État d’Urgence : Ultra Brigandes à la Salvetat sur Agout !

6

Foutu billet que d’avoir à rédiger une histoire de Brigandes qui  met la  Salvetat sur Agout en état d’urgence absolue.
Un billet  hors toute précipitation, mûrement réfléchi lors ces longues, longues semaines estivales à la Salvetat sur Brigandes. Le ressenti au fil des mois, qu’une certaine tension  montait dans la commune et même au delà puisqu’elle touchait la communauté des Communes  de la Montagne du Haut Languedoc.
Les clivages devenaient  de plus en plus évident entre les pro-ultra sixties et les  anti – Brigandes. Les relations s’envenimaient au sein de toutes les associations salvetoises qu’elles soient culturelles, sportives, scolaires voire  politiques. De vieilles amitiés, parfois de plusieurs décennies, volent en éclats.
Le « Bien Vivre Ensemble » à la Salvetat sur Agout semble bien  en État d’Urgence  et le pronostic vital d’une démocratie locale apaisée, promesse électorale de notre Maire  – Médecin, semble bien engagé ! Pourquoi ?

Mal comprendre La Salvetat sur Agout.

Post Estadieu sur facebook : le point sur les Ultras sixties et les Brigandes

Post Estadieu sur facebook

 

L’élément déclencheur provoquant mon ire , le manque de respect  (l’ire-respect) d’un  post  sur le mur Facebook de Monsieur le Maire Thibault Estadieu  à lire ci-dessous :

Le point sur les Ultra Sixties et les Brigandes

« Suite aux différents courriers et commentaires reçus ces derniers mois concernant les Ultra Sixties ainsi que les brigandes et la  » polémique  » que cela semble déclencher chez certains « biens pensants », il paraît opportun d’apporter certaines précisions.
Tout d’abord, en France, et donc à la Salvetat, chacun est libre de s’installer et de vivre où bon lui semble. Le groupe musical des Ultra Sixties, spécialisé dans la musique des années soixante s’est ainsi installé il y a un peu plus d’un an sur notre commune. Contrairement au dire des commères et de la gauche caviar locale, souvent le même genre d individus d’ ailleurs, la municipalité n’a jamais programmé directement les Ultra Sixties.
Les animations sur la commune sont organisées par diverses associations(office de tourisme, comité des fêtes, tastaïres… ) qui ont toute la liberté de choisir les groupes musicaux à leur convenance, la mairie n’intervenant en rien dans ce choix. Ceci étant, j’assume parfaitement la programmation de nos associations, et je pense que celles qui ont sollicité « les sixties » ont eu raison, ce groupe étant un groupe local de qualité dont les membres vivent et consomment sur place toute l’année, en s’intégrant à la vie du village.
Bien sûr je ne suis pas dupe, et je n’adhère pas aux thèses plus tendancieuses et obscures « des brigandes », la branche musicale plus idéologique de cette communauté, mais lors des concerts publiques il est bien question des Ultra Sixties et de la musique des années soixante uniquement.
J’ai reçu récemment un courrier émanant d’une professeure agrégée de philosophie, vacancière depuis des années à la Salvetat, qui s’insurge de la programmation des Ultra Sixties sur la commune, menaçant de « tout dévoiler à la presse  » …. J’en tremble encore … Elle n’a d’ailleurs pas attendu ma réponse pour exécuter sa « terrible menace » ! A cette charmante dame, je répondrai juste que sa missive me conforte dans l’idée que je me faisais de la philosophie et des philosophes en général, des donneurs de leçons en dehors de toute réalité, je trouve cependant dommageable que cette personne ne se soit pas un peu plus manifestée pour soutenir le village quand la quatrième classe a failli fermer cet hiver, ou quand les commerçants crient « famine » hors périodes touristiques.
Il m’a également été rapporté que certaines associations auraient reçu des pressions pour avoir programmé les Ultra Sixties. A tous les nostalgiques locaux du soviétisme et du communisme ainsi que des méthodes de pression qui vont avec je dirai cette chose : La Salvetat est une terre de démocratie et de liberté et les musiciens et groupes musicaux sont les bienvenus, quelles que soient leurs orientations politiques. S’il fallait faire une enquête sur la personnalité, les travers, les idéologies politiques … de chaque musicien qui se produit durant l’été dans notre village, il y a fort à parier que les soirées seraient bien calmes et paisibles sur l’Esplanade des Troubadours et le vieux village.
A bon entendeur salut !

Mal connaître La Salvetat sur Agout :
NON au communautarisme sectaire !

Hormis le fait qu’il est incompréhensible  que Monsieur le Maire ait pris pour habitude de gérer l’information municipale sur les réseaux sociaux plutôt qu’en conseil municipal, le soit disant parfait démocrate  apolitique de 2008 dispose du bulletin municipal pour informer sa population et quitte à faire un point sur les Ultra Sixties et les brigandes, il eut pu organiser une réunion publique pour nous informer que les Ultra Sixties et les Brigandes sont  les mêmes personnes  d’un même groupe communautariste ayant adopté un fonctionnement sectaire sous la direction du gourou Joël Labruyère.

logo le point magazinelire dans le magazine le Point :
Qui sont les Brigandes ?
(cliquez sur l’image)

Monsieur le Maire semble donc :

  • bien incomplet dans la diffusion de son  information sur les ultra – brigandes puisque apparemment, peu de salvetoises et de salvetois, ignorent , feignent de l’ignorer ou veulent ignorer ce que sont réellement les ultra Brigandes.
  • Bien incomplet et manipulateur à l’extrême comme peut l’être ce groupe musical qu’il affectionne particulièrement pour son implication dans la vie locale….
  • Bien incomplet, manipulateur et irrespectueux de ses concitoyens comme de la fonction de maire qu’il occupe.

