ou à l’intérêt de Mazamet. Il y avait 3 points d’achoppement, dont les 100 éoliennes supplémentaires que la Charte acceptait sans broncher. Mais ma position d’ancien président de REVEIHL ne m’aurait pas empêché de soutenir un compromis acceptable …si les dirigeants du Parc avaient accepté ne serait-ce qu’un début de discussion.
    Certes, j’ai été heureux de la position de Pascal Bugis. Comment lui en vouloir de refuser que la politique d’urbanisme de Castres soit dictée par les dirigeants et fonctionnaires du Parc? Et il a le droit, lui aussi, de refuser l’envahissement des éoliennes!
    Contrairement à monsieur Iché, je ne me complais pas dans les magouilles politiciennes. Je défends quelques valeurs simples et j’aime les partager avec mes amis. Laurent Bonneville en fait partie et je le soutiens dans sa nouvelle campagne (sans être présent sur sa liste cette fois-ci …il n’y a donc pas « marché », monsieur Iché!).
    Contrairement à monsieur Iché, je ne donne pas de leçons de démocratie à tout venant. Mais comment peut-on invoquer la règle de la majorité à Saint-Pons et la dénoncer à la Communauté d’agglo Castres-Mazamet? La démocratie serait-elle à géométrie variable?

    Avec mes remerciements reconnaissants au Panache Salvetois

    • La différence entre la majorité à St Pons et celle de la CACM est importante. Dans le premier cas, il n’y a pas photo : elle est très large et obtenue uniquement par les communes adhérentes au Parc. Dans le deuxième cas, elle est obtenue à une voix près grâce aux élus castrais qui représentent presque la moitié des votants et dont la commune n’est pas adhérente au Parc. Seules deux communes, sur les 16 de la CACM ont rejeté la charte. A l’assemblée européenne par exemple ce vote n’aurait pas permis de rejeter la charte. Ce sont des faits.
      M. P. Ducassé, ancien président de l’association REVEILH, a aidé L. Bonneville « à démêler, dans le pavé du projet de Charte, ce qui était bon (il y en avait beaucoup) et ce qui était inadmissible. » Tout est là, rien à ajouter !
      Apparemment je sais tout, serais-je une voyante extra-lucide comme ceux qui savent ce que je pense ou ce que je ressens à partir de phrases ou d’éléments de phrases sorties de leur contexte ? Non, je m’informe et j’essaie de comprendre. M. P. Ducassé peut-il démentir que la constitution de la liste et du programme de L. Bonneville lors de la dernière élection ont bénéficié de l’aide discrète, mais pas suffisamment, du secrétaire général de mairie soumis à l’obligation de réserve ? Ce secrétaire général a bénéficié par la suite d’une promotion, dont il ne pouvait bénéficier à Mazamet (commune trop petite) à la communauté d’agglomération. Cette promotion lui a permis de percevoir un traitement bien supérieur qui se traduit de manière substantielle sur sa pension de retraite. M. P. Ducassé, adjoint aux finances, peut-il démentir ces faits ? N’y aurait-il aucun lien entre tous ces évènements ? Les décisions ont-elles été prises dans l’intérêt général ?
      Enfin M. P. Ducassé ne se représente pas aux prochaines élections. On peut le comprendre, il a obtenu ce qu’il souhaitait faire rejeter la charte par Mazamet (avec l’aide de Castres) et faire exclure 20 communes du PNPHL, c’est à dire nuire au Parc à qui il s’oppose dans son combat anti-éolien. C’est son choix, je pense que c’est une erreur. Je précise que je ne suis ni un anti-éolien (vous l’aviez compris) ni un pro-éolien à tout crin. J’essaie de me faire une idée : éolien ou pas, éolien dans le Parc ou pas, si oui à quelles conditions ? J’avais d’ailleurs assisté à une réunion ouverte au public pendant la phase de rédaction de la nouvelle charte qui m’avait apporté un certain nombre d’éclairages mais insuffisants. Votre débat plus passionnel que raisonné ne me permet pas d’avancer de manière constructive, c’est pourquoi j’estime que je perds mon temps.

