Énergie renouvelable : filière bois à la Salvetat sur Agout

0

A la Salvetat sur Agout,  le nouveau Contrat d’objectif 2012-2016 présenté par Hervé Gaymard  en octobre 2010 serait-il encore d’actualité ?

« EXTRAITS » :

La France exporte la matière première – les grumes, arbres abattus, simplement ébranchés et laissés avec leurs écorces – et importe les produits finis, principalement des meubles, perdant au passage la valeur ajoutée.

Alors que les exportations de grumes permettent un excédent commercial, les produits finis de l’industrie du bois et des pâtes et papiers génèrent un déficit . La France fait peu pour favoriser son industrie de transformation du bois et a laissé faire le marché. Les usines françaises n’ont pas été assez performantes face à la concurrence internationale, notamment de la Chine. Les prix des grumes ont augmenté de 15 à 20%, dopés par l’arrivée de la Chine dans ce secteur.

exportation-chineDepuis 2007, les importations chinoises de grumes ont été multipliées par quatre. Cette hausse a mis en difficulté les scieries françaises et par effet domino, tout le reste de l’industrie de la filière-bois car les grumes exportées sont ensuite réimportées sous forme de meubles, de charpentes ou de papiers.

Il n’existe pas de réelle politique pour la filière-bois en France, ce qui entraîne une sous-exploitation des forêts et une mauvaise analyse du marché du bois. La dernière « réforme » de la filière-bois en France remonte au rapport « le nouveau contrat d’objectif 2012-2016 » présenté par Hervé Gaymard  et se focalise sur le renforcement du rôle de l’ONF. (Voir  site onf.fr/méditerranée)

De l’Espagne à l’Italie, de la mer aux sommets des hautes montagnes, l’ONF Méditerranée intervient sur les 11 départements des régions Languedoc-Roussillon et Provence-Alpes-Côte d’Azur.

L’ ONF gère plus d’un million d’hectares de ces espaces naturels et forestiers, soit près de 25% du patrimoine naturel et forestier des deux régions avec quatre grandes missions :

  • Valoriser le bois : un atout économique pour le développement des territoires !
  • Protéger les espaces naturels par une gestion forestière respectueuse des équilibres écologiques et par des actions spécifiques en faveur de la biodiversité
  • Prévenir les risques : …….
  • Accueillir le public : sentiers de randonnée, circuits guidés,  sont proposés par l’ONF en Méditerranée pour faire découvrir la forêt, accueillir, accompagner, éduquer.

Constat d’échec là aussi quant à la protection des espaces naturels  face au danger que représente le traitement phytosanitaire sur site de chargement, en pleine nature , alors que l’ONF possède aussi des agents assermentés!

remise du rapport Jean-Yves Cauller au ministre Le Foll.

remise du rapport Jean-Yves Cauller au ministre Le Foll.

Le rapport  du nouveau président de l’ONF Jean-Yves CAULLET , Député de l’Yonne, Maire d’Avalon au Premier Ministre, Monsieur Jean-Marc Ayrault aborde aussi la sous-exploitation des forêts et les questions environnementales et climatiques.
L’ éternel paradoxe français , cher à Pascal Jacob, est dénoncé : l’exportation de grumes et l’importation de bois scié mettent  toujours à mal le déficit de notre balance commerciale.
Constat d’échec encore du  » contrat d’objectif 2012-2016  » présenté par Hervé Gaymard , contrat pourtant essentiel   pour notre économie, pour réduire notre déficit commercial.

Ces deux rapports font exactement  les mêmes constations quelles que soient les orientations politiques de leurs auteurs : trop d’exportation de bois brut –  trop d’importation de produit fini = déficit de la balance commerciale et perte de la valeur ajoutée.

lettre ouverte sous-préfet

lettre ouverte sous-préfet

Peut-on aussi  se poser les questions de savoir :

  • Toutes ces exportations de grumes vers le marché chinois, en pleine explosion depuis 2007, sont-elles également traitées à la cyperméthrine de la même manière qu’elles le sont sur le territoire de la communauté des Communes du Haut Languedoc au coeur du Parc naturel Régional ?
  • Combien  de communes forestières sont touchés ?
  • De quelle année les premiers traitements datent-ils ? 2006,  2007 ….?
  • L’ ARS procède-t-elle dans ses analyses  de l’eau que nous consommons ,à la recherche de molécules de produits phytosanitaires comme la cyperméthrine ? Non! parce que non prévu par  le protocole ? car dans une analyse de sang , ce n’est pas la même chose de rechercher si vous avez du cholestérol ou le  sida !  Il en va de même pour l’analyse de l’eau : vous ne trouverez pas trace d’une molécule que vous ne recherchez pas ! Une évidence  bien sûr!
  •  ?   ?   ?   (posez vos propres questions – NDLR)

La plate-forme bois du Camp Del Tour à la Salvetat sur Agout.