1/Complétons, 2/remixons, 3/respectons  afin de

  • ne plus ignorer,
  • ne plus feindre d’ignorer,
  • ne plus vouloir ignorer ….
    ….. la gravité d’une situation salvetoise en réactualisant le point sur les ultra – Brigandes.

1/Complétons

Le maire de la Salvetat à décrété (seul ?) qu’un certain communautarisme malsain avait droit de Cité dans notre commune, allant ainsi contre toutes les assertions démocratiques de tous les maires qui affirment vouloir lutter contre toutes formes de communautarisme sur leur territoire !
Un maire Fan des ultra- Brigandes qui ont pour devise  » Dieu et le Roi » ,  pour qui le pape François et son armée de Jésuites  sont assimilés à des gauchistes révolutionnaires sud-américains et de plus, une communauté d’anti-républicains notoires pour qui la Démocratie est le pire des régimes,  cela dénotent bien l’extrémisme idéologique de ces intégristes ultras nationalistes et xénophobes.

« Les Brigandes sont l’émanation d’une secte ouvertement gnostique, antichrétienne, totalement illuminée, aux ordres d’un gourou délirant de 68 ans, Joël Labruyère, sous la coupe duquel une petite « communauté » vit entassée, de façon particulièrement glauque… »

"Dieu se rit des Hommes qui déplorent les effets dont ils chérissent les causes." (Bossuet)

« Dieu se rit des Hommes qui déplorent les effets dont ils chérissent les causes. » (Bossuet)

contre-info.com/ les brigandes  : Quand une secte antichrétienne et occultiste tente de subvertir la droite nationale

Dans L’ONDE IMMONDE DU MONDIAL, le gourou de la secte écrit et explique  :

 » La liberté intérieure ne peut s’exercer pleinement que dans une communauté d’âme – une famille énergétique – unie dans la création, la production, la spiritualité, qu’il faut s’organiser en entité politique indépendante pour semer le germe d’une nouvelle civilisation.
A l’avenir, une authentique communauté humaine devra être constituée d’un groupe d’individus unis dans un même but spirituel. Ils se seront choisis et acceptés, se connaîtront, pourront se voir, se parler, collaborer et s’aimer. Ils viseront un but supérieur de libération de groupe. Leur potentiel énergétique collectif se déploiera en une force donnant naissance à la « technologie morale ». La vie communautaire sera fondée sur l’utilisation de l’énergie cosmique.

« Les Brigandes » sont un groupe issu de la secte « Royaume Elfique », . Leur mission est de se faire connaître à tout prix, y compris en infiltrant tous les médias et réseaux sociaux possibles, du moment que ceux-ci peuvent contribuer à leur renommée. Leur but est à terme de rapporter un maximum d’argent à la secte dont elles émanent, soit directement par leur activité musicale, soit en recrutant de nouveaux membres qui pourront être exploités comme pompes à fric. Elles font partie du programme de recrutement de cette secte, toujours fondée sur les mêmes principes :

  • afficher un profil jeune, sympathique et attractif,
  • dénoncer les travers de la société,
  • défendre un idéal spirituel élevé.
  • opter pour une vie fraternelle en communauté dans une « base de survie alternative »
    [NDLR /L’ancienne colonie du Gazel à la Salvetat sur Agout ,achetée par cette communauté est ainsi devenue  » la Base de survie alternative« , sorte de bulle de pureté protégée des pollutions morales du monde, dont les adhérents sont assurés de pouvoir se réincarner à l’abri des horreurs d’un monde qui deviendra de plus en plus dur avec le temps.

2/ Remixons

La municipalité salvetoise,  réfute l’idée de toute connivence avec les ultra Brigandes mais le maire fait leur apologie  sur les réseaux sociaux :

  • reportant la responsabilité sur les associations,
  • omettant de mentionner que les associations qu’il a lui-même cité, vivent largement des subventions donc de l’argent du contribuable,
  • oubliant  de préciser  que toutes les associations (office du tourisme, club du 3ème age, comité des fêtes, Tastaïres, etc, sont affectées dans leur fonctionnement interne par le clivage entre adhérents que provoque la présence des ultras sixties, les démissions tombent, les injures fusent…Un certain mal être s’installe dans le village.
  • Même l’école est touchée de par la volonté des mères Brigandes de s’impliquer dans les activités périscolaires dépendant de la municipalité. La résistance de la directrice est un fait certain. L’académie  est informée mais les activités périscolaires sont du ressort de la municipalité et l’équipe enseignante est très divisée quant aux relations avec les mères Brigandes.

Après le magazine lelogo le Monde Point, Lire aussi dans le Monde :   Le FN veut prendre pied dans le monde de la culture.

