Dissolution : grand / vrai débat

0

La dissolution ! Le titre d’une chanson ? Que nenni !
Sur les ronds points occupés, dans les différentes manifestations des gilets jaunes, durant  les séquences du show présidentiel, largement télévisées, comme lors des échanges du grand débat  dans  moult  villes et villages, des mots comme « Macron Démission », « Macron Destitution »  s’entendent…  
La dissolution de l’assemblée nationale par le président de la République est prévue par les institutions de la Vème République. Différents monarques présidentiels (De Gaulle, Chirac) l’ont pratiqué (avec plus ou moins de bonheur pour leur majorité), durant leur mandature.
La dissolution pourrait être donc la solution pour sortir la France de la grave crise que nous connaissons si le monarque avait un tant soit peu de courage politique : soit les citoyens lui renouvellent leur confiance pour mener sa politique ultralibérale et austéritaire, soit une nouvelle majorité serait élue  pour un autre Avenir en Commun.

Comme me le soulignait un camarade :

« Il y a trop Longtemps, Compagnons, que nous chantons le chant des autres.
Il est grand temps de faire un chant qui soit le nôtre ! »

Dissolution …… des valeurs

Dans ce grand / vrai / faux débat, véritable one-man-show à l’américaine, où Macron prêt à tous les enfumages possibles et  inimaginables, prêt à enfiler un gilet jaune,  prêt à se coiffer d’une perruque jaune à la Donald Trump, prêt à déclarer  sans rougir qu’il est pour plus de justice sociale, plus de justice fiscale, plus de justice tout court pour en définitive en arriver à la dissolution de l’assemblée nationale …..
L’étiquette  de « président des ultras riches »  lui colle à la peau tel un patch qui lui délivrerait sa dose quotidienne d’ultralibéralisme pour traiter son addiction à sa maladive théorie du  ruissellement. (les origines économiques de l’autoritarisme d’Emmanuel Macron par Romaric Godin)
L’homme, en véritable marchand de biens, vend le patrimoine de la France au mondialisme : les autoroutes, les gares, les aérogares, les barrages hydroélectriques, les services publics, l’eau, l’électricité, les services à la personne, la santé, l’éducation, la culture, les stades, …. Et pourquoi pas demain la Tour Eiffel ou Versailles ?
Selon Aristote,  » La bonne colère, c’est le sentiment qui accompagne le désir de justice, sans cette colère juste, le désir de justice reste une velléité impuissante « 

Patrick Soulier, citoyen dans la cité et dans l’entreprise…  (Intégralité  de la contribution  ICI)
Macron est l’héritier de 35 ans de politique qui ont prétendu sauver le modèle social de la France en cherchant à améliorer la compétitivité des entreprises. Cette politique a produit:

  • une France tellement inégalitaire que les hauts et très hauts salaires confisquent une part tellement élevée des salaires que la moitié des Français ont un salaire inférieur à 1 800 €;
  • une France tellement soumise aux intérêts privés que la moitié des entreprises ne tirent qu’un quart de leur valeur ajoutée en profit alors qu’un quart d’entre elle en tirent les deux tiers;
  • une France consensuelle sur la valeur travail qui ne reconnaît pas la contribution du collectif de travail aux ressources de l’entreprise.

Dissolution …. De la colère !

« Je suis le fruit d’une forme de brutalité de l’Histoire. » déclarait Macron, le 13 février 2018, devant la presse présidentielle. Michel Onfray  décortique la brutalité de Macron  auparavant le satiriste avait adressé une lettre ouverte à Manu.

Alors que la précarité s’aggrave,  [lire la lettre ouverte au Président de la République – Réussir le Grand Débat National : pour un nouveau souffle démocratique (ICI) ]réduire le train de vie de l’État de l’ensemble des élus ainsi que des hauts fonctionnaires (à ne pas confondre avec leurs indemnités ou salaires), apparaît comme une nécessité pour calmer la colère sourde qui ébranle la République.

L’état ne peut demander des efforts s’il n’en fait pas lui-même. Même si ces économies sont marginales, elles permettent de montrer que l’on ait capable de s‘imposer à soi-même ce que l’on demande aux autres. D’autre part, il s’agit d’enclencher un cercle vertueux, qui par effet de « ruissellement » permettra à toutes les instances de la Fonction Publique ( État, Région, Métropole, Département, Communes, Ministère, Fonction Publique,…) de diminuer ses dépenses. L’objectif est donc bien de gagner au-delà de ce qui peut être comptabilisé facilement. Parmi ces économies un certain nombre d’entre elles pourraient être immédiates d’autres nécessitent plus de temps de réflexion et se recoupent avec d’autres questions sur l’organisation de l’état et des collectivités locales. Par contre, il doit s’agir de réelles économies par des gains de productivité et sans augmentation des dépenses unitaires par élu. (le vrai débat ICI)

Un calmant pour le peuple de France , à l’heure où l’antiparlementarisme n’a jamais atteint de tels sommets  sous la Vème République, serait la dissolution de l’assemblée nationale.

