Fraïsse sur Agout / col de Fontfroide tempête sur les éoliennes.

0

Le 17 mai 2013, à l’inauguration des éoliennes du col de Fontfroide entre Olargues et Fraïsse sur Agout, les anti-éoliens gâchent la fête du conseiller général Cros.
S’il avait été un brillant causeur à l’esprit vif et à l’ironie scintillante, cet imparfait démocrate, non pétillant d’intelligence mais ne renonçant pas aux bras de fer ni aux rapports de force, ou aux intimidations que lui confère sa fonction, se montrât de plein-pied sur son estrade, entouré d’une escouade de gendarmerie, mais sans grand représentant de l’état, ni du département, ni de la région et encore moins du parc naturel régional du haut Languedoc. Il fait assez frais au col de Fontfroide !
Se montrât, mais ne s’avançât pas pour amorcer un semblant de dialogue à l’instar des très rares élus communautaires présents et du directeur d’ E.D.F.-E.N. qui osèrent.

Non attentionné envers la population de son canton et rétif à tout dialogue, ce démagogue  aux abus de pouvoir et aux accents autoritaires, ce conseiller général souffre cependant d’incomplétude :

  • Il manque un allant et une profondeur,
  • il manque une vision, une aspiration et un dessein,
  • il manque des certitudes et une méthode,
  • Il manque une direction,  comme l’hydre  communautaire dont la majorité des maires n’a pas participé, comme si lutter pour ses convictions engendrait la guerre civile.
  • Il manque, malgré la difficulté des tâches et la lenteur des accomplissements, un grand acte de confiance et un grand acte d’audace.

 

Mont Cassin - bataille du 17 mai 1944

Mont Cassin – bataille du 17 mai 1944

 

« Le 17 mai 1944, à la bataille du Mont Cassin, entre Naples et Rome, les Marocains du général Juin brisent la résistance des armées allemandes et permettent aux Alliés de poursuivre leur progression en Italie.

C’est le principal fait de gloire de la France Libre pendant la Seconde Guerre mondiale. »

 

 

Le 17 mai 2013, à l’inauguration des éoliennes du col de Fontfroide entre Olargues et Fraïsse sur Agout, les anti-éoliens brisent la fête du conseiller général Cros afin d’empêcher la progression des machines sur Cambon et la Salvetat sur agout.
C’est un des principaux faits de gloire de citoyens Libres pendant ces 18 années de guerre.
Telle est en tout cas, la piteuse impression que Francis Cros laissât, un 17 mai, 69 ans exactement après la bataille du Mont Cassin en 1944, car il manquât d’une certaine idée jauréssienne, du courage.

col de Fontfroide : imposture éolienne 17 mai 2013 Fraïsse sur agout

Manifestation au col de Fontfroide

imposture éolienne
17 mai 2013 Fraïsse sur agout

CCMHL : un territoire en souffrance au col de Fontfroide !
Comment ? Pourquoi ?

La présidente de la communauté des communes de la montagne du haut Languedoc maire de Fraïsse sur Agout, mais aussi et surtout le conseiller général du canton, nous ont maintes fois vanté les richesses de ce territoire aux coeur du Parc Naturel Régional du Haut Languedoc, si cher à VERDI et à  son RIGOLETTO.
Quelles sont donc  ces richesses naturelles, dont nul ne songe à contester la réalité ?  = E.V.F.

  1. L’ Eau ( E )
  2. Le Vent (V )
  3. La FORÊT ( F )

La guerre E.D.F / E.V.F aurait-t-elle lieu ?
Pourquoi  donc ce territoire aussi bien doté  en richesses E.V.F. naturelles, à l’attractivité réelle et reconnue souffre-t-il ?
Il souffre de par la politique de la majorité  socialiste menée par des élus locaux, siégeant depuis  tellement longtemps sous l’étiquette auto proclamée « enfants du pays » !
Cette auto-proclamation,  gage de leur amour du pays, suffirait à elle seule !
Leur engagement serait donc si naturel et si  irréprochable qu’aucune critique ne serait recevable ?

Trois (3) exemples concrets , un sur l’eau, un sur le vent, un sur la forêt vont démontrer la souffrance de notre territoire, souffrance qui impacte négativement notre  attractivité touristique et mettant à mal notre économie  dans nombre de secteurs en plus du tourisme, les finances de certaines collectivités locales sont en réel danger.

Ainsi, en écoutant les interviews , les élus  vous reparlent constamment du développement durable de ce territoire qui, à travers l’exploitation de ses richesses naturelles apporterait  le « bonheur » dans des milliers de foyers. et sauverait les villages,  par l’apport des ressources nouvelles qu’enregistreraient les finances communales et communautaires; la fameuse carotte  financière que l’on agite aux nez de bien des élus, carotte garantie BIO, sous label D.D. (développement durable)  et ultime coquetterie cocardière d’un certain langage politique : »nous participons par le partage de nos richesses en énergies renouvelables à préserver l’indépendance énergétique de la France. Le grand mensonge de l’éolien dont la production ne permettra jamais la fermeture d’une seule centrale nucléaire; ce que nos chers et onéreux élus roses pales et vert décolorés manient parfaitement : le bla-bla-bla de la langue de bois traitée à la cyperméthrine du politiquement correct est totale.
Ne nous égarons pas dans un autre débat (produire / consommer ? – autrement !) et revenons  au sujet :  E.V.F

  1. L’ Eau ( E ) s’infiltrera et s’écoulera du Barrage de l’Ayrette à Mons la Trivalle.
  2. Le Vent (V )  sifflera sur le parc éolien de Fraïsse sur Agout au col de Fontfroide
  3. La FORÊT ( F )  subira un traitement particulier de sa filière  sur la plateforme du camp del tour à la Salvetat sur Agout.

Les grands groupes industriels qui désirent s’approprier la gestion de l’eau, du vent, et de la forêt n’ont que faire de notre patrimoine humain, culturel et environnemental de notre territoire.
Nous n’avons pas à gober les mensonges éhontés  de nombreux élus locaux pour qui la sauvegarde des intérêts communaux passe par l’industrialisation des territoires ruraux.
le prochain billet développera et dénoncera certains  états de faits antinomiques.

les 2 faces de la médaille de Saint Benoit

les 2 faces de la médaille de Saint Benoît

En guise de conclusion, je retourne en Italie, où, comble de chance et d’opportunité, le premier monastère fut établi au Mont Cassin vers 529 par Benoît de Nursie. Ils se répandirent bientôt dans toute l’Europe et donnèrent naissance à plusieurs congrégations devenues célèbres. les bénédictins, pour désigner les moines qui n’appartenaient à aucun Ordre centralisé, et  par opposition les  Cisterciens, qui suivent également la Règle de saint Benoît, mais dont l’Ordre est assez fortement centralisé. parfois, l’on peut se tromper, tant la distanciation est  invisible et donc difficile  entre moine blanc et moine noir. Parfois comme l’habit, la parole ne fait pas le moine !
« Errare humanum est – Perseverare diabolicum  »

L’avenir le confirmera !

Partage

Laisser un commentaire,

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :
Lire les articles précédents :
Fraïsse-sur-agout village fleuri : même ses éoliennes .
Fraïsse-sur-Agoût : Inauguration du parc éolien au col de Fontfroide.

Oyez , Oyez braves gens et autres manants de la communauté des communes des Montagnes...

Fermer