La Salvetat sur Agout : la filière bois de la C.C.M.H.L en question.

2

Le Camp Del Tour de la Salvetat sur Agout passe en Conseil Communautaire à Castanet-le-Haut

« La contribution des collectivités au retour à l’équilibre des comptes publics est nécessaire. »

Cette évidence ne va visiblement pas de soi à la Salvetat sur Agout et particulièrement au sein de la C.C.M.H.L.
Pour la première fois, la cour des comptes présentait un rapport annuel d’ensemble sur la situation des finances publiques locales, une masse d’argent qui représente 20 % de la dépense publique totale ou 10 % de la dette française. l’État alloue chaque année quelque 100 milliards d’euros aux collectivités sur un total de quelque 370 milliards de dépenses. Les collectivités locales paraissent être des acteurs exemplaires de la dépense publique. Elles ne peuvent emprunter que pour investir et donc « sont proches de l’équilibre » de leur budget et « peu endettées ». Leur déficit représente 3 % du déficit public total. C’est d’autant plus notable que les collectivités financent à 70 % des dépenses d’investissement public, et non des dépenses courantes. Ce constat masque une réalité bien différente. Les collectivités locales ont en effet bénéficié d’une augmentation continue de leurs recettes (notamment via les impôts perçus) pour compenser celle de leurs dépenses. Parmi ces dépenses, celles consacrées au fonctionnement dérapent exponentiellement depuis 1992 (date de la création de la CCMHL). « Les transferts de compétences intervenus au profit des collectivités n’expliquent qu’une partie de cette dynamique ».  Si ces normes pèsent incontestablement, « les décisions propres aux collectivités locales contribuent, pour une large part, à laugmentation des dépenses », relève  la Cour dans un rapport préparé en étroite collaboration avec les différentes chambres des comptes régionales. En 2012, les dépenses de fonctionnement ont encore dérapé  de 2,3 % , alors que la hausse aurait dû être limitée à 0,7 %, et ce, malgré le gel des dotations de l’État aux collectivités locales. Le ras-le-bol fiscal montre que les Français n’ont plus envie de continuer à payer des impôts pour financer le train de vie des collectivités locales. « Transférer de la fiscalité nouvelle aux collectivités revient de fait à  priver d’autres administrations »
En 2014, l’État va pourtant autoriser une augmentation de la part départementale sur les droits de mutation à titre onéreux lors des opérations immobilières (une partie des fameux « droits de notaire ») pour permettre aux départements de compenser la baisse de 1,5 milliard des dotations de l’État. Ceci va encore plus plomber le marché de l’immobilier déjà en bien piteux état !

 

Conseil Communautaire à Castanet-le-Haut

Conseil Communautaire à Castanet-le-Haut

 

Mais l’État ne peut rien imposer : selon la Constitution, les collectivités locales s’administrent librement. La Cour des comptes propose de trouver le moyen « d’associer les collectivités au pilotage et à la maîtrise de l’ensemble des finances publiques » mais   de « fixer dans la loi des règles plus contraignantes en matière d’évolution des recettes et des dépenses ». Ce sifflement aigu devrait  faire grincer des dents parmi bien de nos  élus communautaires, au moment où une importante  réforme de décentralisation s’appliquera dès 2015.


 

Un document de travail fort encombrant ! Pour qui ? Pourquoi ?

J’ai envoyé un courriel à Madame la Présidente de la Communauté des Communes de la Montagne  du Haut Languedoc dont le siège  est la Salvetat sur Agout :

Devis projet PER 2 / CCMHL

Devis projet PER 2 / CCMHL
(cliquer pour agrandir)

« Bonjour Madame Mathieu,

j’ai l’occasion d’ apprendre que la communauté des communes est maître d’ ouvrage pour la création d’un bâtiment d’une unité de production de murs à ossature bois au camp del tour, commune de la Salvetat sur Agout. Le coup prévisionnel pour la communauté est dans la pièce jointe que vous connaissez puisqu’ émanant des services communautaires et s’élève à 725.000 euros. Il est à noter qu’aucun nom d’ entreprise n’apparait dans la partie « maître d’ ouvrage – partie mobilière » d’un montant de 419.000 €. Total du projet : 1.144.000 euros !