La brutalité de L’Histoire se renouvellerait-elle ?
[NDLR / vagabondages, errances et troubles historiques …]

premier ministre Edouard Philippe

Premier Ministre

  • De la 1ere guerre de Hollande (1672 à 1678) à la 2ème guerre de Hollande (2012 à 2017), rien ne s’invente…
  • Pendant les troubles de la Fronde, (1648-1653) période de révoltes marquant  une brutale réaction face à la montée de l’autoritarisme  monarchique en France commencée sous Nicolas Sarkozy, perpétué par François Hollande  et finalisé  par Macron (2007 à 2019 ?)….
  • En ce Riche Lieu, la reine mère  régente son dauphin  mais tel les bijoux de la reine, l’affaire de l’argenterie du palais fait grand bruit tout comme la piscine du fort de Brégançon…..
  • Les mousquetaires du roi ne s’appellent plus d’Artagnan, Portos ou Aramis mais  Benalla, Crase…..
    « UN pour tout – tout pour UN »

  • On n’embastille plus, on « encastanérise »….. et en place de Grève, on ne cloue plus au pilori, on « flashball »…..

  • Les lettres de cachet des procureurs du roi  tombent comme à Gravelotte et mettent  en examen pour port d’armes prohibées  le simple fait d’endosser un gilet jaune……
  • le premier ministre de l’époque, le cardinal Mazarin,  surnommé « le faquin écarlate » par Louis de Bourbon dit le Grand Condé  dont Gérard Darmanin semble être le pas malin descendant….
  • L’affaire des poisons, une série de scandales impliquant des empoisonnements survenus entre 1679 et 1682, sous le règne de Louis XIV comme le glyphosate nous empoisonne actuellement…..

    Le Marquis/marcheur

  • les marquis/marcheurs , princes du sang, montés  des différentes provinces de France criant « le roi est mort, vive le roi »
  • Des salons de thé de la « Pompadour » aux plateaux Télés de la « Schiappa », des bals costumés de la favorite Madame de « Maintenon » à Madame Bergé qui adore la valse aux étiquettes,  de la « Montespan » à la « Belloubet », de la  marquise des Anges à la marquise des démons…. 
  • les braises des guerres de religions entre huguenots et parpaillots  se rallument. Paris vaut bien toujours une messe ! L’antisémitisme, l’islamophobie  font rage. la caste régnante n’a pu su protéger la Laïcité, un des fondamentaux de notre République.

« Le gouvernement n’a pas abandonné son projet de modification. Pour une raison simple : c’est Macron qui décide ; et ce dernier n’a pas abandonné ses objectifs, ayant même livré la question de la laïcité au grand débat, couplé à la question de l’immigration, pour mieux sous entendre qu’il y avait un lien (comprendre : les immigrés menacent la laïcité, et pas l’Église catholique bien de chez qui détourne 12 milliards d’euros via la loi Debré chaque année). »
Fédération libre pensée HéraultLaïcité en danger Loi 1905 la fédération de la Libre Pensée de l'HéraultLa dissolution  pour faire fondre les marcheurs : une solution à l’effervescence absolue !

L’Histoire, un éternel recommencement ?

De fil en aiguille, des sans-culottes mirent à bas la monarchie française. Le roi perdit sa tête !
Aujourd’hui, 2  représentantes de l’assemblée nationale, Mesdames Clémentine Autain et Elsa Faucillon tissent avec leurs aiguilles le  FIL (clic) . Ensemble, elles prennent une initiative politique.

Clémentine Autain – Elsa Faucillon

« L’époque nous y oblige pour bâtir une issue émancipatrice aux crises contemporaines.
Nous voulons participer activement au travail de refondation des idées, stratégies et formes politiques à même d’agréger et de gagner dans notre pays.
Nous voulons avec LE FIL :
*contribuer à cet effort de mise à jour, d’invention.
*créer la cohérence des combats contre les oppressions, dominations, aliénations.
* Jouer un rôle de passerelle.
*Être un  lieu de confrontation des expériences et des idées »

Une issue émancipatrice ? La dissolution !

L’ère du peuple

L’autoritarisme est avéré, le totalitarisme pointe 

« Au total, quand agissent de façon convergente, contre les oppositions démocratiques, le pouvoir politique, les médias, la police et la justice, le régime change de nature. L’autoritarisme est avéré, le totalitarisme pointe. Le fait que cette situation se soit imposée progressivement et peut être même sans plan délibéré n’atténue pas la gravité de la situation. La logique qui pousse chaque composante du système à agir comme elle le fait en ce moment ne semble pas réversible. Le régime est en train de déraper. »

 

 

 

Partage

Laisser un commentaire,

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :
Lire les articles précédents :
Chéres Françaises, chers Français, chers compatriotes , ouvrons le Grand débat
Être ou ne pas être… au Grand Débat ?

Dans le cadre du Grand Débat National, et à la suite d’une demande locale des...

Fermer