EXTRAIT /

« La révolution culturelle du Front national avance aussi masquée que sa radicalité politique, et elle a ses nouvelles héroïnes : Les ­Brigandes. Elles portent sur les yeux le bandeau noir de Zorro, sont vêtues de déguisements divers et chantent d’une voix de collégienne inoffensive dans des décors bucoliques, parfois armées de gros gants de boxe avec lesquels elles ponctuent leurs refrains en souriant : « Bing, Bang, Bong ! » Les ­brigandes, chanteuses de variété New style sur Internet, sans étiquette et sans parti, font discrètement la bande-son du Front national, en paroles et en musique.
Elles se surnomment « Comité de salut public » ont pris pour mot d’ordre « le grand remplacement », cette théorie conspirationniste selon laquelle la population européenne serait remplacée par des peuples autres. Rien n’échappe à la vigilance des Brigandes : « les chiens de politicards », « les technocrates sans cœur », « les félons qui squattent la nation », « les charognards qui vendent la patrie », « les bronzés livides » s’en prenant à une jeune fille qui lit sa Bible dans le train. Avant qu’intervienne la censure d’Internet pour cause de racisme et d’antisémitisme, on pouvait lire d’autres paroles du genre : « L’ antifa ne vous ratera pas si vous avez l’air d’un Gaulois. Et si on mange des quenelles frites : antisémite ! »
Culture populaire, patrimoine et identité, Les Brigandes cochent les trois cases-clés du programme culturel de Marion Maréchal-Le Pen. Pas de « points rouges », tout est en place, rien ne dépasse. Bing, Bang, Bong.

Brigandes - ultra-sixties une secte à la Salvetat sur Agout

Brigandes – ultra-sixties une secte à la Salvetat sur Agout

EXTRAITS  de l’ OBS avec Rue 89 :

Instruction à Tarbes

A la fin de notre entretien, Annick Lovinfosse m’informe que cinq membres de la secte se sont enfuis il y a deux ans et qu’ils ont déposé plainte au commissariat d’Argelès dans les Pyrénées. Au TGI de Tarbes, où l’instruction est en cours, les chefs de prévention visés sont :

  • « abus de faiblesse » ;
  • « travail dissimulé » ;
  • « menaces de mort » ;
  • « rétribution insuffisante ou inexistante de personnes vulnérables » ;
  • « violences n’ayant pas entraîné d’interruption de travail ».

S’il a lieu, le procès se tiendra dans plusieurs mois.

Jean Genet disait « il faut insulter les insulteurs. C’est un devoir ! »

La communauté sectaire fait de la propagande et du prosélytisme en  proférant des messages à caractère raciste, sexiste, homophobe, antisémite et islamophobe en ayant l’art de lier ces deux thématiques antinomiques avec une argumentation des plus bancales : avec non pas la promesse  du  paradis, mais d’atteindre la quatrième dimension … et les Salvetoises et Salvetois marcheront la tête en bas comme c’est déjà le cas pour certains.
Non ! dans son immonde post facebook, Thibault Estadieu préfère vitupérer contre « les biens pensants » « les commères « , » la gauche caviar locale »,  la philosophie et les philosophes en général », les  donneurs de leçons en dehors de toute réalité », à tous les nostalgiques locaux du soviétisme et du communisme ainsi que des méthodes de pression  qui vont avec!  »
L’apolitique maire s’essaye donc à faire maladroitement  de la politique, de la politique spectacle avec ses nouvelles muses Brigandes pour faire de l’évènementiel à la Salvetat sur Agout sous les bravos  de la fachosphère locale.
M
ais dans quelle réalité vit le « bon docteur Estadieu » ?  Pour lui, les bons (les pro-ultras) d’un côté, les mauvais (les anti Brigandes), le Maire est devenu le 1er clivant salvetois alors que des clivages apparaissent aussi dans sa propre majorité municipale où la mésentente ne cesse de croître ainsi que chez les anciens compagnons de route  de son premier mandat,  pour ne pas se rendre compte que le pronostic vital  de sa commune est engagé et que son bienveillant diagnostic du virus « Brigandes » est ultra dangereux et mortifère pour la commune  notamment  dans la continuité de son mandat jusqu’en 2020 (je reviendrai sur ce thème : « Continuité d’un mandat » en fin de rédaction), et plus encore pour l’image  détérioré que va véhiculer la Salvetat sur Agout si Monsieur Estadieu, tel le Bourgeois gentilhomme continue ainsi à faire de la politique sans le « Savoir », lui qui affirme « ne pas être dupe de l’idéologie des Brigandes ! »
Dupe de quoi ? De quelle idéologie ? l’édile ne précise pas. Avec condescendance nous déclarera-t-il un jour :

 » Salvetoises, Salvetois, vous avez de la merde jusqu’au cou, Moi, qui suis plus grand que vous, j’en ai jusqu’aux genoux ! »

Monsieur le Maire ne semble guère troublé par le fait qu’une (grande) partie  de ses administrés  soit de plus en plus « inquiète » de cette tourmente qui s’annonce, notre navigateur en eaux troubles s’étant laissé charmé par le chant des sirènes Brigandes.