      • Vous perdez votre temps? Et moi donc!
        Vous faites partie de ces gens avec lesquels le débat est impossible: quand on vous répond sur un point, vous sortez une autre carte pipée de votre manche. Cela pourrait durer éternellement. Alors, stop!

        • En matière de gens avec qui le débat est impossible, il semblerait que les conseillers mazamétains d’opposition ont pu vous apprécier à votre juste valeur ! Parler de carte pipée, vous permets ni de démentir ni de confirmer mes questions. C’est une forme de réponse non-politicienne !

  2. Cher Thierry,

    Il y a malheureusement en politique des combats qui sont menés par opportunisme où les intérêts particuliers et personnels sont cachés derrière une présentation plus acceptable et plus attrayante.
    Mr. Bonneville, comme il le déclare, a été adjoint pendant plusieurs mandats à la mairie de Mazamet. Dans ses attributions figurait l’environnement. S’il s’est opposé aux éoliennes sur le territoire de la commune comme une grande partie des élus si ce n’est la totalité, jamais il ne s’est opposé à la présence d’éoliennes sur le PNRHL. C’est donc avec l’arrivée de P. Ducassé dans son équipe qu’il a changé de position. Avec l’aide des élus castrais de la CACM qui ne font pas partie du PNRLH, L. Bonneville a provoqué la rupture avec le parc pour deux raisons :
    Aucun élu de la commune de Mazamet ne siégeait dans les instances représentatives du Parc. C’est le résultat de son attitude envers les collectivités environnantes qui l’ont sanctionné lors du vote. Dans un esprit de conciliation, deux conseillers généraux, D. HOULES et J.L. HENRY, ont proposé de faire démissionner un des élus de leur commune pour laisser une place à un élu mazamétain. Cette proposition a été rejetée par L. Bonneville sous prétexte que c’était trop tard !.

    La volonté de L. Bonneville et surtout de P. Ducassé d’imposer à l’ensemble des collectivités du Parc le refus de l’implantation de nouvelles éoliennes. Faut-il rappeler que la charte a été votée par l’ensemble des collectivités à l’exception de deux : Mazamet et Lacabarède, commune où réside P. Ducassé et dont le maire est l’époux de l’ex-députée suppléante de B. Carayon, UMP? (!) En bonne démocratie, me semble-t-il, la charte a été approuvée par une large majorité que l’on soit pour ou contre l’implantation d’éoliennes. L’attitude de L. Bonneville et de P. Bugis a fait exclure 9 communes de la CACM et 11 autres communes pour discontinuité territoriale du Parc. Beau gâchis désapprouvé par J. Limouzy l’un des fondateurs du Parc. Ce coup d’éclat a-t-il au moins permis de faire reculer l’implantation d’éoliennes ?
    Non, pour deux raisons :
    Les communes qui ont adopté la charte continuent à fonctionner selon cette charte rejetée par L. Bonneville. Quant aux 20 communes exclues, elles peuvent faire désormais ce qu’elles veulent sur leur territoire puisqu’elles n’ont plus à respecter les engagements de la charte. Par ailleurs, la charte n’imposait pas aux communes d’implanter des éoliennes. Elle ne faisait qu’indiquer des zones où, selon le cas, les éoliennes étaient autorisées, possibles ou exclues. Chaque collectivité étant libre d’accepter l’implantation ou pas selon son PLU. Ca s’appelle une victoire à la Pyrrhus. L. Bonneville a fait perdre à Mazamet et à toutes ces communes le label du Parc très porteur en matière de tourisme (gîte, chambre d’hôte,…) et produits gastronomiques par exemple. Le Parc répartissait ses achats sur l’ensemble des communes du Parc. Les commerçants des communes exclues ont vu disparaître ces achats, ils n’avaient pas besoin de ça en cette période économique !
    J’ai été pendant 13 ans conseiller municipal à Mazamet, je suis redevenu un simple citoyen mais je ne peux m’empêcher de me souvenir d’un passé pas très lointain. L. Bonneville n’a jamais démontré une indépendance d’idées contrairement à ce que vous croyez. Il a fait preuve d’un opportunisme à tout crin s’appuyant sur tel ou tel parti au gré des vents favorables. Faut-il rappeler qu’il a été candidat à plusieurs élections municipales, législatives et conseil général sous des étiquettes différentes ? Sa seule ligne directrice, c’est son opposition aux partis de la gauche : du PRG au NPA en passant par le PS, LE PC,… La succession de manœuvre qui l’a amené à la tête de la mairie de Mazamet est un chef d’œuvre ! Lors de la succession de M. Bourguignon, il a d’abord soutenu, contre l’ancien adjoint aux finances, S. Monteil dont il est devenu premier adjoint. Ensuite, il s’est retourné contre S. Monteil avec l’aide discrète du secrétaire général de la mairie. Sans commentaire !

