Olonzac – Olargues – Saint-Pons de Thomières : NOTRe déchirure !

2

la Commission départementale de la coopération intercommunale de l’Hérault (CDCI) a voté la fusion de la communauté de communes d’ Olonzac  (président Gérard Marcouïre) avec celles de Saint-Pons de Thomières (président Josian Cabrol) et d’Olargues (président Jean Arcas) dans le canton d’élection du député – président du conseil départemental de l’Hérault, Kléber Mesquida.
Les maires d’Olonzac (Gérard Marcouïre) et de Cesseras (Jean-Bernard Tolomio) ont déposé un recours contre cette décision, réclamant le rattachement de leurs communes à la communauté lézignanaise.  les instances audoises sont favorables à l’accueil de Cesseras et Olonzac, la communauté de communes de la région lézignanaise Corbières et Minervois (CCRLCM)  confirme par la voix de son président Michel Maïque,  que :

«point n’est besoin de convoquer des géographes, des sociologues ou des démographes pour confirmer ce que le sens commun constate : Olonzac et Cesseras appartiennent à l’aire urbaine de Lézignan au sens de l’Insee, et à son bassin de vie. l’indépendant
Les deux maires craignent donc un mariage forcé alors que :

  • 23 communes sont pour le rapprochement avec St-Pons et Olargues.
  • 13 communes représentant 56, 37 % des habitants ont voté contre.
  • les communautés de communes de St-Pons et Olargues ne nous veulent pas et se sont exprimées contre notre intégration ! »

Olonzac : Historique basique et simpliste du Catharisme !

Le catharisme contestait le dogme et l’autorité. La doctrine cathare consistait en un  » dualisme radical « .  Les cathares croyaient  à deux Créations distinctes :

  • la bonne Création, purement spirituelle et éternelle ;
  • la mauvaise Création, celle du monde visible, temporel et corruptible.

L’homme est à la croisée de ces deux Créations :

  1. La part divine : l’ Esprit et l’âme  (d’un territoire ?)
  2. L’ enveloppe matérielle  maléfique : le Corps. (le découpage territorial ?)

Le salut, pour le cathare, consisterait-il  à se libérer du Mal (le saint-ponais ?), pour accéder en toute connaissance, au royaume du Bien (le lézignanais ?). Les cathares ne craignaient donc pas la mort (politique !), pour eux, l’Enfer étant sur la Terre.
La dénomination de  » cathare  » , du grec katharos (pur), est un terme  jamais utilisé par les cathares eux-mêmes qui se nommaient simplement  » bons hommes « .  L’élite  avait alors le titre de « Parfait »

Olonzac – Cesseras /   initiative  des tenants du  » néo-catharisme » ?

Ordre des Chevaliers Cathares.
RISQUONS…   Jusqu’au conseil d’État ? Et nous serons Libres !

« et nous serons Libres comme les cathares qui ont osé vivre leur Foi et sont morts pour elle.
Ils avaient pris ce risque, et l’ont assumé en traversant les flammes inquisitrices de l’État. »

Olonzac : un Cathare surgit hors du Minervois, son "NON" il le signe de 2 M qui veulent dire merde à Mesquidal’ initiative concrète de ces deux maires du Minervois (Midi-Libre du 16/04/2016), pouvant aller jusqu’au Conseil d’État, contredit, de fait, la directive du gouvernement adressée aux préfets pour l’application de la loi NOTRe :

“Vous prendrez l’assurance d’un très large consensus au sein de la CDCI comme des communes concernées”.

Simon Mesquida,  tel Kléber de Montfort, nouveau chef militaire de la croisade, mettant  à sac Béziers (1209) massacrant  la population locale jusqu’à Carcassonne puis Toulouse, pour éradiquer les Hérétiques au dogme socialiste de la loi NOTRe ? Les terres du seigneur occitan du Haut-Languedoc ne tolèrent pas les néo-cathares, avis aux petits  maires vassaux récalcitrants….!
8 siècles plus tard, ARCAS d’Olargues, tel  un Louis VIII du 13ème siècle, organise la troisième croisade. Prétendant au trône de cette nouvelle communauté des communes, une fois « délesté » de l’illégitime Josian Cabrol, porté à la présidence de la communauté des communes du Saint-Ponais sur ordonnance du   « Mairisme » car battu au  suffrage universel des élections municipales de 2014 en la bonne ville de Saint-Pons de Thomières.
Le  » consolament  » (ou consolamentum) était l’unique sacrement cathare. Cette consolation, Marcouïre  et Tolomio  ne l’ont pas obtenu du « parfait »  Mesquida  malgré les 3 génuflexions rituelles du catharisme pour demander sa bénédiction afin d’obtenir le   » melhorament «  (l’ amélioration)  que les « bons hommes » réclament  au travers d’un référendum local,  voulant ainsi ,s’assurer du soutien de la population au profit de ce qui devrait toujours primer : l’intérêt général des citoyens.

