Regain à la Figuière : Giono éternel zadiste.

0

La Figuière,  une terre qu’aurait apprécié Giono. Avec Regain, le  romanesque poète marque son attachement à la terre et particulièrement  aux ZAD, aux Zones Agricoles Disparues. Le Regain,  cette Herbe qui pousse après la première coupe, marque le  Retour de ce qui avait disparu, de ce qui était compromis : regain de jeunesse, regain de santé, regain de bonheur, regain d’humanisme !
Pour sûr, si Giono ressuscitait, c’est le hameau de la Figuière qu’il choisirait pour récrire un  Regain du 21 ème siècle.

Hameau de la Figuière - PNRHL Rieussec Boisset Hérault

Hameau de la Figuière – PNRHL Rieussec Boisset Hérault

Son héros, Panturle, s’installerait à la Figuière, ce hameau déserté  du Parc Naturel Régional du Haut-Languedoc, en Occitanie, dans la 5ème circonscription du département de l’Hérault, sur la commune de  Rieussec, communauté des communes  Minervois Saint-Ponais Orb-Jaur (CdCMSO).

Faire revivre cette terre pour retrouver le gout du  bonheur fondé sur l’accord avec la nature.

 

Regain de Zadistes à la Figuière !

Regain pour un projet de vie à la Figuière

Regain pour un projet de vie à la Figuière

C’est donc à la Figuière que d ‘anciens “zadistes”,  aujourd’hui porteurs d’un projet agricole dans l’ancien centre de vacances à Rieussec dans le Minervois se sont installés.
Christian , un ancien “zadiste” de Sivens, dans le Tarn ,  témoin direct de la mort de Rémy Fraisse, Rudy, Amandine et tous leurs ami-e-s sont les nouveaux héros « gionesques »  du XXIème siècle .
Ces femmes et ces hommes expriment dans une évocation poétique leur espoir  d’un aboutissement heureux dans leurs efforts pour reconquérir leur vie.
Ne sont ce pas là les marques d’un  hymne à la nature et à la vie   ?

  • l'eau du puis de la Figuière

    Puits de la Figuière

    L’aboutissement d’une quête pour faire revivre un hameau abandonné ; le Regain ( la repousse d’une prairie après une première fauche),  une résurrection matérielle, culturelle et humaine.

  • L’évolution de personnages qui ont tourné la page de la violence, de leur solitude  au travers de leur migration de Notre – Dame des Landes, de Sivens  à la Figuière pour être en accord avec la nature et renaître eux aussi  symboliquement  avec seulement  la campagne comme  temple  de l’amour pour célébrer la  fusion entre l’homme et la terre.
  • Regain à la Figuière

    Regain à la Figuière

    Tel « Panturle » de Giono, ces déshérités des temps modernes participent  à cette nature, font corps avec elle de tous leurs sens  : odorat, ouïe, toucher, goût, vue. et fusionnent  avec elle  car  ils veulent mordre en silence , toute la sensibilité de leur vie. Une sentiment de plénitude exprimé explicitement par leurs expressions sur le partage, dans leur projet de vie qui suggère satisfaction et épanouissement.
    Un dénouement  qui consacrerait  la victoire  du bien contre le mal, du présent et du futur plein de promesses contre le passé terrible et enragé  qui était le leur.

  • Un message humaniste qui fait de la terre un personnage à part entière, exprime l’idéal d’une vie primitive, naïve et simple, et célèbre l’innocence, la générosité comme remède aux luttes, aux malheurs nés de l’égoïsme et de la violence de notre société actuelle.

 

Jacques Doillon

Jacques Doillon

« On arrête tout et on réfléchit.
On nous dit : Le bonheur c’est le progrès, faites un pas en avant. Et c’est le progrès… mais ce n’est jamais le bonheur.
Alors si on faisait un pas de côté !
Si on essayait autre chose !
Si on faisait un pas de côté, on verrait ce qu’on ne voit jamais. »

Extrait de L’An 01, un film de Jacques Doillon.

Regain de hors la loi ,  hors normes à la Figuière ?

L'amie GERTRUDE de la Figuière

L’amie GERTRUDE de la Figuière

Vous connaissez Gertrude ? C’est une truie.
Elle a survécu à la ZAD de Sivens et voilà que les forces de l’ordre veulent la déloger, elle et les jeunes agriculteurs de la coopérative agricole autogérée de La Figuière, tout près de Saint-Pons-de-Thomière, célèbre petit village de résistance où la bande de la Cigale ne lâche rien…
à La Figuière les actions prennent formes sur les 60 hectares de la propriété.
« Nous avons prévu une production vivrière pour tendre à une autonomie alimentaire, ainsi qu’un échange local, assure Rudy, porteur du projet agricole. « C’est pour cela que nous sommes intéressés par un bail emphytéotique. »  (midi-libre à  Rieussec  la ferme-squat fermera-t-elle?
)
Regain d’un projet de vie :

  • créer un garage associatif,
  • un lieu de répétition,
  • transmettre un savoir faire en traction animale, en mécanique…
  • développer un élevage ovin, une production de miel, de volailles… »,
  • … …

Regain de Résistance.