3/ Respectons

Dans son livre Le Rappel à l’ordre par Daniel Lindenberg, l’enquête sur les nouveaux réactionnaires (Seuil, 2002) a fait scandale pour avoir constaté qu’un groupe important d’intellectuels et d’écrivains  étaient en train de passer, au nom de la découverte du « réel » – un vieux procédé rhétorique quand on « vire sa cuti », et qui peut justifier toutes les conversions, quel que soit leur sens –, de la gueule de bois post-utopique à un désaveu plus ou moins franchement avoué de la société ouverte et égalitaire. Et de défendre l’idée d’une guerre de civilisations qui opposerait l’Occident et  l’« Islam ».
L’apolitique  Maire Thibault Estadieu a donc viré sa cuti,  obnubilé par le regard bandé des brigandes, le charmeur des hauts cantons aimant par dessus tout emmener ses conquêtes féminines en croisières méditerranéennes pour les publier ensuite, coutumier du fait, sur les réseaux sociaux entre deux couchers … de soleil.
Les ultras brigandes en croisières ? c’est le naufrage assuré ! Ça c’est pour l’image, la réalité  c’est que l’apolitique_maire_capitaine  envoie la municipalité s’échouer sur les rives idéologiques du Front National; et ça, ce n’était pas prévu au programme !

logo-la-hordeUltra Sixties : les Brigandes démasquées, ou comment l’extrême droite cherche à s’implanter localement : la Horde

Cela devrait stupéfier tous ceux qui :

  • ignoraient,
  • feignaient d’ignorer,
  • voulaient ignorer.
    C’est tout de même le cas pour certains, car même ceux-là, savent-ils vraiment comment « en un plomb vil l’or pur s’est-il changé » ?
    Que Jean Racine pardonne, mais l’Olympe n’a rien à voir dans cet affaissement des principes républicains les plus basiques que semble avoir déserté la municipalité Salvetoise.

Le débat contradictoire, démocratique et républicain n’autorise pas certains excès et dérapages du premier magistrat de notre commune La salvetat sur Agout.

Jean Jaurès : agrégé de philosophie

Jean Jaurès : agrégé de philosophie

La municipalité Salvetoise commémorait  à l’été  2014 , le centenaire du début de la première guerre mondiale et rendait aussi hommage à Jean Jaurès.
Jean Jaurès, l’un des plus grands tribuns de l’histoire parlementaire. Normalien, il est élu député de Carmaux (Tarn) en 1885, il a alors 26 ans. Unificateur des différentes tendances du mouvement ouvrier français, il fonde le journal L’Humanité en 1904 et participe à la création de la SFIO. Passionnément pacifiste, il meurt assassiné au Café du Croissant le 31 juillet 1914, à la veille de la mobilisation générale.
Moquerais-je , sur ce plan là, Thibault Estadieu, en lui rappelant que Jean Jaurès était aussi un professeur agrégé de philosophie , le genre de personne dont il déclare  son dégoût dans son minable post facebook qui pue la tolérance  » ZÉRO » ?
Là, ça commençait à déraper grave  pour le premier magistrat de la commune, qui pour défendre les ultra Brigandes, s’en prenait à l’Icône Républicain qui est inhumé au Panthéon depuis 1924. Pour  un maire qui  déclarait une certaine neutralité politique, son « apolitisme » est le genre de militantisme qui a le don d’exacerber mon esprit (mon petit esprit mal pensant diront certains et que j’assume pleinement).
Mais l’hystérie galopante n’était pas encore à son comble, comme vous allez pouvoir le constater en poursuivant la lecture…

Le Buen Vivir, enjeu politique ?

fraternité, j'écris ton nomLa sobriété heureuse dont parle Pierre Rabhi est aussi un appel à changer le vivre ensemble. C’est ce que met en lumière Patrick Viveret avec le concept de « Buen Vivir » (le bien vivre) notion venue des peuples autochtones d’Amérique du Sud. Cette idée constitue une référence théorique qui permet de considérer la question humaine et sa difficulté, comme la première question politique. Il existe en effet un lien étroit entre les logiques de captation – captation de richesses, de pouvoir et de sens – et les logiques de mal être. L’alternative consiste à lutter contre les différentes formes de démesure et de mal être, en assurant une justice sociale pour combattre les inégalités, en régulant la vie financière, pour mettre fin à la folie de l’économie spéculative et à sortir de la logique de l’hyper-productivisme. Il s’agit de s’attaquer à la racine de la démesure qui réside dans le mal-être, la maltraitance et le mal vivre. C’est ici que le « buen vivir » devient un enjeu politique.

Le maire, premier flic de France !

cette_ultra_droite_qui_dechire_la_salvetat_midi_libre_23_sept_2016

Cliquez sur l’image pour un accès direct à l’intégralité de l’article de Midi Libre.

La police fut municipale avant d’être nationale. C’est le gouvernement de Vichy qui, , l’étatisa en 1941.
« le premier flic de France », est bien le maire. Doté de la qualité d’officier de police judiciaire par le Code d’instruction criminelle, le maire a conservé cette attribution .
Pourvu des pouvoirs de police administrative dans les domaines de la sécurité, de la tranquillité et de la sécurité publique, le premier magistrat de nos villes et de nos villages se pose en arbitre naturel des politiques de sécurité.

