Haut Languedoc : Développement durable marché chinois.

0

Dans le parc naturel de la Grèce antique, Platon confessait à Socrate :
« La plupart des hommes au pouvoir deviennent des méchants.»
Reconnaître que dans notre parc naturel régional du Haut Languedoc nos contemporains politiques Vialelle et Cros ont une curieuse philosophie qui corrobore  la pensée de Platon sur les hommes et le pouvoir tant la maltraitance  du parc naturel régional est une évidence qui me permet de conseiller à ces deux penseurs socialistes territoriaux de revoir la  « théorie du triangle de la rhétorique » dont l’image ci-jointe donne un bref aperçu.
Ainsi, peut-être, approcheront-ils par la « connaissance aux idées de la vertu. »
Tant au travers de la filière industrielle du bois, qu’au travers l’implantation d’éoliennes de plus en plus géantes et gênantes, notre territoire souffre :  un air de méchanceté souffle !

Lors du dernier comité de pilotage de la charte forestière du territoire du parc naturel Régional du Haut Languedoc qui a eu lieu sur « l’aéro-plateforme » bois du Camp del Tour de contrôle, l’équipage socialiste par la voix de son commandant de bord Francis Cros avait mandé l’intervention d’un spécialiste en déminage sur l’usage et l’utilisation des produits dangereux pour rassurer :

  1. les autochtones chagrinés par la maltraitance que subissait le territoire du Parc Naturel Régional.
  2. les industriels de la filière bois, en réaffirmant  que le fret en partance pour l’Asie continuerait et que, pour honorer les contrats avec les chinois, le bois se devait d’être traité.

Au pays de Candide, tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil ! » En Haut Languedoc aussi ?

lettres-philosophiques de VoltaireVoltaire avec talent et par goût de la polémique eût une influence exceptionnelle sur ses contemporains avec ses contes philosophiques
Je ne sais pas si les autochtones ont été rassurés par l’appel à la vigilance, lancé par Monsieur Pueyo pour un produit dont il ne prononçât jamais le nom (Cyperméthrine), préférant parler avec des mots/médicaments génériques  comme « traitements phytopharmaceutiques » ou « pesticides » histoire  de transformer le moindre petit jardinier utilisant un désherbant ou le moindre bricoleur du dimanche traitant les planches de son poulailler en complice / coupable de la pollution en le plaçant au même niveau que l’industriel  dans ce scandale environnemental avéré.

Scandale en Haut Languedoc ?
Appliquer le « principe d’Archimède » modifié 2012 dans la Charte

(tout corps plongé dans l’eau subit une poussée ….)

Archimède au bain pour tester son principe.

Archimède au bain par principe.

« Tout bois partant en containers vers un port de la méditerranée pour le marché chinois est du bois traité.
le corps électoral subit une poussé  d’adrénaline ,de haut en bas, proportionnelle à la communication qu’il reçoit multipliée par le degré de naïveté de l’électeur »

Ainsi, comme disait le Grand Georges Guingouin: « c’est le temps des habiles et la revanche de ceux qui manquèrent de courage. Le temps de la décadence morale succède au temps où l’homme s’élève face à l’événement. »

Mais apparemment les salvetoises et les salvetois ont le sentiment que notre légitime  élus  socialiste du conseil général est, sur le territoire cantonal, bien incapable  à résoudre ce problème comme l’a reconnu Monsieur Cros lors de l’inauguration de la maison de retraite le mardi 26 mars 2013.
Les électeurs de la communauté des communes du haut Languedoc comprennent bien que la stratégie  de communication du conseiller général socialiste est purement  électoraliste. manipulation et transgression de la vérité auprès des populations pour obtenir une majorité lors des municipales de 2014 dont il s’est déjà porté candidat.

ARTICLE ML - l'opposant du parc naturel

Insecticide et parc naturel régional Haut Languedoc Occitanie

Celles et ceux qu’il veut endormir par une information bienveillante et frileuse dans la dénonciation de ce scandale du traitement du bois au sein du parc naturel régional du Haut Languedoc,
Scandale  ô combien gênant dans sa reconquête de la mairie en 2014.
Celles et ceux auxquels, lorsque  porteur du projet du pôle d’excellence rurale qu’avait obtenu la plate-forme bois du Camp del Tour, il annonçait fièrement :

  • la valorisation  de la filière bois véritable richesse du territoire avec des camions qui ne feraient plus que passer et des entreprises qui s’installeraient.
  • un gisement pour les énergies renouvelables, parfaitement en adéquation avec le développement durable, dans le respect de l’environnement et du patrimoine.
  • Une chance pour la Communauté des Communes de la Montagne du Haut Languedoc porteuse d’un projet qui apportera essor économique, création d’emploi et commerce de proximité.
  • une attractivité nouvelle : le tourisme industriel (sic) engendré par le Camp del Tour et les éoliennes aux travers de l’exploitation des richesses naturelles du plateau des lacs : « l’eau, le vent et la forêt »