Je vais fermer l’oeil terrestre ; mais l’oeil spirituel restera ouvert, plus grand que jamais. Je repousse l’oraison de toutes les églises. Je demande une prière à toutes les âmes. Victor Hugo

Victor Hugo

24 juin 1862

Mon illustre ami,

Si le radical, c’est l’idéal, oui, je suis radical.
Oui, à tous les points de vue, je comprends, je veux et j’appelle le mieux ; le mieux, quoique dénoncé par le proverbe, n’est pas ennemi du bien, car cela reviendrait à dire : le mieux est l’ami du mal.
Oui, une société qui admet la misère, oui, une religion qui admet l’enfer, oui, une humanité qui admet la guerre, me semblent une société, une religion et une humanité inférieure, et c’est vers la société d’en haut, vers l’humanité d’en haut et vers la religion d’en haut que je tends : société sans roi, humanité sans frontières, religion sans livre.
Oui, je combats le prêtre qui vend le mensonge et le juge qui rend l’injustice. Universaliser la propriété (ce qui est le contraire de l’abolir) en supprimant le parasitisme, c’est-à-dire arriver à ce but : tout homme propriétaire et aucun homme maître, voilà pour moi la véritable économie sociale et politique. Le but est éloigné. Est-ce une raison pour n’y pas marcher ? J’abrège et je me résume.
Oui, autant qu’il est permis à l’homme de vouloir, je veux détruire la fatalité humaine ; je condamne l’esclavage, je chasse la misère, j’enseigne l’ignorance, je traite la maladie, j’éclaire la nuit, je hais la haine.
Voilà ce que je suis, et voilà pourquoi j’ai fait Les Misérables.
Dans ma pensée, Les Misérables ne sont autre chose qu’un livre ayant la fraternité pour base et le progrès pour cime.
Maintenant jugez-moi.

Victor Hugo

 

Certes,

La Figuière au coeur du CdCMSO (commune de Rieussec)

Les acteurs  d’un Regain à la Figuière ne font pas l’apologie d’un nouveau mode de vie, mais  montrent seulement que des expériences existent.
Des expériences qui ne satisfont certes pas les aspirations de tous à la communauté des communes  Minervois Saint-Ponais Orb-Jaur (CdCMSO), mais dont la seule existence ainsi que leur parole devraient donner à réfléchir au sujet de la Figuière, ce hameau déserté  du Parc Naturel Régional du Haut-Languedoc sous la présidence de Daniel Vialelle, en Région Occitanie sous la Présidence de Carole Delga, dans la 5ème circonscription du député LREM Philippe Huppé,  dans le  département de l’Hérault du président Kléber Mesquida,  commune de  Rieussec (maire Alain Mouly), communauté des communes  Minervois Saint-Ponais Orb-Jaur (CdCMSO – président Josian Cabrol).
Dans Regain, La Mamèche  de Giono « engueule » la Vierge : « Qu’est-ce qu’elle fait celle-là à rire ? Si t’es comme un gros pou à me sucer le sang, c’est bien la peine ! ».
(Suceurs de sang ?  que cela est joliment tourné !  ne riez plus !)

Lettre du Président de la section de la LDH de St-Pons-de-Thomières/Hauts-Cantons  concernant la Figuière.

Monsieur le juge de l’exécution des expulsions,

LDH - Rejoignez-nous !

LDH – Rejoignez-nous !

Je sollicite votre compétence en exécution de décision de justice, pour vous demander de bien vouloir examiner l’ ordonnance d’un report d’expulsion concernant l’affaire RG n°12-17-000752 (ordonnance de référé N°1699/17), en vous demandant de prendre en considération le respect du principe de nécessité, à fin :
-d’ aménagement des conditions décentes de vie pour des personnes (et des animaux), actant du droit humain fondamental à se loger convenablement,
– de poursuivre (en droit de suite) le projet initial de rachat du foncier pour la propriété occupée par des militants associatifs .
Précision : les occupants qui pour la plupart des personnes sont adhérentes de la LDH St-Pons-de-Thomières/Hauts-Cantons , se sont lancées en matière d’offre d’achat , dans une procédure (Cf ma lettre du 19 septembre 2017) qui a été entérinée par une demande d’arrangement à l’amiable directement avec Mme de B. ( la propriétaire ), en présence de son avocate.
En conséquence de quoi je pense donc que la voie d’une négociation financière reste ouverte entre les parties .