« Errare Humanum Est, Perseverare Diabolicum !

Oui l’erreur est humaine, et je me suis trompé mais je ne persévérerai pas dans l’erreur.
L’erreur  de s’asseoir à la table  avec  le diable afin de manger avec la même petite cuillère fut-elle plus ou moins longue, la Madeleine/Mairie Salvetoise car,  comme les feuilles mortes se ramassent toujours à la pelle, qu’il est loin le temps où je pouvais lire dans le  Salvetois N° 1 de juillet 2008 intitulé  :

 » à l’ombre de Marianne » petite chronique de quelques semaines à la mairie :
[NDLR : cet extrait du Salvetois n°1 de juillet 2008 et intitulé  » A l’ombre de Marianne, petite chronique de quelques semaine à la Mairie ». Ce texte qui s’inscrit dans une rubrique intitulée « Libres propos », rubrique justement prévue pour être libre dans son esprit et dans sa teneur, et qui inaugurait une volonté marquée de la libre expression, un des moteurs de notre démocratie locale, a été rédigé par Monsieur Brunet Michel, premier adjoint de 2008 à 2014 du Maire.

Extraits /
Même Marianne s’est posé la question, la statue emblématique de notre République, postée dans la salle des mariages et des réunions du conseil municipal. A y regarder de plus près, elle a le regard triste, tourné vers le sol, détournant le regard. J’aurais aimé une Marianne qui me regarde droit dans les yeux et me dise :

«Qu’avez-vous fait de mon village ?
Et maintenant, vous qui avez pris le pouvoir, qu’allez vous en faire ?».
Mais non, tristesse vous dis-je, notre Marianne ne m’a rien dit, gênée sans doute, par tant de choses vues et entendues, les grandes douleurs sont muettes, les pudeurs de la République…

Mamans Ultra brigandes chantant avec de droles d'instruments de musique : la kalachnikov

Mamans Ultra brigandes chantant avec de drôles d’instruments de musique : la kalachnikov.

Oui Monsieur le Maire, 8 ans après, qu’avez vous fait de notre village ?
Vous  avez pris le pouvoir et qu’ avez vous fait ?

A l’ombre de Marianne vous êtes toujours,  mais pas la Marianne de la République, vous avez opté pour marianne, l’égérie des Brigandes…

Dénonciation , délation et rumeurs calomnieuses !

Ma douleur ne sera pas muette , bien au contraire et je n’aurai aucune pudeur républicaine  pour dénoncer ce climat de haine et de délation qui sévissent à la Salvetat sur Brigandes parce que j’ai été :
« Signalé comme individu potentiellement à risques susceptible de perturber la rentrée scolaire à la Salvetat sur Agout »

Individu potentiellement à risque

Individu potentiellement à risque

J’ai été « invité » à m’expliquer à la gendarmerie d’Olargues car, selon le commandant de la gendarmerie , dans le cadre de l’État d’Urgence, tout individu « signalé » même sur la foi de  rumeurs calomnieuses doit faire l’objet d’une enquête.
En entrant dans le bureau  du sous-officier de gendarmerie, l’écran de l’ordinateur affichait la page d’accueil de ma lettre panache-salvetois.fr .  Accueil plutôt froid  du militaire pensant avoir affaire à un « dangereux perturbateur » puisque la « rumeur salvetoise » m’avait ainsi signalé.
Discussion un brin  tendue donc à son début car il ne fallait pas confondre intégrisme sectaire et radicalité politique. Mon engagement pour une Alternative Sociale et Écologique  en vu des prochaines échéances électorales de 2017 en faveur de la France Insoumise – le peuple souverain de Jean-Luc Mélenchon . Il n’avait donc jamais été question de perturber la rentrée scolaire à la Salvetat sur Agout parce que l’école n’est pas un terrain de jeu politique et plutôt  que de s’occuper de ma petite personne au travers de rumeurs insensées de délateurs zélés, parfumés sûrement à l’eau de vichy  sortie  d’un vieux coffre millésimé 1940, il ferait mieux de s’occuper  des intégristes sectaires  que sont les ultra brigandes et leur « actions » de phagocytage de toute la société salvetoise et notamment l’école que ce soit au travers l’association des parents d’élèves qui donneront lieu à des élections ou aux activités périscolaires qui dépendent de la mini-municipalité.
[Quitte  à faire dans l’excessif, pourquoi ne pas envisager dès lors des sorties ornithologiques extra scolaire  à la base de survie alternative du Gazel  pour tous les petits salvetois  où on leur apprendrait la différence entre un monde magnifique et un monde maléfique ?] Le sous-officier en état d’urgence me confirma indirectement que cette communauté était l’objet de toute leur attention mais que j’étais excessif…