    Désolé de ne pas avoir abordé ma réponse sous l’angle unique du problème des éoliennes mais la politique c’est essayé de voir les choses dans leur ensemble. Ce n’est pas ce qu’ont fait L. Bonneville et P. Ducassé qui tel Don Quichotte et Sancho Panza se sont battus contre des moulins à vent.

    • Cher Louis,
      comme je vous l’ai précédemment dit, je ne rentrerai dans dans les méandres politiciens qui apparemment vous opposent à Monsieur Ducassé pour son engagement anti-éolien industriel. Il saura bien de lui-même vous répondre s’il le désire, étant trop éloigné du microcosme mazamétain.
      Il est toutefois des points précis ou je désire vous répondre parce que touchant ma sensibilité citoyenne :
      1- « Aucun élu de la commune de Mazamet ne siégeait dans les instances représentatives du Parc. C’est le résultat de son attitude envers les collectivités environnantes qui l’ont sanctionné lors du vote. »
      Je trouve très anti-démocratique de votre part, de trouver normal que l’on puisse être sanctionné et exclu d’une instance démocratique ( qu’elle quelle soit d’ailleurs, je vous invite à relire mes billets concernant le CPIE-HL dont le dernier http://www.panache-salvetois.fr/c-p-i-e-de-la-salvetat-sur-agout-un-monde-a-lenvers/ ), exclu donc d’une instance pour avoir affiché sa  » différence  » et refuser de se renier ! Votre conception des relations démocratiques me gêne quelque peu.
      2- « La volonté de L. Bonneville et surtout de P. Ducassé d’imposer à l’ensemble des collectivités du Parc le refus de l’implantation de nouvelles éoliennes »
      Je ne suis pas sur la aussi que Bonneville ait voulu « imposer » à toutes les collectivité du Parc…., l’interdiction faite aux conseils municipaux de voter la Charte dans son intégralité et sans possibilité d’émettre des réserves est là aussi parfaitement anachronique de notre fonctionnement républicain. J’ai assisté à plusieurs conseils municipaux, celui d’Anglès et de la Salvetat en particulier, communes qui ont voté contre les ZDE (en 2009) sur leur territoire communal mais qui ont pourtant voter la Charte l’année d’après…
      Serait-ce juste par peur de la perte des subventions, de la perte du label et surtout peur du système clientéliste que bien de vieux dirigeants socialistes du Parc ont mis en place depuis des lustres?
      J’entends mal votre langage qui voudrait faire croire que  » à gauche du PS « , nous ne sommes que des gueulards radicaux anti-tout prônant la révolution; « à droite du PS » , comme l’apolitisme revendiqué par Bonneville, ce ne sont que des vendus opportunistes.
      ce raisonnement, qui m’a été souvent tenu, est trop simpliste. Ma « naïveté » (toute relative) me porte à croire que certaines valeurs existent encore chez certains citoyens comme cette vertu de mettre en priorité  » l’Humain d’abord « .
      Je ne connais pas physiquement Monsieur Bonneville, quelques échanges de courriels privés m’ont conforté dans l’idée que cet homme faisait preuve, avec courage et sincérité , d’un humanisme certain dans son action. Je peux donc certifier que ce dernier ne m’a absolument pas dicter ma conduite dans la rédaction du billet de Panache Salvetois. J’ai donc aussi la faiblesse de fonctionner (encore) à l’affectif.
      Lorsque le mot d’ordre parisien sera de faire comme l’ Allemagne ou l’Espagne et de dire que l’éolien industriel n’est finalement pas la panacée des énergies renouvelables dans le développement durable bla-bla-bla….; alors vous verrez tous les vassaux socialistes locaux, le petit doigt sur la couture du pantalon, entonner la même rengaine sûrement sur l’air de la Montagne est belle de Ferrat, terminant ainsi ma réponse sur une note de tendresse !