Concernant la nature de la re-destination du bien, les porteurs et les aidants plaident pour un double projet à porté humaniste et professionnel :
– l’ouverture d’un lieu d’accueil (Cf courrier Cazeneuve ),
– la création d’une coopérative agricole sur les terres de la Figuière , dont le foncier (sur notre décision), a déjà été estimé en mandatant la SAFER, pour donner un prix, qui ensuite a été transmis (via l’un de ses intermédiaires hollandais), à la propriétaire.
Une réunion formelle a eu lieu avec une responsable de  » Terre de lien » le jeudi 21 septembre 2017 à Clermont l’Hérault au sujet du financement.

Je vous écris bien sur en tant que justiciable dans cette affaire, mais aussi comme responsable associatif, successeur de Michèle Barnier présidente démissionnaire de la section LDH St-Pons cette année 2017.
Je vous écris également en tant qu’ innovateur juridique en droits civiques : je fus en effet l’un des 25 militants demandeurs de la comparution volontaire, particularité émergeant en droit, qui fut déclarée recevable le mercredi 2 juillet 2008 par Hugues Desfontaine le président lors d’une audience du tribunal de Carcassonne .
Francis Battut le procureur ne s’ étant d’ailleurs pas opposé à cette nouveauté juridique, faut-il croire que cette perceptive ait plu, puisqu’elle se reproduit régulièrement devant les tribunaux ?

Je vous écris donc en tant que militant des droits de l’homme, pour la nouveauté des droits civiques, contre le droit à l’oubli mais également troublé par une discrimination municipale qui entre en concordance étrange avec la récente et liberticide modification de la constitution Française. Le maire de Rieussec ayant produit une série d’écrits en délation ou en rejet vis à vis de nos militants, il conviendrait que le maire cesse cette dégradation pour ne pas assombrir la situation républicaine dans sa commune .

Si je vous écris ainsi, c’est aussi pour vous demander de prendre en considération le fait que, parmi les membres du bureau de notre section LDH, figurent au moins deux témoins directs et indirects (Et contributeurs de la vérité judiciaire), concernant la mort d’un jeune homme à Sivens.

Surtout , je tiens à vous alerter particulièrement sur cette tragédie ou la peine afflictive fut définitive car dans le contexte actuel ou une présence de gendarmes est déployée aux alentours du hameau , cette « policiarisation » disproportionnée pourrait être perçue comme un harcèlement à règlement de compte envers des supposés délinquants: on pourrait y voir davantage, comme les prémices d’une réitération dramatique envers des « Zadistes « .

Enfin je vous fais observation de l’amoindrissement de mes propos par le greffe de justice dans l’exposé du litige réf 12.2017.752 ;
Ceux tenu le 11 juillet 2017 devant la cour du TI de Béziers sont bien édulcorés par rapport au texte qui m’a été remis à l’étude de l’huissier Hélène Berner, car il n’ a pas été fait mention de la dimension militante et donc politique de la désobéissance civique. J’ai prononcé devant le juge des paroles ayant trait à un engagement civique dans cette occupation du Hameau de la Figuière, qui ne sont pas reproduites clairement dans les minutes du Procès .
Cependant elles apparaissent dans ma lettre à Mme de B. remise à Me Alcina que je vous ai jointe en copie.

Si ce qui se vit à travers cette occupation revêtait un caractère indicible ci-devant la justice, on pourrait simplement penser que cela peut permettre à l’ordre constitutionnel institué il y a peu, de mieux perdurer. Peut être cela lui permettrait-il de faire prospérer plus certainement la généralisation des restrictions en terme d’expression, de liberté d’action, de projet de vie associative, coopérative …ainsi que toute démarche en droits civiques, que cela m’indisposerait .

Je vous prie monsieur le juge de bien vouloir considérer mes démocratiques salutations .

Fait le mardi 17 octobre à St-Pons-de-Thomières

MICHEL Jean-Pascal,
Président de la section de la Ligue des Droits de l’Homme de St-Pons-de-Thomières/Hauts-Cantons .

 

Film de Pierre Carles VOD les mutins de pangée La Figuière« Dans cette guerre économique, qu’on nous avait promise il y a bien des années et qui avance comme un rouleau compresseur, existe-t-il encore un sursaut d’imagination pour résister ?
Mis en demeure de choisir entre les miettes du salariat précaire et la maigre aumône que dispense encore le système, certains désertent la société de consommation pour se réapproprier leur vie. « Ni exploitation, ni assistanat ! » clament-ils pour la plupart. Ils ont choisi une autre voie, celle de l’autonomie, de l’activité choisie et des pratiques solidaires… »
Les mutins de Pangée – Pierre Carles « volem-rien-foutre-al-pais »

 

Partage

Laisser un commentaire,

%d blogueurs aiment cette page :
Lire les articles précédents :
PERLE de la Dame Allongée
Mons-La-Trivalle : PERLE aux Gorges d’Héric.

Située au coeur du Parc Naturel Régional du Haut Languedoc, Mons-La-Trivalle se trouve en effet...

Fermer