Ruropôle en Occitanie : La Salvetat sur Raviège en PNRHL !

2

Les dernières élections régionales de décembre 2015 ont donc acté le passage à 13 Régions. En Nouvelle Occitanie, comme ailleurs, le grand Compactage de la République n’est pas pour autant finalisé. Après le regroupement des cantons en mars 2015 et le compactage des régions, le regroupement des communautés des communes effectif  au 1 er janvier 2017, il restera à accomplir « l’œuvre » dont va encore souffrir la Ruralité :  le compactage des communes pour mutualiser les moyens et les services  selon toujours le même refrain.
La Ruropôle est déjà une réalité ! (prévoir 10 bonnes minutes de lecture)
La fusion des communes a débuté sous forme de « volontariat » avec fortes dotations  incitatives à la clé. Petit Caux, en Seine-Maritime, regroupement de 18 communes au 1er janvier 2016, représente la Ruropôle  la plus importante de France.
Parmi les 230 communes nouvelles au 1er janvier 2016, Font Rieu dans le Tarn, née de la fusion (info-réveil) de 3 Communes : le Margnès, Castelnau de Brassac et Ferrières,  provoque l’ire du député Philippe FOLLIOT qui avait l’intention de transformer son EX com-com des Vals et Plateaux des Monts de Lacaune, en une nouvelle Ruropôle  qui aurait regroupé les communes de Ferrières, Castelnau de Brassac, Lacaze, Le Margnès, Le Masnau Massuguiès, Saint Pierre de Trivisy, Saint Salvi de Carcavès et Vabre, et dont le député- Président des Vals et Plateaux envisageait tout naturellement d’être le Maire de cette « Ruropôle » de plus de 3000 habitants.
Autant dire que Font Rieu contrarie au plus haut point les visées de Folliot qui doit se dire que parfois, politiquement parlant, réunir 3 fois rien, ça fait pas grand-chose… !

C’est dans cet esprit que 3 municipalités du canton des hautes terres d’Oc s’apprêtent à fusionner. Une seule et même commune, un seul maire, moins d’élus mais plus de moyens pour gérer désormais les villages de Castelnau de Brassac, Ferrières et Le Margnès.
L’intérêt de la démarche ayant bien été compris par les populations, les 3 maires ont mis en avant l’avantage du transfert des compétences, l’impact financier face à la baisse des dotations de l’état. Seule la question liée à la représentativité est toujours en débats.

Ma Ruropôle : La Salvetat sur Raviège ?

Ruropôle : la Salvetat sur Raviège en Occitanie

La Salvetat sur Raviège – une Ruropôle en Occitanie ?

Pour se rapprocher encore plus des rives du Lac de la Raviège, le centre  de la  «Nouvelle Occitanie», où d’autres projets de fusion seraient aussi à l’étude, visitons par exemple la Communauté des communes de la Montagne du Haut Languedoc. La CCMHL la « perle » du PNRHL, regroupe autour du Lac de la Raviège, 8 communes : La Salvetat sur Agout, Fraïsse, Le Soulié, Cambon et Salvergues, Rosis, Castanet le Haut, ainsi que  Anglés et Lamontélarié dans le Tarn). La CCMHL qui n’existera plus au 1er janvier 2017  puisque un mariage pour le meilleur a été actée avec la CCML, communauté des communes des Monts de Lacaune-les-Bains.
Au cœur du PNRHL dont le siège est à Saint-Pons de Thomières, canton du conseiller et Président du département de l’Hérault et  député de la circonscription, Kléber Mesquida, ces 8 communes, pourraient-elles fusionner ?
Toute nouvelle commune doit prendre une nouvelle appellation ! Difficile d’abandonner le vocable «Salvetat» très porteur économiquement et historiquement. Un « la Salvetat sur Raviège » serait-il envisagé ? Une Ruropôle de 2813 habitants verrait-elle le jour ? Le président de l’ ex CCMHL, Monsieur Francis Cros, deviendrait-il tout naturellement le Maire de cette Ruropôle  puisque il n’y a pas de nouvelles élections et que tous les élus de tous les conseils restent en place jusqu’aux prochaines municipales en 2020 ?
les élus vous feront des réunions publiques pour vous informer…. Lorsque le projet de fusion sera bouclé, pour vous expliquer, l’écharpe en charpie et la larme de crocodile à l’œil, les malheurs pour la ruralité que représente la disparition des services publics comme la poste et la création des agences postales communales (paragraphe 2/ Le service public de la poste), ainsi que la fermeture de classes qu’induisent inévitablement ces fusions. En langage politiquement correct vous entendrez donc parler de plus en plus souvent de «Ruropôle» dans les nouvelles intercommunalités.
Ainsi, Le transfert des compétences des communes vers l’intercommunalité va précipiter la fusion des communes comme s’avère être révélatrice  la Question Écrite N° 92433 du 19/01/16 (http://www.nosdeputes.fr/14/question/QE/92433)  au Ministère de l’économie, de l’industrie et du numérique) (Sans réponse)