Cette plate forme, ayant reçu le label « P.E.R. » Plan d’Excellence Rurale en 2006  , son action de valorisation du bois était vantée par l’ancien président de la Communauté des Communes et actuel conseiller général du canton qui se félicitait prématurément de « ne plus voir de camions de bois brut ne faire que passer. » à la Salvetat sur Agout.
Échec, lorsqu’on constate le ballet incessant de containers chargés de grumes traitées en partance,via les ports méditerranéens, pour la Chine!
Voici, ci dessous quelques extraits du « Le Salvetois » Nr 1 de juin 2008 :

Cette plate-forme se situe stratégiquement à proximité de 4 départements (Aude, Hérault, Tarn et Aveyron) au centre d’une zone boisée du sud du Massif central, région  favorable d’un point de vue climatique et géo-morphologique au développement de la sylviculture.
Le site d’implantation est situé sur les monts du Somail, et en lisière de la forêt domaniale.
Précisons qu’il s’agira d’une exploitation rationnelle du bois, c’est-à-dire des coupes raisonnées d’arbres mâtures, d’éclaircissements favorisant la pousse des jeunes arbres et également la replantation d’essences intéressantes.
Ces bois seront répartis en trois catégories, bois d’œuvre, d’industrie et bois d’énergie.
Ce projet  ambitieux  s’inscrit dans celui plus global du «Pôle d’excellence rural Forest» élaboré par la Communauté de Communes et reconnu par l’ État en juin 2006.
Cette plate forme doit accueillir

  • une aire de stockage de billes de bois brut de différentes essences,
  • une unité de fabrication de plaquettes pour les chaudières bois (d’abord industrielles mais aussi pour les particuliers) avec hangars,
  • une zone d’activité économique liée à la transformation et à la valorisation du bois, sur une surface globale de 17 hectares.

Le bois stocké sera arrosé afin d’être conservé. Un dispositif d’aspersion en circuit fermé sera mis en œuvre, à partir d’un plan d’eau d’environ 29.000 m 3 , alimenté par le ruisseau des Planquettes.

Le projet de cette plate forme est associé avec, le développement en parallèle d’une zone à vocation économique, située à proximité immédiate de la plate forme, permettant ainsi à des sociétés de s’installer et de créer des activités ou fabriquer des produits dans le cadre de la filière bois (scierie, charpente, meubles, piquets de clôtures, etc…)
La Communauté de Communes réalise la totalité de l’investissement à la Salvetat sur Agout
La gestion de la plate-forme et la commercialisation des bois d’œuvre seront confiées à la coopérative FORESTARN  au travers d’une convention signée avec la Communauté de Communes.
Des conventions ont également été passées avec l’association départementale des communes forestières et la direction nationale de l’ONF, afin de garantir à long terme l’approvisionnement de la structure.
Francis CROS  et le Conseil Général soutiennent  la Communauté de Communes sur ce projet porteur d’avenir en termes de développement économique pour la région et d’offres d’emploi pour nos communes alentours.
La poursuite de sa mise en place doit se faire dans la transparence et la légalité.
Le problème est l’eau potable pour alimenter le site et les partenaires qui viendront s’y installer. Des forages tests  effectués en amont du site  se situe sur le domaine de l’ONF et donc hors du site initialement prévu.
Nouvelle enquête publique exigée par ces services , convention avec l’ONF pour ce forage, et puis également une convention entre la commune et la communauté.
En effet seule la commune a vocation à distribuer l’eau potable sur son territoire.

Là aussi la DDASS est vigilante, les responsabilités en matière d’eau potable doivent être établies aux plans techniques et juridiques. Peut-être a-t-on sous-estimé l’accord et l’aval de tous les acteurs incontournables pour un projet de cet ampleur : l’état, les ayant-droits, la prise en compte de l’application complexe des différentes législations : la charte du Parc Naturel Régional, la Loi sur l’eau, la Loi Montagne,…
Et bien sûr, les services techniques du Département et de la Région : le PLU, l’ONF, la DIREN, la DDE, la MISE, la DDAF, la DDASS, l’ A.D.V.A.H …).

Le challenge est fermement engagé dès 2008 avec la nouvelle équipe de l’hydre Communautaire. Une période « collaboration-cohabitation » politico-économique  pour son aboutissement et sa réussite démarre…..
Il apparaît très vite que certains avaient « oublié » certaines règles pendant que d’autres les découvraient.
Les règles internes, qui fondent la stratégie d’achats de la Communauté de Communes, reposent, dans le cadre fixé par la Loi, sur le souci de concilier la sécurité juridique et l’efficacité économique de la commande, en s’appuyant sur les principes de liberté d’accès aux marchés publics, d’égalité de traitement des candidats, et de contrôle de l’usage des deniers publics : publicité des offres, mise en concurrence des candidats, transparence des analyses et des choix, contrôles externes…

Un constat d’échecs pour notre territoire !