      • Cher Thierry,

        Je ne vais pas passer mon temps à vous répondre pour que vous repreniez une partie de mes propos et les dénaturiez.

        Dans les instances représentatives du Parc siègent des élus qui sont élus par leurs pairs. Ils se trouvent que, dans le secteur mazamétain, le candidat de la mairie n’a pas obtenu suffisamment de suffrages pour être élu. C’est une règle du suffrage démocratique, je ne vois pas en quoi elle peut être remise en question même si les motivations peuvent être discutables.
        La charte du Parc est longuement discutée pendant de longs mois avant d’être élaborée. Après son élaboration, le fonctionnement du PRHL veut qu’on n’a la possibilité de répondre que par oui ou non à cette charte. La réponse non ou l’émission de réserves qui équivaut à un rejet entraîne l’exclusion du Parc. Ces règles sont connues par tous lors de l’adhésion au Parc. Elles ont été aussi rappelées dans la période du vote de la charte. C’est en pleine connaissance de cause que le vote a eu lieu. Toute association a des statuts et des règles de fonctionnement, le fait d’adhérer à une association vaut acceptation de ces règles.

        Quant à vos extrapolations sur « mon langage », je n’y répondrai même pas. Elles feront sourire, pour ne pas être blessant, les personnes qui me connaissent et qui ont eu l’occasion de travailler avec moi au conseil municipal ou dans différentes associations.

        Nous ne pouvons que nous rejoindre sur Jean Ferrat et la Montagne est belle. Il pensait à celle de l’Ardèche mais celle du Tarn est aussi une belle montagne.

        • Cher Louis,
          En quoi serai-je outrageant reprenant vos propos puisqu’il conforte mes précédentes déclarations. Ainsi comment appelez-vous  » des élus qui sont élus par leurs pairs », le même système de gouvernance que pour les conseils communautaires ou justement cette cooptation était loin de répondre à toutes les attentes démocratiques puisqu’aux prochaines élections de mars 2014, les conseillers communautaires seront élus au suffrages universel direct… Le système clientéliste fait que les conseillers généraux tiennent bien des maires des communes rurales sous leurs mannes « subventionnesques » (pour rappel 43 conseillers généraux socialistes sur 49 dans le département de l’Hérault, vous devez connaître la composition du Tarn ?)
          Encore une fois, Lorsqu’un parti politique détient tous les pouvoirs, nous découvrons bien que le débat, le consensus sont devenus impossibles…
          La longévité des mandats n’arrangeant en rien la situation : la caste se fortifie avec le temps ! Ce n’est plus de la politique mais de la gestion  » d’entregent  »
          Je pense bien qu’en tant qu’ancien conseiller municipal, vous êtes bien au fait du système qui veut que vous vous exclussiez de vous même si vous refusez de rentrer des 2 pieds dans le cercle!
          Est-ce donc dire cela qui a déclenché la colère que j’ai ressenti dans votre réponse ? se confondre ou se confronter a ses propres paroles ?
          Tenez, pour vous  » agacez  » un peu plus jusqu’à la fin ou nous aurions pu croire à un certains consensus sur la Montagne , vous ne pouvez qu’apparaître comme un diviseur puisque vous faites des différences entre l’ardéchoise et la tarnaise, sans citer d’ailleurs la Salvetoise, mais, Monsieur La Montagne c’est la même , elle est belle partout… partout sauf où il y a des éoliennes !