…M. Kléber Mesquida attire l’attention de M. le ministre de l’économie, de l’industrie et du numérique sur une disposition législative de la loi NOTRe qui prévoit le transfert obligatoire de la compétencee « promotion du tourisme, dont la création d’offices de tourisme » des communes aux intercommunalités dès le 1er janvier 2017. Cette mesure va inciter à la création d’offices de tourisme communautaires et à la modification ou à la disparition des offices communaux. Du point de vue du Gouvernement, aucune commune ne sera à même de conserver un office de tourisme

Ce qui est valable dés le 1er janvier 2017 pour la compétence  » Tourisme », le deviendra pour toutes les autres compétences au plus tard le 1 er Janvier 2020 (personnes âgées, eau, assainissement, SPANC, ramassage des ordures ménagères…). Une à une,  les communes ont été , sont et seront dépossédées de leurs compétences au profit des intercommunalités. Dépossédées de toutes compétences, exsangues financièrement de par la baisse  de la dotation globale de fonctionnement (DGF), les petites communes  ainsi garrottées, n’auront d’autres choix que la Ruropôle.
Un bien (?), un mal (?), allez savoir ! Dans tous les cas, cette tendance est une évidence que les maires et leurs conseils municipaux auront à affronter dans les toutes prochaines années. Nier cette évidence en proclamant, comme le font  certain(e)s,  que se serait faux parce que rien n’est encore acté, c’est prendre les gens bons de ce territoire pour des jambons de ce terroir si réputé pour sa charcuterie !

Nouvelle Occitanie : Quel Nouveau laboratoire ?

Tout semblerait Nouveau en 2016, Nouvelle Occitanie, Nouveau Monde, Nouvelle gouvernance, Nouvelles compétences, Nouvelle (s) Ruropôle (s) , Nouvelles citoyennetés….. et Nouveaux vieux élus aux nouveaux territoires retaillés à leur démesure en se cachant « derrières les Mots! »  datant de 2014.
Cela signifierait-il que « du passé faisons table rase » ? Mais le passé est bien présent dans ce Sud Tarn et cet Ouest héraultais, car la Nouvelle Occitanie ne se réduit pas uniquement aux deux métropoles que sont Toulouse et Montpellier. Parlons Ruropôle !

Le développement économique à la Salvetat sur Raviège

PC_batiment_industriel_bois_camp_del_tour_la_salvetat_sur_agout_MOB_A2C_PER_CCMHL_Francis_Cros_panache_salvetois_fev_2016

L’affichage mis en place en ce mois de Février 2016 Le gros œuvre du bâtiment terminé.