  1.  Sur 16 nouvelles inscriptions à l’école primaire, 13 enfants seraient issus de la secte.
    La force publique a recensé 5 enfants, j’étais donc dans l’exagération me dit le militaire.
  2. La communauté compterait actuellement 40 à 60 membres.
    Faux, me rétorqua-le sous officier,  à peine une dizaine! (?),
    j’étais encore dans l’exagération mais je lui répondais que selon sa disponibilité je lui ferai faire le tour des popotes  que les membres louent à la Salvetat sur Agout, ses écarts et ses environs pour se retrouver à la base de survie alternative du Gazel.
  3. la communauté, d’ici 3 ans, a un potentiel de 200 à 250 membres vu ses ramifications européennes en Espagne, Italie, Suisse, Allemagne. Les membres s’inscrivent sur les listes électorales (j’ai vérifié en mairie) et en 2020, des élections municipales sont prévues.
    La communauté sectaire aurait déménagé une dizaine de fois en 10 ans, mais c’est la première fois que le greffon risque de prendre justement parce que la Salvetat est la première des municipalités à les considérer comme des « artistes locaux de qualité » . A ce rythme,  nous n’écouterons plus radio Peinard la Salvetat car vous  entendrez radio Brigandes la Salvetat !
    Vous êtes toujours excessif Monsieur, et nous verrons bien en 2020 me dit le fonctionnaire des forces de sécurité. Justement NON, je préférerai ne pas voir…

Au fil de la discussion, la tension était retombée surtout lorsqu’il fût question de  laïcité., de guerre et de religion… Enfin, je l’ai interprété ainsi car le gendarme m’apparut déstabilisé à la suite d’un exemple concret de manipulations que j’avais vécu en Europe centrale durant l’année 1993 et que, pour des raisons d’État d’urgence et d’islamophobie ambiante, je tairai publiquement.

Être ou ne pas être ……. EXCESSIF ?

Il y a bien longtemps que je ne me pose plus cette question.
L’excès en République  est un bonheur quotidien, un élixir de jouvence démocratique que je goutte  à forte dose  quotidiennement, ou encore, une encre indélébile que j’utilise pour la rédaction de mes billets.

Soyons Excessif  (ne pas confondre avec l’exagération),  à mon tour !
La lettre panache-salvetois
« Signale la municipalité salvetoise comme mairie potentiellement à risques, susceptible de perturber la cohésion sociale et le bien vivre ensemble à la Salvetat sur Agout ».

Signalement effectué auprès  :

  • Du Sous Préfet de  Béziers, Christian Pouget qui a fait aussi tout récemment sa rentrée.
  • Du député de  la circonscription et Président du Conseil Départemental de l’ Hérault, Kléber Mesquida, élu  du canton de Saint-Pons de Thomières, ainsi qu’aux 52 maires qui ont appelé à voter aux départementales  2015 pour celui qui est devenu le Président du département afin qu’ils soient  toujours dans l’action  de leur déclaration passée : faire barrage au front national.
  • Des conseillers régionaux de la Nouvelle Occitanie et notamment les élus  de  » Nouveau monde en commun » : RÉSISTONS !
  • De  tous les élus communautaires de la CCMHL, la communauté des communes de la Montagne du Haut Languedoc.
  • De tous les conseillers municipaux de la Salvetat sur Agout.
  • De toutes les citoyennes et citoyens salvetois
  • Auprès de  tous les humains et insoumis

L’attractivité  de la Salvetat, son économie, son développement risquent  fortement d’être impacté négativement et pour longtemps par cette sombre histoire d’une secte d’ultra brigandes et de galopante hystérie islamophobe qui  va avec ces ultras  sous la bienveillante attitude d’une municipalité dont certains conseillers  ont dû faire, à n’en pas douter, un stage de survie alternative  au Gazel !

Afin de :

  1. ne plus  ignorer,
  2. ne plus feindre d’ignorer,
  3. ne plus vouloir ignorer,
    ce qui se passe à la Salvetat  est dangereux, la plus grande rediffusion de ce billet, telle une ordonnance non médicale,  est fortement recommandée pour un traitement républicain d’une commune en  état létal  sous la direction  d’un maire – médecin « Facebooké »

Quelles solutions  ?

jeu-de-motsOn peut toujours envisager de pétitionner, de manifester afin d’alerter et d’informer la population, mais cela suffira-t-il ? Jeu de mots, terribles jeux de mots  des uns et des autres !
Le problème quoiqu’on en pense est politique et c’est donc aux élus locaux de prendre leurs responsabilités.

En tant que citoyen perturbateur et insoumis, je sais pertinemment  que Monsieur Francis Cros, conseiller municipal d’opposition et président de la CCMHL nous a menti durant un quart de siècle.

Thibault Estadieu, a fait pire en moins d’une décennie, il nous a trahi ! La démocratie salvetoise est loin d’être apaisée.

Continuité d’un mandat ?

6 (six)  démissions  de conseillers municipaux entraîneraient des élections municipales anticipées à la Salvetat sur Agout  fin 2016 ou dans le courant du premier trimestre 2017, le quorum pour tenir un conseil municipal n’étant plus atteint.
Reste-t-il assez d’entregent et de courage politique à Monsieur Francis Cros pour entraîner  à la démission 3 conseillers de la majorité d’ Estadieu pour avec les 3 de l’opposition qu’ils sont, provoquer le clash salvateur pour  la commune   et permettre aux Salvetoises et Salvetois d’exprimer leur sensibilité ?

