Captage d’eau ferrugineuse et d’héritage à la Salvetat sur Agout !

0

 Francis Cros déclare en 1992 :
La source de Rieumajou un véritable  trésor pour  la Salvetat sur Agout.

Que signifie :
« Naître (politiquement) avec une cuillère en argent dans la bouche » ?
Le 8 mars 2011, j’écrivais un billet visant à rétablir la vérité quant à l’installation de BSN sur la commune de la Salvetat sur Agout pour exploiter l’eau ferrugineuse de la source de Rieumajou sur la rive du lac de la Raviège au coeur du Parc Naturel Régional du Haut-Languedoc.
Cette source, exploitée depuis  1848, (l’impératrice Eugénie, femme de Napoléon III avait contribué aux développements des thermes au XIX ème siècle),  et était tombée en désuétude au début du XX ème siècle.
Rieumajou,  propriété de Maurice de Crozals, maire et conseiller général du canton de 1946 à 1985, avait bénéficié du jugement expert de son propriétaire :  En véritable templier,  perpétuel gardien du trésor, « Papinou » avait régulièrement, d’année en année, fait reconduire l’agrément ministériel dont bénéficiait la source de Rieumajou et ainsi protégé ce filon souterrain du lac de la Raviège.
C’est dire, si les précurseurs  de BSN furent plus qu’enchantés de dénicher une source d’eau ferrugineuse prête à être exploitée car les agréments ministériels sont parfois très longs et difficiles à obtenir. La cuillère était vraiment en argent !
Ne peut-on simplement reconnaître que la Salvetat sur Agout a bénéficier de la juste vision de l’avenir, même posthume, de  De Crozals ? La confiance ne se décrète pas elle se mérite.
Le jeune Francis Cros est né politiquement avec cette cuillère en argent dans la bouche quand la commune de la Salvetat se dotât  en 1989 de ce  jeune maire par défaut suite à l’incompatibilité de celui qui était prévu comme premier magistrat!
Qui aurait pu imaginer et croire que plus de vingt ans après ressortirait le N° 1 daté du 1er décembre 1992 du « Magazine – La lettre financière de l’agence de Presse économique du Languedoc Roussillon », aujourd’hui rebaptisé  « l’accent du SUD »,  qui contient la première longue interview du jeune maire de l’époque qui raconte alors un peu naïvement la genèse de l’arrivée d’ Evian sur sa commune ?

Extraits choisis  de l’interview de Francis Cros :

Le Magazine – Comment avez-vous débuté dans la politique ?
Francis Cros –…J’acceptais de plus en plus mal les erreurs de l’ancien maire et j’avais envie de donner mon avis …. Maurice de Crozals a beaucoup fait pour la commune quand il était maire, c’est lui qui a créé la base touristique près du lac de la Raviège…. Que serions nous devenus sans cet aménagement ? C’est seulement lorsque j’ai souhaité devenir conseiller général que j’ai décidé de me démarquer en m’engageant au parti socialiste.
(NDLR / la force de ses convictions : son engagement est uniquement dû à un désir de faire carrière)

Le Magazine – Le premier tournant de la vie économique de la commune coïncide donc avec les aménagements touristiques. Comment a-t-il été amorcé ?
Francis Cros – …..Il est certain que si nous avons aujourd’hui des commerçants, des artisans, une réelle activité économique, c’est bien grâce au tourisme. Il reste néanmoins quelques activités agricoles….. Nous œuvrons dans le sens d’un label de qualité.
Le Magazine – Comment êtes-vous passé du tourisme à l’eau de source ?
 Francis cros, conseiller général 1992Francis CrosIl y a des dates que l’on n’oublie jamais, le 20 juin 1990, j’étais dans mon bureau…. Quelqu’un entre et dit : je suis le directeur technique de la société des Eaux d’ Evian,… nous souhaitons acquérir la source de Rieumajou pour mettre en place une unité d’embouteillage d’eau gazeuse. Je prends ses coordonnées à moitié convaincu, à moitié par politesse. Mon scepticisme n’a pas échappé à mon interlocuteur qui me conseille d’aller à Saint-Galmier… et d’interroger un certain Beauchaton.
(NDLR / le jeune maire du 20 juin 1990 n’était pas encore Conseiller Général. Il ne le sera que deux ans plus tard en 1992 mais l’action du conseiller général de l’époque est totalement passée sous silence.)