Les discours de la classe dirigeante annonçaient que le passage à de nouvelles régions ne devait pas être interprété en termes de compétitions économiques interrégionales. Soit !
Comment ne pas se féliciter dès lors qu’une nouvelle entreprise A2C, spécialisée dans la construction de panneaux pour maisons ossature bois (MOB), s’installe sur la plateforme bois du Camp del Tour, commune de la Salvetat sur Agout, PER (plan d’excellence rurale) sous maîtrise d’ouvrage de la CCMHL?
Oui, comment ne pas s’en féliciter et surtout comment ne pas s’interroger lorsqu’on considère mieux cette filière économique, (la clause de compétence générale a été supprimée), cette compétence est dévolue à la Région !
Peu importerait le fait qu’un bâtiment ait pu être construit sans aucun affichage légal et autres mentions obligatoires?
Et surtout s’interroger sur son coût :  plus d’un million d’argent public (subventions) servent à la délocalisation (traduit en langue de bois : transfert de productivité) de la région PACA en Nouvelle Occitanie au détriment de la création !
Ne s’agit-il pas là de « dumping » dans la compétitivité économique inter régionale pour offrir un loyer de 1500 euros mensuel pour une usine flambant neuve (plus de 1000 m² au total) sur la plate forme bois du Camp Del Tour qui depuis 2006 et plus de 2 millions d’Euros investis, s’avère, selon de nombreux avis, être un grand fiasco économique de la Ruropôle Salvetoise ?

Quelles sont les compétences des collectivités territoriales ?
EXTRAIT /

« La région est responsable de la définition des orientations en matière de développement économique (art. 2 de la loi NOTRe). Pour ce faire, elle élabore un schéma régional de développement économique, d’innovation et d’internationalisation (SRDEII) qui définit notamment « les orientations en matière d’aides aux entreprises, de soutien à l’internationalisation et d’aides à l’investissement immobilier et à l’innovation des entreprises, ainsi que les orientations relatives à l’attractivité du territoire régional. Il définit les orientations en matière de développement de l’économie sociale et solidaire ». La région reçoit une compétence exclusive pour définir les régimes d’aides et pour décider de l’octroi des aides aux entreprises dans la région, y compris à des entreprises en difficulté (art. L. 1511-2). »

Les compétences régionales incluent la gestion des lycées, des transports, de la formation professionnelle, du patrimoine culturel, de l’aménagement du territoire, du développement durable, des aides aux entreprises, bref d’une grande part des infrastructures qui font le tissu aussi bien éducatif, social, économique, culturel d’une région.

devis_batiment_construction_MOB_camp_del_tour_la_salvetat_sur_Raviege_panache_salvetois_fev_2016

Maître d’ouvrage : la CCMHL

Mais peut-être que le dernier visiteur en date de ce Plan d’Excellence Rurale (P.E.R.) au Camp del Tour, le sénateur Commeinhes, serait à même de nous éclairer de la vision qu’il en a retenue ?
Ne serait-il pas souhaitable dès lors, que de nouveaux élus régionaux,  membres de la Commission  « Transition écologique et énergétique, Biodiversité, l’Économie circulaire, Déchets » ou  de la commission « Montagnes et Ruralités », viennent à leurs tours sur le terrain du Camp Del tour, constater de visu le «développement» de cette plateforme dédiée à la filière bois et qui, en 10 ans (2006-2016), aura englouti plus de 3 Millions d’euros….. sans le résultat des promesses faites.

Chacun jugera à sa manière de l’esprit de solidarité nationale qui peut exister entre les élus  lorsqu’il s’agit de nous instruire sur le développement durable en nous expliquant en quoi   « piquer » en quelque sorte, avec l’argent public, la richesse industrielle de son voisin de Provence-Alpes-Côte d’Azur pour la « receler » en Languedoc-Roussillon (le fameux transfert de productivité) est source de développement économique ?
La tendance pour certains élus  est de « refiler le bébé de la dette »  pour présenter de meilleurs chiffres à leurs administrés. Ne soyez pas dupes, et n’oubliez pas qu’au final c’est toujours vous, les habitants des communes concernées qui devrez quand même rembourser les idées de grandeur de certains. (proxiti)
Comme disait l’autre « Quand c’est flou, c’est qu’il y a un loup !

L’éolien industriel dans le PNRHL en Nouvelle Occitanie.