A la lecture de tout cela, que penser alors du fait que le forage en eau potable pour alimenter la plate-forme du Camp Del Tour, soit situé à l’endroit même où ont été découverts les premiers traitements à la cyperméthrine en août – septembre 2012 – déjà un an- , j’ai désigné le lieu-dit « le Cornut » sans que cela n’alerte, plus que ça, semble-t-il jusqu’à présent, les services techniques du Département et de la Région : le PLU, l’ONF, la DIREN, la DDE, la MISE, la DDAF, la DDASS, l’ A.D.V.A.H … auxquels il faudrait aussi rajouter l’ A.R.S. mais aussi tous ces élus qui minimisent ou taisent « la chose » obnubilés uniquement par les élections municipales de Mars 2014, harnachés de leurs   « œillères idéologiques »   et bâtés de leurs promesses électorales mensongères.
Tout comme pour les éoliennes, sont mis en avant dans des discours surréalistes « développement durable », « commerce équitable », « tourisme industriel », achats éco-responsables pour « vanter »  la solidarité « socialo-écolo-économique » de la plate-forme bois du Camp del Tour; l’évidence de ces discours ferait que  tous les électeurs se le rappelleraient, le moment du vote venu.
C’est du moins , l’espoir et la clameur du conseiller général socialiste du canton de la Salvetat sur Agout, candidat déjà déclaré aux municipales de 2014.  La langue de bois (non traité à la cyperméthrine) de cet encore alerte politique n’a pas varié depuis sa cuisante défaite de 2008. Le « Monsieur Plus » de Valorisation » local,  le conseiller général Cros (date limite utilisation – D.L.U mars 2015) faisant miroiter le développement durable, la création d’emploi et les énergies renouvelables dans son catalogue de promesses pour les élections municipales passées et à venir.
Échec !
La création de la plate-forme bois du Camp del Tour par la communauté des communes à la Salvetat sur Agout avait donc pour objectif de pallier à ce constat du rapport Gaymard : Moins de grumes exportées et  Plus de valorisation.
Force est de constater:

l’ ÉCHEC de la plate-forme bois perdure comme le démontre le nouveau rapport du nouveau président de l’ONF Jean-Yves CAULLET : peu ou pas de valorisation au camp del tour et explosion du marché des grumes à l’exportation

Échec  dramatique  !  les traitements non sécurisés du bois persistent sur notre territoire malgré les affirmations de la lettre  du président Vialelle affirmant que le traitement ne se ferait plus sur le territoire, mais « M Vialelle a- t ’il  eut un engagement écrit des forestiers à ces propos ?  Un élu, quel qu’il soit, ne devrait jamais prendre ses désirs pour une réalité, sans la certitude qu’ils seront bien  honorés. »
Échec  puisque des salopéjaïres agissent encore!
Vialelle, Cros et bien d’autres dans la nomenklatura du Parc Naturel Régional et du département ont, par  déshumanisation progressive des rapports sociaux, déstructuré notre société et ruiné la légitimité résiduelle de leurs projections de puissance dans « leurs zones » d’influence.
Entre technologisme béat et appauvrissement éthique, déconnexion et solitude,  opacité, intolérance et amoralisme vindicatif, ils ont atteint non pas seulement le cœur de leur électorat mais également l’âme de ce territoire. Ces politiques, puni de leur naïveté, surnagent pathétiquement et tentent de faire diversion.

Vialelle à échoué, Cros a échoué, la Communauté des communes a échoué !
Où La Salvetat sur Agout va–t-elle échouer ?

Tous ceux-là ont échoués dans leurs promesses des bienfaits du  Plan Excellence Rurale.
La propagande  manipule l’information et la censure la supprime.  Cette manipulation créée une dépendance . De ce fait,  le système clientéliste  accompagné par le mensonge comblera le vide en y instaurant un aspect idéologique visant à renforcer un sentiment déjà acquis par la population. Elle sert aussi à faire passer une idée unique en excluant toutes les autres.
C’est à la démonstration de la réalité de ce scandale des traitements non sécurisés que s’attache le présent billet en demandant des axes stratégiques clairs.
L’action pour être efficace réclame une gestion collective, dynamique et transparente et exige une incarnation administrative et politique forte.
Conjuguer et concilier les objectifs économiques, sociaux et environnementaux, c’est l’enjeu du développement durable,certes, mais  comment imaginer que la forêt, l’un des meilleurs exemples, puisse encore subir de telles outrances dans la souffrance et les dangers des traitements à la cyperméthrine…. la forêt, quel que soit son statut, fait partie de notre patrimoine commun,  il est primordial que les conditions de sa mise en valeur soient ouvertes au débat, comprises et partagées.

Après tant d’échecs, à quand le mat ?
Tout dépendra  du premier cavalier désarçonné dans la campagne  électorale et  de la diagonale du fou qui sera utilisée car pour roquer (mouvement croisé du roi et de la tour vers la droite ou vers la gauche !), c’est trop tard !
Peut-être le prochain billet , déjà en préparation,  fera-t-il sortir un  » enfant  du pays « ou un « jeune loup » de la forêt ?
à ce moment là, il faudra bien en parler  !

Partage

Laisser un commentaire,

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :
Lire les articles précédents :
La cyperméthrine , un produit mortel pour les abeilles ! Pas que...
 » Les Salopéjaïres  » des Hauts Cantons – Appel aux vigilants !

Les traitements à la cyperméthrine n’ont jamais cessé depuis un an maintenant malgré les affirmations...

Fermer