Le Magazine – Cette entrevue insolite n’en était certainement pas moins confidentielle ?
Francis Cros – … Quand vous êtes maire d’une commune depuis le 30 janvier et le 20 juin un gars vous donne clé en mains un projet qui va bouleverser le pays et qu’il ne faut pas le dire….
(NDLR/ n’est-ce pas là, enfin reconnaître et avouer qu’il n’est pas l’acteur clé de l’installation de BSN sur notre commune mais simplement que le hasard a fait qu’il s’est retrouvé en première ligne pour gérer les conséquences de cette installation?)

Le Magazine – avez-vous suivi les conseils de votre mystérieux interlocuteur ?
Francis CrosOui, durant les vacances de l’été 1990, avec ma femme et mes enfants, j’ai visité Saint-Galmier avec Beauchaton.
(NDLR / Une chose pareille, ça ne s’invente pas !)

Le Magazine – A qui appartenait la source ?
Francis Crosà Madame de Crozals, …. Je ne me suis pas mêlé des négociations. Un arrêté ministériel de 1848 autorise la commercialisation de l’eau et Mme de Crozals savait, par son mari, l’importance de la source sur un plan économique…. Je crois savoir que l’opération s’est faite dans de bonnes conditions pour tous.
(NDLR / là aussi, rôle mineur de ce jeune maire qu’on tient dans l’ignorance et non de l’acteur/leader qu’il prétend être!)

Le Magazine – que s’est-il passé ensuite ?
Francis CrosAprès étude du dossier par le syndicat mixte de Saint-Pons, puis par la direction de l’aménagement du territoire du Conseil Général, le département a acheté le terrain, pour le revendre à Evian, via une SICOMI.
(NDLR /Le rôle du département n’est pas nié et est bien réel, mais encore une fois, le conseiller général n’était pas Francis Cros. Pourquoi taire toujours son nom ?)

Le Magazine – Evian, c’est un peu l’arrivée du Père Noël. Allez-vous partager vos jouets ?
Francis Cros – …. Nous allons donc partager nos jouets, mais avec les proches seulement.
(NDLR / c’est surement là sa conception des valeurs socialistes qui transpire lorsqu’on lui parle de « Partage » !

Le Magazine – Avez-vous une idée de la grosseur du gâteau ?
Francis Cros – …. Nous avons répondu favorablement aux sollicitations d’ Evian, tout en attirant d’autres établissements.
(NDLR / quels autres établissements ?)

Le Magazine – il n’y a donc plus rien à faire à la Salvetat ?
Francis CrosOn doit d’abord pouvoir accueillir tout le personnel de l’usine, donc faire du locatif à l’année. Nous avons un projet de lotissement sur 1.5 hectare. Il est important, surtout l’hiver, avec les intempéries, que les salariés puissent demeurer sur place. Et puis, surtout, nous avons besoin de prendre du recul, et de réfléchir.

A la Salvetat sur Agout, 20 ans de réflexion !
Pour donner quoi  ?

Pour s’approprier indûment  les lauriers d’une belle réussite économique dont il voudrait faire croire qu’il en est le principal instigateur !
Pourquoi dés lors n’a-t-il pas aussi poursuivi le projet d’aménagement de la base des Bouldouïres et de la base nautique du lac de la Raviège qu’il a trouvé, en prenant les rênes de la mairie de la Salvetat sur Agout en 1989,  dans les archives municipales ?

 

 

Partage

Laisser un commentaire,

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :
Lire les articles précédents :
Le président du CG34, andré Vézinet est en campagne pour soutenir francis Cros conseiller général du canton de la salvetat sur agout
Trait d’union et point sur les i

« L’homme efficace au service de la défense des populations des Hauts Cantons et de...

Fermer