Le clivage est tellement profond même chez les partisans et les amis proches de Francis Cros, entre les pro et les anti Brigandes, coincé dans un  clientélisme malsain depuis tant d’années, il préfère se murer dans un silence assourdissant.
Laissera-t-il pourrir la situation jusqu’en 2020 en ne permettant pas qu’une certaine recomposition se fasse avec le risque  que cette recomposition ne lui soit pas favorable électoralement et nuise à la poursuite de sa carrière politique ? Pari risqué !

Foutu billet ,  la rédaction la plus pénible qui m’ait été  donné d’écrire.
Foutu billet qu’il me tarde  pourtant de publier.
Foutu billet qui ne pouvait que se terminer malgré tout que sur une note d’espérance, d’une Dame, pour qui la poésie et la culture sont aussi un chemin de vie à la Salvetat sur Agout.
Laissons à Madame Gisèle Escande, le mot de la fin :

L’ AMITIÉ

Elle est un doux zéphyr qui nous caresse l’âme,
Est un friselis du printemps redonné,
Elle est du point du jour la délicate flamme,
Elle est l’ultime espoir de l’Homme abandonné.

Elle est une dentelle aux pétales de roses,
Elle est un gazouillis dans l’ombre des forêts,
Elle est aussi la Paix qui teint les lauriers roses,
Elle est le chant du vent le soir sur les guérets.

Elle est un doux regard sans aucun subterfuge,
Elle est de plus un bras qui sait nous soutenir,
Elle est de nos chagrins le plus secret refuge,
Elle est un feu d’amour qu’il faut entretenir.

L’amitié
C’est ce trou dans le coeur lorsqu’un ami s’en va…

Mains ouverte pour Changer le Monde

Changer le Monde

Changer le Monde.

Partage

6 commentaires

  1. Sénher,

    Votre polémique a piqué ma curiosité et j’ai regardé les vidéos des Brigandes.
    Eh ben, je trouve leurs mélodies agréables et leurs rythmes plutôt sympas. Alors les paroles, je le reconnais, sont très différentes de ce que l’on entend d’habitude à la radio ou à la télévision. Et c’est vrai que les gens qui ne pensent pas comme nous, ça nous dérange beaucoup. Mais c’est aussi une chance et la preuve que la démocratie est vivante. Comment s’appelle un monde où chacun n’a le droit que de penser ce que pense tout le monde ? Ouvrez au contraire vos bras à ceux qui pensent différemment, aux hérétiques, on apprend beaucoup et notamment à rechercher les argumentaires les plus judicieux plutôt que de manier des anathèmes définitifs et exclusifs.
    Et, par piété, ne faites pas revivre l’Inquisition dans notre pauvre Occitanie ! L’Inquisition a vaincu, il faut hélas le reconnaître, et a totalement éradiqué la pensée dissidente. Mais avouons que ce n’est pas bien glorieux pour l’Eglise.
    Je terminerai par Brassens qui m’est revenu en tête quand j’ai lu les articles de la médiasphère que vous reproduisez avec bonheur : « Non, les brav’s gens n’aiment pas que l’on suive une autre route qu’eux. Tout le monde médit [d’elles], sauf les muets, ça va de soi ! »

    Libertat e desempusadge !

    Pèire-Felip

    • Pèire-Felip

      ce que vous dénommez « Ma polémique » est déjà erronée en soi, en effet, j’ai simplement relater une situation bien réelle à la Salvetat sur Agout. C’est l’objet premier de la lettre « panache-salvetois » : l’information !
      Que d’autres médias (presse écrite, radios et télévisions) se soient emparés du sujet prouve bien que cette « situation anormale » méritait d’être diffusée à un plus large public puisque cette « exceptionnelle situation » dépassait largement les limites territoriales de notre commune. Je revendique cette médiatisation mais aucunement être le germe de cette monstrueuse ambiguïté salvetoise pour celles et ceux qui croient encore qu’une telle posture de connivence avec cette communauté est tenable.
      Extraordinaire posture que vous adoptez là (identique à celle de Monsieur le Maire qui les qualifie d’artistes locaux de qualités) puisque vous affirmez avoir regardé les vidéos des brigandes :  » mélodies agréables, rythmes plutôt sympas et paroles très différentes de ce que l’on entend d’habitude à la radio ou à la télévision » mais enfin assumez alors jusqu’au bout et dites que vous appréciez le salut nazi, les armes de guerre remplaçant les guitares (vidéo : « état de droit »), l’apologie du terrorisme (vidéo : « unabomber »), la mise en scène d’enfants (vidéo : foutez les dehors) et autres monstruosités comme l’homophobie, l’antisémitisme, l’anti-républicanisme l’antiparlementarisme et bien sur la « joyeuseté » à la mode et tous les amalgames qui vont avec : l’islamophobie.
      Ce que vous qualifiez de « pensée dissidente » n’est en fait que de l’incitation à la haine. Vous me demandez par pitié de ne pas faire revivre l’inquisition et de ne plus manier des anathèmes définitifs et exclusifs envers justement ceux qui utilisent de tels anathèmes faisant revivre les heures les plus sombres de notre histoire contemporaine que fut le fascisme, tolérants envers des « illuminatis » du grand remplacement qui ont décidé en effet d’exposer en public les traces de vomi des porteurs de peste brune qui se croient tout permis et agissent par conséquent en ce moment avec tant d’impunité.
      Comment pouvez-vous demander d’être tolérants envers ce qui se fait de plus intolérant, envers une secte que , faut-il encore le rappeler, la DCRI, la direction centrale du renseignement intérieur, catalogue ainsi et que leur gourou a eu entre autres des affinités avec le temple solaire, la scientologie et autres mouvements dissidents de par le monde et dont les valeurs démocratiques ne sont pas les vertus premières. Puissiez vous en convenir !
       » Jusqu’à quel point tiendrait, devant l’abus, une tolérance faite, en partie, d’inertie et d’ habitude prise ? » (Georges Courteline, un auteur peu suspect d’ ultra gauchisme ), car monsieur le maire , comme vous, cher Pèire, c’est bien un seuil de tolérance au delà duquel un phénomène devient intolérable qui est franchi par un phénomène  » Brigandes  » qui se développe à La Salvetat depuis plus d’un an.
      A mon sens votre analyse relève du tolérantisme, c’est à dire d’une attitude qui consiste à pousser trop loin la tolérance.
      Ainsi, comme vous je terminerai avec Georges Brassens, dont figurez-vous j’ai partagé les mêmes bancs d’école mais bien sûr pas à la même époque : l’école privée de la Trinité à Béziers. Je ne pense pas que le grand « Georges » désignait les mêmes personnes que vous semblez apprécier, lorsqu’il chantait « Non, les brav’s gens n’aiment pas que l’on suive une autre route qu’eux. Tout le monde médit [d’elles], sauf les muets, ça va de soi ! », je pense plutôt qu’à la place du gorille, il aurait pu chanter « Gare au gourou » !