Là, il ne s’agit plus d’histoires floues  mais de comptes fous !

Daniel Vialelle Président du PNRHL

Daniel Vialelle Président du PNRHL

Le président du parc naturel régional du Haut-Languedoc, Daniel Vialelle a rencontré le collectif «T.N.E» (Toutes nos énergies) et, a assuré que tout était mis en œuvre pour faire respecter la charte et ses engagements :

Collectif T.N.E (toutes nos énergies)

Collectif T.N.E

«Aujourd’hui, nous sommes critiqués car nous avons autorisé ce plafond des 300 éoliennes. En ayant émis cette limite, nous sommes les meilleurs garants de la préservation de notre territoire et de ses paysages. Nous sommes sur la même longueur d’onde avec «Toutes Nos Énergies», seulement notre pouvoir n’est que consultatif. Nous émettons un avis, négatif ou positif, sur un projet, mais au final, c’est l’État qui décide. Nous avons rencontré le préfet, la direction départementale des territoires, pour nous assurer que 300 sera la limite. On est encore en dessous pour l’instant, et nous continuerons à tout faire pour rester en dessous».

[Du VERDI dans toute sa splendeur !]

Réponse de M. Bonneville, ancien maire de Mazamet, à l’article de La Dépêche.

Charte_2011_2023_PNRHL_nouvelle_occitanie_documentde_reference territorial_pour_energie_eolienne_panache_salvetois_fevr_2016« Honte à Monsieur Vialelle qui ose dire que sa voix (et donc celle du PNRHL) ne peut être que consultative ! C’est FAUX. La Charte, avalisée par l’État, devient une règle de conduite pour toutes les collectivités qui en font partie.
Le PNRHL peut aller en Justice contre le coupable qui ne la respectera pas et ce pendant 12 ans. Le domaine de l’Urbanisme, en particulier, qui s’applique sur tout son territoire, (et même au-delà si une commune non membre fait partie d’une communauté de communes ou d’agglomération incluse dans le Parc) était bien trop contraignant sur une telle durée pour des communes comme Castres ou Mazamet.
C’est pour cela que la CACM a émis des réserves, amenant LÉGALEMENT toutes les communes de cette structure à “sortir” du Parc.
Je reste convaincu que 9 élus sur 10 (nos représentants) n’ont JAMAIS lu, encore moins approfondi, la Charte et font une confiance aveugle au “système politique” qui leur est proposé, sans jamais essayer de comprendre…et je suis bien placé pour le dénoncer !
Monsieur Vialelle a donc maintenant la Loi pour lui ; il a le POUVOIR et le DEVOIR de la faire respecter.
Sincères salutations, »

Laurent Bonneville

nos-coleres-fleuriront-2-cueillir-les-fruits-de-l-emancipation_-Corinne_Morel_Darrieux_politique_a_gauche_regionales_2015_onesta_nouveau_monde_en_commun_panache_salvetois.jpg 13 novembre 2015Le président Vialelle, surnommé le VERDI du Haut Languedoc veut nous faire croire qu’il ne connaît pas le nombre exact de machines à vent jouant dans son orchestre philharmonique en représentation permanente dans son théâtre de Verdure.
La mensongère partition inachevée du Maestro Verdi se joue avec des chiffres : 200, 300, 500, 800, … ? Le vieux professionnel politique sait noyer la truite entre l’existant, les permis déposés, les projets en gestation, …  Le mitage de notre territoire en machines industrielles est bien avancé, il est à l’image de ses dirigeants : « cala-miteux » responsables mais pas coupables du développement de l’éolien industriel.
Et c’est ainsi que le grand mensonge perdure. Les communes intégrées au Parc Naturel Régional du Haut Languedoc créé en application du décret en date du 1er mars 1967 précisant le classement en Parc Naturel Régional :

« le territoire de tout ou partie d’une ou plusieurs communes lorsqu’il présente un intérêt particulier par la qualité de son patrimoine naturel et culturel, pour la détente, le repos des hommes et le tourisme, et qu’il importe de protéger et d’organiser » .