La citoyenneté : La grande « oubliée » de ces mariages !

Une ordonnance du 21 avril 2016 ouvre la possibilité pour l’État de consulter les électeurs d’une zone territoriale déterminée sur tout projet d’infrastructure ou d’équipement qu’il envisage d’autoriser ou de réaliser et qui est susceptible d’avoir un impact sur l’environnement.

VICTOR HUGO comtaplatif

Victor Hugo

Déjà, un billet d’avril 2014, Quelle place pour la  Salvetat sur Agout au sein de la CCMHL ,l’interrogation  sur l’opportunité d’un rapprochement avec les communautés d’Olargues et Saint-Pons était  évoquée :

  • Demain,  l’intercommunalité, deviendra-t-elle la somme des antagonismes sectaires?
  • L’essence même de l’intercommunalité réside dans sa mission fondamentale, qu’aucune autre collectivité ne saurait remplir mieux qu’elle.
  • le fait que l’intercommunalité, et sa communication avec, ne sont plus au service d’une équipe d’hommes et de femmes réunis par la seule appartenance à un courant idéologique, mais bien au service d’un « bien commun », donc d’un territoire commun (et de tout ce qui le compose), d’un destin et d’un avenir, communs eux aussi.

A la Salvetat  sur Agout, foin de cathares mais des « cas rares » de soumission à l’idéologie sectaire du président de la CCMHL, laissant apparaître les raisons du mariage avec les Monts de Lacaune comme évidentes  et naturelles mais où la bêtise se dispute avec l’inconscience et l’ignorance pour faire gober que l’uniformité de ce nouveau territoire est la source originelle de  cette union, sans arrière pensée  électoraliste et autres batailles d’ego pour le développement carriériste d’élus sur le déclin ?

Même « bassin de vie »  qu’ils disent ?
Faux, notre bassin de vie est historiquement tournée vers Saint-Pons. La résidence d’été  de l’évêque de Saint-Pons était à la Salvetat sur Agout.
Même « patrimoine environnemental  »  qu’ils disent ?
Quitte à faire dans la stupidité,  conseiller à nos élites de prévoir des échanges linguistiques  de meuglements des veaux rosés et de bêlements de brebis entre Lacaune et la Salvetat, ainsi que l’organisation d’un grand concours épique  annuel de Miss Truie et Mister Goret  des Hautes Terres d’Oc, afin d’améliorer l’attractivité touristique  et doper ainsi l’économie !

La Salvetat n’est pas en pays cathare ! Nos « cas rares »  ont privilégié des arguments imbéciles sans aucune concertation dans un entre-soi élitiste fait de soumissions et de manipulations.

Olonzac Saint Pons de Thomières : Qui sème le vent, récolte la colère !

Olonzac Saint-Pons de Thomières
Qui sème le vent, récolte la colère !

Un nouvel espace allant de Roquebrun , via Olargues et Saint-Pons de Thomières, jusqu’à la Salvetat sur Agout aurait du être mieux pris en compte  par les « imparfaits » du système local.

  • Du Mimosa au Muguet,
  • du cep de vigne aux cèpes des bois,
  • des chênes verts aux chênes blancs,
  • du cerisier aux merisiers,
  • de l’Orb à l’Agout,
  • de la tuile à l’ardoise,
  • de la pierre au marbre,
  • des terrasses méditerranéennes du « Petit Nice » aux rivages de la Raviège sur la plage des Bouldouïres à la Salvetat sur Agout.
  • ……
    Quelle diversité, quelle richesse, que ce territoire !
    Incompréhensible que ce qui aurait pu être qualifié de  » quadrilatère des SENS » du département de l’Hérault n’ait pas été porté avec plus de force et de conviction par le député – président – conseiller départemental de Saint-Pons de Thomières.
    Qu’il est parfaitement inconcevable que les maires, Estadieu à la Salvetat et Cèbe à Saint-Pons, exclus de la direction de leurs intercommunalités respectives, ne participent  pas,  à la hauteur de ce que représentent leurs deux communes, aux transferts de compétences qu’imposent la loi NOTRe.
    les similitudes Politiques  que possèdent les communautés de Saint Pons et de la Salvetat sur Agout,  c’est à dire  une présidence d’intercommunalité illégitime parce que les deux présidents ont été désavoués par le suffrage universel lors des élections municipales de 2014, ne doivent pas faire oublier que les élus passent, mais que le chemin emprunté, nous engagent pour de très longues années….
Olonzac_belibaste_la_salvetat_sur_agout_panache_salvetois