Une paille budgétaire alors que les finances de la communauté ne sont pas des plus florissantes! Visiblement, la plate forme bois ne fait pas venir les entreprises, alors la communauté cherche à faire financer son projet mégalo sur le dos des contribuables… Intéressant sûrement en tant que contribuable mais surtout en tant qu’électeur. La proximité des élections municipales n’ étant pas pour rien dans l’annonce future de ce projet qui ressemble bien à des promesses de candidats déjà en campagne. Création d’ emplois……. autant sûrement que pour le grand mensonge des brumisateurs « Caramance » sur la commune du Soulier. Je pense que la campagne sera fraîche et cet hiver nous aurons besoin du bois….. et de vérité ! Fort cordialement. Thierry CANALS

La réponse de Madame Mathieu , présidente  de la CCMHL dont la commune centre est la Salvetat sur Agout fût brève :

« Thierry le projet évoqué dans le document de travail n’a rien de secret ; il a été exposé au conseil de communautés à la réunion d »ANGLES. Le document joint est un document de travail qui n’a été adressé que par MAIL et QU ‘au CONSEIL GÉNÉRAL alors ….?????? MARGUERITE MATHIEU »

Simple document de travail ! De qui se moque-t-on ?

Madame la Présidente de la communauté des communes du Haut Languedoc (C.C.M.H.L) confirme donc la réalité de ce document :

  1.  la communauté des communes est bien maître d’ouvrage pour  la  partie immobilière d’un projet d’un montant de 725.000 euros prévoyant entre autre  la construction d’un bâtiment atelier de 864 M² très précisément.
  2.  l’entreprise, toujours pas nommée (et pour cause ?), nous la baptiserons donc  » la Belle de Cadix «  pour un montant de 419.000  euros très précisément.
  3. La zone industrielle du Camp Del Tour va donc pouvoir  fêter, depuis sa création en 2006, au travers de son  Plan d’ Excellence Rurale, l’obtention de  son 3ème Million d’euros d’investissement dans le Développement Durable de la CCM-HL.
DANGER : manipulation

attention danger : manipulation en cours.

  • Avec qui donc travaille la C.C.M.H.L. ? Pas avec les conseillers communautaires qui n’étaient pas au courant de ce document mais uniquement avec le conseil général, ce qui prouverait à postériori la thèse, maintes fois défendue,  de la manipulation de « l’Hydre communautaire » par le représentant local de l’ assemblée départementale.
  • Avec qui donc la C.C.M.H.L. a travaillé ? Le document est tellement précis :  l’atelier  a une superficie de 864 m ²  pour la partie immobilière, et  la production d’air comprimé est chiffrée par exemple pour la partie mobilière  revenant à « l’entreprise », que l’on est en droit de penser que l’aboutissement de ce projet serait finalisé et l’entreprise déjà choisie ! ?
  • Pourquoi donc un tel remue ménage pour un simple document de travail  sur un projet qui n’a rien de secret ? La réponse est, que la colère et la gêne déclenchées par la publication de ce document, prouvent de façons spectaculaires la réalité d’une situation : la C.C.M.H.L. est une marionnette aux mains du conseil général !

Le conseil communautaire de Castanet le Haut :
Le Camp del Tour à l’ordre du jour.

Le conseil communautaire du 09 octobre 2013 à Castanet le Haut pouvait commencer  après que le Monsieur loyal Alliés, maire  CPNT (Chercheur Par Nature Théâtrale)  eut frappé les 3 coups de la représentation  qui allait avoir lieu, le rideau (de fumée) s’ouvrait, le décors tombait tandis que les différentes marionnettes communautaires prenaient place. Il fallut attendre la discussion de quelques points : électrification , travaux de mises aux normes, scot, spanc  ocager, relais assistance maternelle, associations, véhicules, semaine européenne , plan de financement etc… pour qu’enfin, en dernier, le Camp Del Tour et la création d’une unité de production de murs à ossature bois soit évoquée.

Auditions pour trouver une Belle de Cadix au camp del Tour.

audition à Castanet le Haut avant changement du metteur en scène en Mars 2014 ?

Le théâtre CCMHL  recherche, pour sa nouvelle production « La Belle de Cadix » , les rôles principaux, d’autres rôles ainsi que des choristes et petits rôles. Les auditions de décembre à mars, suivies d’une éventuelle tournée au printemps 2014  requièrent de la part des candidats :

  • un très bon niveau en chant lyrique et en comédie,
  • fantaisistes au  tempérament comique,
  • sopranos, mezzo-sopranos, ténors, barytons,  d’un bon niveau en chant
  • comédien avec  base de danse, pas de deux  et doublures de rôles sont particulièrement souhaitables.