Cela apparaît suffisamment clair sauf pour le président Vialelle / Verdi du PNRHL  qui n’a semble-t-il plus souvenance du décret du 1er mars 1967 dont on fêtera le cinquantenaire  en 2017 « la fête du  Repos des Hommes » et imposer des machines à vent qui nuisent tant à la qualité du patrimoine naturel et culturel,  à la détente, au repos des hommes, au tourisme ?
« la fête du  Repos des Hommes en Ruropôle » pour réaffirmer  que « les Mots » de 1967 n’ont pas aussi perdu,   leurs valeurs  50 ans après !

Le renouvelable industriel n’est pas une nouveauté. L’hydroélectricité existe ainsi en France depuis les années 1960 et continue de représenter l’essentiel de l’électricité renouvelable produite : en 2012, l’énergie hydraulique a produit 6 fois plus d’électricité que l’éolien et 12 fois plus que le solaire.
Une anecdote révélatrice car ô combien transposable à bien de nos communes rurales du PNRHL au centre de la Nouvelle Occitanie concernant le parc éolien industriel de Riols. au moment où tant de projets d’implantations  de centrales éoliennes fleurissent sur tout le territoire national, les éoliennes de Riols ne sont qu’une partie du marché dans le PNRHL depuis bien longtemps hélas, déclaré : « Open For Business » ,  engendrant ici et ailleurs une certaine discorde générale !

avancement_des_projets_eoliens_industriels_sur_le_parc_naturel_regional_du_haut_languedoc_panache_salvetois_fevrier_2016_nouvelle_occitanie

projets éoliens industriels PNRHL

Robert Tailhades, 83 ans, maire de Riols, a fait délibérer son conseil municipal pour donner son aval à ce projet,  lundi 14 décembre à 20 H 30.
D
issuader le maire de Riols d’adopter le projet de 10 méga-éoliennes que lui propose EDF EN sur la crête des Avant-Monts, est une gageure car la seule question qui l’intéresse, est celle des retombées fiscales éventuelles.
Démontrer que Riols ne gagnerait rien à cette opération et que cela ne valait pas la peine de nuire grandement aux habitants des hameaux voisins , et à ceux de la vallée toute entière du point de vue du paysage apparaît  comme inaudible pour le vénérable Tailhades.
Voté à bulletin secret,  le projet fut adopté de justesse par 8 voix contre 7.  Manquaient donc quelques voix à la majorité municipale de l’intransigeant maire de Riols qui précisait  que le projet ne serait accepté qu’à la condition expresse que la Communauté des communes accorde un pourcentage plus élevé des retombées financières du parc éolien industriel pour la commune de Riols car les sommes perçues, le sont au profit de l’intercommunalité qui les redistribue aux communes au prorata de leur nombre d’habitants.

à un Riolsais, lui faisant remarquer qu’avec une aussi faible majorité et comme il s’y était engagé lors de  sa campagne des municipales 2014, il serait bon d’organiser un référendum municipal pour connaître la position de ses administrés, le courageux Tailhades fit remarquer pour toute fin de non recevoir, que la commune n’avait pas les moyens d’organiser une telle consultation !
C’est vrai qu’avec un peu plus de 700 habitants, la réponse de Bob  le riolsais apparaît comme la  plus « croque-guignolesque » qu’il ait pu faire de toute sa très très longue carrière sous un tonnerre de ricanements diffus!
Le montant des retombées financières n’est-il donc que l’ultime justification qui détermine la majorité des élus de la commune à s’engager dans cette impasse environnementale et dans ce contre-sens économique pour la vallée ?
L’alpha et l’oméga de tous ces projets d’éolien industriel : le business du capitalisme ! En arrivera-t-on un jour, comme  le zoo pour la faune,  a créé des zones spéciales, un  « goo » (?), pour la flore ? En 2050 seront nous formatés pour aller visiter la nature dans des parcs « goologiques » ?