Dans ce tableau idyllique, il y a toujours un « mais ». Le marché asiatique à fait son apparition. Un marché énorme certes mais avec  une clause essentielle : pour ne pas contaminer le sol chinois, les grumes embarquées pour l’exportation doivent être traitées. Tant pis  alors pour la maltraitance qu’allait subir notre territoire, nos philosophes actuels, socialistes locaux ne sont plus à quelques reniements et mensonges près!
Ainsi, mercredi 11 mai 2013, entre la plateforme bois et Combres, on ne roulait que sur une seule voie sur la départementale reliant La Salvetat sur Agout à Saint-Pons de Thomières parce que plus d’une dizaine de camions containers attendaient leur tour pour charger leur véhicule sur « le Cornut » ou s’affairait une dizaine de personnes et divers engins. Pas de signalétique routière particulière pour avertir les automobilistes. du danger potentiel de cette gène à la circulation. J’informais téléphoniquement la police rurale de la Salvetat et je m’arrêtais à la gendarmerie de Saint-Pons. Malgré les appels à la vigilance, lancés par le représentant de la préfecture, le gendarme me répondit :

  1. Qu’il n’était pas interdit de charger du bois.
  2. Que s’il y avait traitement, le produit était autorisé et le personnel qualifié.
  3. Qu’il n’y avait pas infraction donc pas matière qui justifiait une vérification.

Quelque peu contrarié de cette réponse, qui sous entendait que je devais me mêler de ce qui me regarde, je déclinais mon identité car alors que je n’avais pas affirmé  qu’ils traitaient mais simplement que c’était dans des containers que le bois était chargé, que le principe d’Archimède s’appliquant il serait bon par principe de précautions d’aller vérifier, mais aussi qu’une départementale n’étant pas une aire de stationnement, il y avait une réelle entrave à la circulation. Fallait-il dès lors attendre  un accident pour effectuer un tel déplacement d’une  quinzaine de kilomètres ?
Je sais, qu’autant la municipalité de la Salvetat par l’intermédiaire  de la police rurale, que la gendarmerie, se sont rendues sur le site.

L’affaire « Jérôme Cahuzac », que tout le monde connaît, a été un grand révélateur d’une certaine impudeur des valeurs de notre société.
Dans le sens où, si des faits sont répréhensibles, le mensonge n’est pas pénalement condamnable. Le moindre habile et légitime élu peut donc, pour se protéger et prospérer :

  • raconter des salades  assaisonnée  » bio  » pour rassurer un électorat de moins en moins naïf,
  • se taire sur des sujets graves pour rassurer, de sa compétence, une opinion déboussolée,
  • continuer à siéger dans une assemblée (fût-elle départementale) où ses actes ne sont pas en conformité avec ses paroles,

alors oui, les valeurs  républicaines guidant notre démocratie  sont bafouées.

Ces valeurs sont les mêmes pour un ministre de la république que pour un conseiller général d’un canton appelé à disparaître en 2015. Pourquoi le conseiller général socialiste, si prompt par le passé à se mettre en avant pour la défense des services public : la perception, la poste, la gendarmerie, l’école et toujours désireux d’apparaître comme l’unique sauveur , pourquoi ce conseiller général déjà en campagne électorale pour les prochaines municipales, est-il donc tant en retrait sur ce scandale environnemental qui affecte particulièrement son canton?
Au point d’avouer son impuissance et son incompétence :

  • à agir, lui qui se félicitait publiquement ,il y a peu, de ses liens d’amitié avec l’industriel  et de la bonne odeur de cacahuètes qui régnait entre-eux.
  • à agir pour que cesse cette façon de procéder qui maltraite tant le canton qu’il gère depuis 1992.

Quitte à ne pas pouvoir et à faire si peu juste pour ne pas froisser sa clientèle électorale et lui faire partager son simple désir d’un retour aux affaires municipales en 2014, je conseillerai à Monsieur le conseiller général socialiste de démissionner de son mandat puisque l’assemblé départementale dont il est membre ne semble pas connaître la réalité de la situation puisque, le président Vézinet, en visite sur la commune de la Salvetat sur Agout, n’en n’a pas pipé mot, mais il semblerait que les grands panneaux du conseil  général à l’entrée du Camp Del Tour  marquant la plateforme du sceau  » P.E.R.- fleuron départemental »,  aient disparu ?

Partage

Laisser un commentaire,

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :
Lire les articles précédents :
chalet aquarium bati pour exposer les différentes variétés de poissons capturés lors de la vidange du lac de la raviège en 2000. s
Lac de la Raviège à la Salvetat sur Agout : quels sont les ratés du passé ?

Pourquoi donc ce projet des années 80 n'a-t-il pas abouti, alors que les constations et...

Fermer