Le calendrier, la disponibilité pour les répétitions et  les auditions pour la future représentation imposent d’aller vite dans le choix de la belle de Cadix pour le Camp del Tour. C’est pourquoi, la productrice, présidente de la CCMHL demanda les pleins pouvoirs lui permettant de sélectionner la bonne entreprise; ce qui fût voté à l’unanimité non sans que le mécène du conseil général rappelle aux élus du conseil communautaire, que les entreprises ne se bousculant pas pour s’installer au camp del Tour, il serait possible de faire jouer la « clause de carence«   de candidatures,  pour  désigner  la belle de Cadix.
La « clause de carence« , la messe était dite!
La présidente de la CCMHL sous contrôle du conseil général, aura les mains libres pour désigner l’entreprise qui s’installera dans la partie immobilière dont la CCMHL est maître d’ouvrage pour un montant de 725.000 euros.
– Manque donc plus qu’ à trouver une « Belle » à 419.000 euros !
– ça ne cours pas les rues, me direz-vous ?
–  » ON  » m’a dit que du coté de Marseille, une telle belle existerait, peut-être bien  en Arles plus précisément !  mais « CHUT »…. lle serait   » en carence »!

Le conseil communautaire de Castanet le Haut  » créateur de Sisyphe heureux « !

Albert Camus  dans  le mythe de Sisyphe nous explique que lorsque l’esclave refuse la soumission au maître, en choisissant la « radicalité du tout ou rien »,  il affirme sa propre individualité et, de facto, l’existence de valeurs le transcendant. Avec ce   »je me révolte, donc nous sommes », l’individu, par l’éventualité de son sacrifice, célèbre et engendre ainsi, sans médiation, à partir d’un affrontement avec le réel, la solidarité entre les hommes, c’est-à-dire l’humanité. Camus catégorise trois genres :

 

  1. Sisyphe-heureux

    Sisyphe-heureux ?

    Le héros absurde fait face à l’absurdité de la vie. Il va même jusqu’à l’apprécier, recherchant toujours la même flamme, la même passion qui l’anime.

  2. Le suicidaire ne voit plus aucun sens à sa vie et fait le « grand saut », au même titre que le croyant, échappant ainsi à l’absurdité de sa condition.
  3. Le croyant, quant à lui, se livre à une cause et ne se préoccupe pas de l’essence existentialiste qui ronge tant les humains qui y ont fait face, ayant perdu la lumière et se retrouvant seuls face à leurs pensées.

Derrière ces trois archétypes de l’absurdité, Camus entend montrer que la révolte est le seul moyen de vivre sa vie dans un monde absurde. Cette révolte est plus importante dans le fait de se révolter que dans les causes défendues en elles-mêmes. Une théorie de l’engagement passionné et conscient qui est compatible avec le climat politique de son temps.

  • « C’est qu’en vérité le chemin importe peu, la volonté d’arriver suffit à tout. »
  • « La lutte elle-même vers les sommets suffit à remplir un cœur d’homme. « 
  •   Le fait de « vivre le supplice de Sisyphe » signifie que l’on vit une situation absurde répétitive dont on ne voit jamais la fin ou l’aboutissement.

Sisyphe trouve son bonheur dans l’accomplissement de la tâche qu’il entreprend, et non dans la signification de cette tâche. « Cet univers désormais sans maître ne lui paraît ni stérile, ni fertile. Chacun des grains de cette pierre, chaque éclat minéral de cette montagne pleine de nuit, à lui seul, forme un monde.

« La lutte elle-même vers les sommets suffit à remplir un cœur d’homme.
Il faut imaginer Sisyphe heureux.
Citoyens-contribuables-électeurs, devenez des « Sisyphe heureux » !

Partage

2 commentaires

  1. GALLAND Jean Paul le

    Bonjour,
    je recherchais ce contact avec grand intérêt. Le maître pourrait il contacter de toute urgence l’élève suivant : grindesel.forumactif.fr
    Le chant de la rivière pourrait se transformer en vacarme d’un torrent…
    Voir à ce sujet le dossier SCIC DES BOIS DU HAUT FOREZ et d’autres du même acabit que celui de la SALVETAT soulevé par GRINDESEL à peu près la même années sans connections … Dommage !
    GRINDESEL

Laisser un commentaire,

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :
Lire les articles précédents :
les éoliennes du col de Fontfroide au dessus de Fraïsse sur Agout
Le parc éolien de Fraïsse-sur-Agout vendu ? la marque PNRHL !

  Les citoyens  de Fraïsse sur Agout, comme ceux du Canton de la Salvetat sur...

Fermer