QUESTIONS   :

  1. De quelle communauté des communes Robert Tailhades parle-t-il, vu que la com-com du Pays Saint-Ponais cessera d’exister au 1 er janvier 2017 en application de la loi NOTRe ?
  2. Alors que les Ruropôles sont en devenir,  Robert est-il à même d’affirmer que la commune de Riols existera en tant que telle après 2020 ? Riols la pauvre échappera-t-elle à la montée en puissance des Ruropôles ?

RAPPELS   :

  1. Les communes de Cambon et Salvergues ainsi que Fraïsse sur Agout de la CCMHL qui ont toutes les deux, un parc éolien industriel,  sont les deux communes les plus endettées de l’intercommunalité (budget 2014 publié en 2015)
  2. Lauréat des communes les plus endettées 1er prix / Fraïsse sur Agout 2 prix / Cambon-et-Salvergues

    Lauréat des communes les plus endettées
    1er prix / Fraïsse sur Agout
    2 prix / Cambon-et-Salvergues

    Mention spéciale  à la commune de Cambon et Salvergues qui détient ce record d’endettement depuis plusieurs années (2008) malgré un parc éolien de plus de trente machines et qui cette année là ne décroche que la deuxième place derrière Fraïsse sur Agout, première du classement des sur-endettées  malgré l’inauguration de son parc éolien au col de Fontfroide.

  3. Un pèlerinage au col de Fontfroide devrait être obligatoire pour tous les élus disséquant sur un projet de parc éolien, afin, qu’avant de se prononcer, ils puissent se rendre compte effectivement des graves atteintes patrimoniales, environnementales et humaines que ces machines ont engendrées. Qu’arrivés avec  des ampoules aux pieds, peut-être  qu’enfin un rayon de lumière filtrera jusqu’à leurs neurones, pour constater les dégâts occasionnés leurs permettant de méditer une dernière fois,  la parole d’ Élisée Reclus (1866) à ne pas confondre avec le reclus de l’Élysée 2016.
  4. Rêvons donc que le col de Fontfroide devienne « le Solutré »  de la nouvelle Occitanie; sa présidente, Carole Delga et sa cours régionale, feraient chaque année, l’ascension à Pentecôte !  Du village de Fraïsse-aux-4- fleurs jusqu’au col-des-éoliennes, une marche (funèbre) de quelques kilomètres suffit pour passer de la réalité du « Beau » à l’ incommensurable « Laideur ».  Aidé d’un simple coup de bâton, les randonneurs du développement durable seraient les hérauts de ce parcours évènementiel annuel régional  où  les vieux ténors politiques de Nouvelle Occitanie se presseraient !
    col de Fontfroide panneau " là ou le sol s'enlaidit....."   Là ou le sol s’est enlaidi, là où toute poésie a disparu du paysage, les imaginations s’éteignent, les esprits s’appauvrissent, la routine et la servilité s’emparent des âmes et les disposent à la torpeur et à la mort.

Éolien  industriel – Mesures compensatoires et corruption.

Dans la perspective de futurs projets éoliens, les promoteurs, lors de leurs présentations aux élus locaux, proposent des mesures compensatoires, (construction de maisons de chasseurs, remise aux normes de salles des fêtes, installations de terrains de boules, installation internet à haut débit, etc…).
Une véritable hécatombe d’élus depuis juin 2013 pour prise illégale d’intérêt et recel de prise illégale d’intérêt concernent des installations d’éoliennes.  Cette inflation de procédures, vise à sanctionner des pratiques qui elles-mêmes gangrènent une partie de la classe politique locale depuis plusieurs années.
Le scénario est toujours le même : approchés par des promoteurs, des maires et conseillers municipaux de petites communes rurales se laissent tenter par l’idée d’accueillir des éoliennes sur leurs propres terrains (ou ceux de proches), n’hésitant pas ensuite à faire voter (et à voter eux-mêmes) l’autorisation d’installation de ces machines en Conseil municipal . La  combine s’avère bien plus rentable que la culture du topinambour ! En étant ainsi juge et partie, ces politiques locaux détenteurs de fonciers s’exposent à l’évidence à l’article 432-12 du Code pénal sur les conflits d’intérêt, prise illégale d’intérêt et recel de prise illégale d’intérêt. D’autres produits prévaricateurs (capitaux en assurance vie, parts de SCI, etc…) feraient aussi parfois partie intégrante des délices de l’éolien industriel.