      Défendez l’Occitan, défendez l’Occitanie mais de grâce n’inversez pas les valeurs et sachez rester digne de ce qu’est notre Histoire
      Liberté et désenfumage certes mais avec Humanité !

    • Cher Monsieur,

      J’admire l’habileté rhétorique de votre discours qui consiste à renverser les positions et à faire passer pour victimes de l’intolérance générale les auteurs de discours violents, racistes, antisémites, islamophobes et j’en passe (la liste est loin d’être exhaustive…).
      En revanche, votre ignorance me laisse songeuse… « Les braves gens » de la chanson de Brassens se sont ceux qui, aujourd’hui comme hier, ne s’insurgent pas quand ils sont face au fascisme ordinaire…La « route » dominante aujourd’hui (il suffit d’ouvrir le moindre journal), c’est celle sur laquelle il fait bon de confondre islam et intégrisme, intégrisme et terrorisme… C’est celle qui considère qu’il était doux, le temps des colonies, qu’il y en a assez de la « repentance », et qu’après tout notre bonne vieille France a beaucoup fait pour ces peuples barbares… La route, c’est aussi celle dans laquelle s’engouffrent ceux qui pensent que ces syriens ou ces afghans feraient mieux de rester chez eux, et qu’il ne saurait être question de leur ouvrir notre porte. Ou encore ceux qui n’ont plus honte d’affirmer que les étrangers nous prennent notre travail, qu’ils sont arriérés et inassimilables…
      Les Brigandes sont dans l’air du temps… et vous aussi semble-t-il, brave homme.
      Cordialement,
      Mélanie.

  2. Votre « foutu billet », cher Thierry, mérite une toute petite mise au point en ce qui concerne l’utilisation d’un extrait du Salvetois n°1 de juillet 2008 et intitulé  » A l’ombre de Marianne, petite chronique de quelques semaine à la Mairie ». Ce texte que vous semblez attribuer au Maire, s’inscrit dans une rubrique intitulée « Libres propos », rubrique justement prévue pour être libre dans son esprit et dans sa teneur, et qui inaugurait une volonté marquée de la libre expression, un des moteurs de notre démocratie locale. Sorti de son contexte, cet extrait n’a plus tout son sens, tant s’en faut et son utilisation dans votre billet frise la manipulation, dont nous sommes, vous et moi, c’est bien connu, de farouches opposants. Rendez-donc à Estadieu ce qui appartient à Estadieu et à à Brunet ce qui lui revient … Très cordialement

    • Michel,
      c’est parce que je n’ai pas voulu vous impliquer nommément dans ce billet que je ne vous ai pas cité car je sais que vous n’aimez guère vous mettre en avant. C’est donc par respect du choix que vous avez fait de rester en retrait depuis les dernières municipales que j’ai cité le Salvetois, l’organe de la municipalité.
      Croyez bien que je sais que ces « Libres propos » ont été écrits par vous, Monsieur Brunet, alors 1 er adjoint. C’est donc avec plaisir que je ferai le rectificatif sur le billet, car, comme je vous l’ai déjà dit, votre implication dans la vie locale a été une bonne chose, j’apprécierai votre retour sur la scène politique…
      Bien amicalement.

Laisser un commentaire,

%d blogueurs aiment cette page :
Lire les articles précédents :
Prises de BEC (Bousquet_Estadieu_Cros) en Hautes Terres d'Occitanie
Prises de BEC en Hautes Terres d’Occitanie !

Mon retour sur les ondes de Radio-Peinard la Salvetat (102.5) fin mai 2016 fut un...

Fermer