5 mai 2011 – Projet de fusion avec le Saint-Ponais

La contestation  d’Olonzac et de Cesseras est légitime et devrait être l’occasion d’une redistribution de la carte territoriale.
Déjà par le passé  des rapprochements avec Olargues au travers de la fusion  CPIE-HL et de la CEBENNA avait été tentés.
Dés 2011, avait été aussi « initiée » la fusion de la CCMHL avec le Saint-Ponais. Projet de fusion qui  avait l’aval  de la municipalité Salvetoise et qui avait déclenché l’ire des conseillers municipaux d’opposition.
Voir ci-contre la lettre   de Thibault Estadieu, Maire de la Salvetat sur Agout du 5 mai 2011  et qui se terminait ainsi :

« Un développement de l’axe Nord-Sud ancestral et Historique, vers le biterrois paraît toujours séduisant et porteur, afin de profiter du potentiel économique et touristique du bassin méditerranéen vers notre région, le tout dans un espace naturel préservé.

.


Bélibaste ; dernier cathare brulé.

Bélibaste : dernier cathare brulé.

Ho Hé ! Thibault Estadieu !
le Maire de la Salvetat sur Agout ne tient aucunement de Bélibaste, qui fut le dernier cathare à être brûlé, pour changer ainsi d’avis, se ranger a  l’idée  du mariage « forcé » avec les Monts de Lacaune, et se soumettre à des arguments aussi stupides  du genre :  » il n’y a pas de vignes à la Salvetat ! »
Marguerite Duras avait lancé  son  » Sublime, forcément sublime ! »
Je connais une autre Marguerite de la CCMHL qui devrait lancer un : « Pathétique,  forcément pathétique !

Et je me souviens encore des paroles d’un vieil ami Salvetois : « A la Salvetat, ils croient toujours que les saucissons poussent sur les arbres. Comme avant, la nuit tombée,  Cros fait accrocher par ses amis des saucissons aux arbres  et  le matin, envoie ses concitoyens extasiés et émus, ramasser les saucissons… »

Que nos « cas rares »  aient donc le courage  des cathares du Minervois et osent proposer une « auscultation citoyenne » :

  1. Choix du versant méditerranéen ou du versant Atlantique pour la CCMHL ?
  2.  Pour toutes les communes du « quadrilatère des SENS » pour ou contre l’intégration de la communauté  de la Salvetat sur Agout  dans ce nouveau périmètre territorial ?

Ceci contribuerait  au rapprochement des élus et des citoyens car quand on a un véritable objectif, et qu’à contrario, on ne s’y tient pas,  c’est  très lourd de significations…

Georges Cèbe Maire de Saint-Pons de Thomières

Georges Cèbe Maire de Saint-Pons de Thomières

Lors d’un entretien avec Georges Cèbe,  Maire de Saint-Pons de Thomières, j’ai fait connaître la teneur de ce billet. Ce dernier, avec l’aval d’une partie de son conseil municipal m’a transmis la réponse écrite suivante :

« Le Conseil Municipal de St-Pons de Thomières, réuni le 17 novembre 2015, s’est prononcé contre la proposition de fusion des 3 communautés : Saint-Ponais, Orb/Jaur et Minervois par 10 voix contre, 6 pour et 1 abstention.
J’avais ouvert le débat en exposant l’idée qu’un rapprochement avec la vallée du Thoré était plus pertinent car nous avions une histoire commune et des relations économiques, sociales et culturelles existantes.
Un long débat s’en est suivi au cours duquel le rapprochement avec la Salvetat sur Agoût a été évoqué, mais rapidement occulté par la fusion envisagée La Salvetat – Lacaune proposée par le Préfet.
Il est tout à fait possible, car faisant partie des Hauts-Cantons et étant sur le même canton, de fusionner avec La Salvetat sur Agoût pour créer un territoire homogène ayant un périmètre acceptable pour l’accès à la population aux différents services de proximité. »
Voilà en quelques mots, mon avis sur cette possibilité.
Cordialement.

Georges CEBE

 

Partage

2 commentaires

  1. Ces histoires de mariages arrangés sont divertissantes mais d’un autre temps.
    Le mariage du bien et du mal aussi. Qui est le bien ? Kleber ou Gérard?
    La matière est elle le mal? Plein de questions à se poser qui sont bien intéressantes, elles.

    • Thierry Canals le

      Bien sûr que le fond (les questions à se poser !) sont bien intéressantes, la forme néo- historique, voire romanesque est justement présente pour nous amener vers une certaine réflexion car, j’ai l’impression (mais est ce vraiment une impression ?) que l’intérêt général dans ses regroupements est occulté par l’intérêt particulier de certains qui se croient « Parfaits »

Laisser un commentaire,

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Lire les articles précédents :
Voie (ou) verte du PNRHL
Mazamet – Olargues : La voie éolienne du PNRHL !

Sur l'axe Mazamet - Olargues via Saint-Pons de Thomières, la voie éolienne bénéficiant de la...

Fermer