Et vous n’avez encore rien vu….. (Arnaud Michon, Du nucléaire au renouvelable, critique du système énergétique)

Ruropôle et Linky  : EDF mesure le temps passer à déféquer !

Linky d’EDF = Produit Toxiqueen Ruropôle

Linky d’EDF = Produit Toxique.

Avec EDF, les malheurs semblent ne jamais arriver seuls. Faut-il avoir peur des nouveaux compteurs Linky ?  Baptisés « compteurs intelligents », quelle intellectualité  y aurait-il à transformer son habitat en véritable micro-onde dangereux pour notre santé ?
Véritable délateur de la vie privée, le compteur, capable de reconnaître quels éléments sont sous tension, linky, selon le temps passé dans vos toilettes obscures, sera capable de relever  si vous avez fait la petite ou la grande commission, et si vous êtes constipé, d’éteindre la lumière, pour vous faire économiser de l’énergie en vous faisant chier !

Parce que les communes sont propriétaires des compteurs électriques, elles ont leur mot à dire sur le changement des compteurs linky et peuvent s’opposer à leur installation par simple délibération au conseil municipal. Encore faut-il qu’elles le sachent et qu’elles prennent la mesure de leur responsabilité dans le domaine de salubrité publique. une première en France. La commune de Saint-Macaire, située en Gironde, refuse d’accueillir sur son territoire Linky et Gazpar, les nouveaux compteurs d’électricité et de gaz. Pour une raison simple : cette nouvelle génération de boîtiers, dits « intelligents » ou encore « communicants », pourrait nuire à la santé des habitants. Encore faut-il qu’elles le sachent et qu’elles prennent la mesure de leur responsabilité dans le domaine de salubrité publique.
Se poser la question, c’est déjà un commencement de réponse..  a lire sur france3 regions.francetvinfo.fr

PLUS d’info sur :

Les maires et  conseillers municipaux risquent de sérieux problèmes. En effet, comme la commune est et reste propriétaire de ces compteurs, les élus, à commencer par le maire, vont être responsables des dommages causés par les Linky avec le risque d’ être tôt ou tard attaqués en justice :

  1. par des gens devenus électro-sensibles après l’arrivée des Linky,
  2. par des gens dont les compteurs Linky auront pris feu, avec l’hypothèse hélas plausible qu’il y ait des morts (105 000 compteurs communicants ont été désinstallés au Canada à cause des incendies causés par ces compteurs),
  3. par des gens dont les appareils auront été abîmés… (copies d’article de la Nouvelle République dans les zones qui ont eu la « chance » d’être cobaye pour Linky dès 2010).

La gestion de l’eau en Nouvelle Occitanie.

eau potable au robinet

EAU

Il apparaît également que le Parc Naturel régional du Haut Languedoc, est compétent pour la gestion environnementale sur l’ensemble du territoire soumis à enquête.
Expliquer le besoin vital de réservoirs en eau en Nouvelle Occitanie par la nouvelle gouvernance pour envisager le financement de la construction d’un barrage à Sivens sur le versant atlantique de la région et dans le même temps, financer la déconstruction des barrages du lac de l’Ayrette et du lac de la Biconque faisant disparaître à jamais, ces (ex) hauts lieux du versant méditerranéen de la Nouvelle Occitanie, apparaît pour le moins incompréhensible au commun des citoyens, surtout que l’enquête publique menée par le commissaire enquêteur avait conclu au sauvetage du barrage de la Biconque.