  3. Pour ceux qui connaissent la vie mazamétaine, tout ne s’est pas passé exactement comme les déclarations de L. Bonneville et P. Ducassé. « Depuis 2012, j’ai suspendu mon contrat de travail… » Est-ce bien là son initiative ? Ce n’est pas ce qui se dit à Mazamet ! La présence de P. Ducassé sur la liste de L. Bonneville a été l’objet d’un marché : pour faire simple, l’alignement sur les positions de l’association REVEILH présidée alors par Ducassé P. De même, L. Bonneville et P. Bugis ont aussi passé un marché. Il s’en est suivi des positions dogmatiques pas toujours dans l’intérêt général qui ont provoqué la rupture avec le Parc mais aussi avec la quasi-totalité des maires autour de Mazamet. Désormais pour des raisons électoralistes, la rupture du Parc aurait aussi été provoquée par le classement des terrains de la Trille en zone protégée. Cette zone aurait vocation à devenir une zone artisanale et industrielle ! Le gros problème, c’est que ces terres sur la commune de Mazamet appartiennent au CCAS de ST Amans Valtoret. Or Mme la Maire fait partie de ces maires qui ont subi des désagréments (euphémisme) provoqués par L. Bonneville. Voir l’excellent article de La Dépêche du 18 février. Tout n’est donc pas aussi simple que veulent le laisser croire L. Bonneville et P. Ducassé.

    • Cher Louis,
      Je ne vais pas rentrer dans les petites rumeurs politiciennes mazamétaines circulant localement et axées essentiellement sur la constitution des listes ( pourquoi un tel et pas un autre …?)
      Les faits sont là :
      1- Il s’est trouvé une majorité d’élus dans l’assemblée communautaire pour voter des réserves concernant l’approbation de la charte du PNRHL
      2- Ces réserves ont entrainées l’exclusion automatique des ces communes du PNRHL comme le prévoyaient les statuts.
      3- Ces réserves portaient essentiellement sur le refus du développement de l’éolien industriel sur le territoire de la montagne Noire.
      4- Ce combat là a été porté, que vous l’approuviez ou non par Monsieur Bonneville, qui est toujours resté ferme sur ces positions, sachant résister aux fortes pressions (de droite et de gauche) qu’il a subit pour le faire changer d’avis.
      Monsieur Bonneville qui revendique haut et fort son indépendance d’idées ne renierait certainement pas le constat suivant :
      « Simple citoyen, qui a encore un peu de bon sens et des convictions, avant d’être un carriéristes en Politique.En pensant être LA pensée unique et tout imposer ou organiser parce qu’ils sont au pouvoir et majoritaires, les Politiques se sont coupés du Peuple…sans même s’en rendre compte. L’idéologie parisienne prend souvent bien le pas sur le concret du terrain et s’impose à tous, relayée avec force par les Préfets de Région et les Préfets. Les problèmes des grandes villes, de leur pollution, de leur habitat ne sont pourtant pas ceux de cette France rurale que nous aimons ! Lorsqu’un parti politique détient tous les pouvoirs, nous découvrons bien que le débat, le consensus sont devenus impossibles… »
      Si vous pouvez me citer un autre exemple parmi les autres candidats de la commune de Mazamet qui affichent les mêmes convictions anti-éolien industriel dans le PNRHL, je vous serai gré de me le faire savoir. Mieux, si vous militez ou si vous êtes candidat sur une autre liste envoyez moi un communiqué que je me ferai un plaisir de publier. Vos sous-entendus, vos « euphémismes » ne viennent en aucune façon contredire ce constat là, bien au contraire !
      Simple citoyen de la partie héraultaise du PNRHL, j’aurai bien aimé avoir des élus, semblables à Bonneville, qui sachent faire preuve d’autant de réalisme et de rigueur dans leurs convictions en n’entérinant pas la Charte du Parc en l’état.
      cordialement

Laisser un commentaire,

%d blogueurs aiment cette page :
Lire les articles précédents :
soumission à l'autorité " oui chef"
CPIE de la Salvetat sur Agout : un monde à l’envers !

La présidente du CPIE de la Salvetat sur Agout, totalement inféodée, pour boucler son budget...

Fermer