ENQUÊTE PUBLIQUE PRÉALABLE RELATIVE
A LA DÉCLARATION D’INTÉRÊT GÉNÉRAL
AU TITRE du CODE DE L’ENVIRONNEMENT (L211-7 et R214-88 à 104)
CONCERNANT LE PROGRAMME d’entretien de la RIPISYLVE sur les
COURS D’EAU de l’ ORB, du RIEU-POURQUIE, du BITOULET et leurs
AFFLUENTS PAR LE SYNDICAT MIXTE ORB, RIEU-POURQUIE, BITOULET
lire le rapport complet sur : rapport_ce_ripisylve_sivu_orb

  1. Alors que, les orientations fondamentales d’une gestion équilibrée de la ressource en eau et les objectifs de qualité et de quantité des eaux définis par les Schémas Directeurs d’Aménagement et de Gestion des Eaux (SDAGE) ainsi que les objectifs de protection définis dans les Schémas d’Aménagement et de Gestion des Eaux (SAGE) « s’imposent » aux Plans Locaux d’Urbanisme des communes situées dans leur périmètre, par un rapport de compatibilité (L124-2 du Code de l’Urbanisme, L212-1 et L212-3 du Code de l’environnement).
  2. Alors que, un programme pluriannuel d’entretien et de restauration avait  donc été établi pour une période de 3 ans avec l’assistance technique du Syndicat Mixte des vallées de l’Orb et du Libron (SMVOL) pour un coût estimé à 216 600 € HT portant sur 15 940 m de linéaire traité. Ces travaux étant également coordonnés à l’échelle du bassin par le SMVOL, dans le cadre d’une politique cohérente des actions réalisées qui respecteront les équilibres naturels et préserveront la sécurité publique et que toutes les parties prenantes (particuliers, communes, PNRHL, administration) étaient d’accord  avec cette déclaration d’intérêt général (D.I.G.)
  3. Alors que, la conclusion de l’enquête publique  terminait par :
    DIG_programme_entretien_orb__rieu_pourquie,bitoulet_syndicat_mixte_lamalou_la_biconque
  4. Alors que rien ne le prévoyait dans la D.I.G,   Le barrage de la Biconque a été déconstruit !

    « L’eau, c’est la vie et toute une économie et des emplois à la clef. C’est la survie d’un département, d’une région, d’une population, d’une économie.
    Nos scientifiques ne sont-ils pas en train de tirer la sonnette d’alarme sur une probable pénurie d’eau dans le futur.
    Nous avons un massif du Caroux sous la main, avec ses nappes phréatiques et ses sources abondantes qui ne demandent qu’à nous rendre ces services.

    Espérons qu’une étude sérieuse et approfondie sur l’eau, va enfin voir le jour, pour un avenir meilleur pour tous…. »

Partage

2 commentaires

  1. BAUNAY MICHÈLE le 22 FÉVRIER 2016 16 H 31 MIN
    Je fais partie d’une association de réflexion et de vigilance sur l’énergie éolienne des Monts de Lacaune (ARVIEE) et je constate par rapport à la zizanie que sème le développement de l’éolien industriel qu’il est souvent plus facile de connaître les tendances politiques FN qui s’affichent sans honte que de discuter entre voisins de leur opinion quant aux éoliennes; sujet tabou par excellence. Quant à la charte qui ne respecte pas le PNRHL c’est une véritable honte et que dire de toutes les absurdités qui nous sont imposées …
    Your comment is awaiting moderation.

    • Je comprends qu’il soit difficile de discuter des éoliennes industrielles sur Lacaune et que le sujet soit tabou quand on sait que certains élus ont été inculpés pour prises illégales d’intérêt sur cette commune.

Laisser un commentaire,

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :
Lire les articles précédents :
jean_luc_melenchon_qu_ils_s_en_aillent_tous_regionales_2015_voix_blanche_resultat
voix blanche : dix commandements d’un autre Monde !

Dix commandements énoncés d'une voix blanche concernant les élections régionales 2015 en Languedoc - Roussillon...

Fermer