Hautes Terres d’ OC / les Sagnes de Saint-Agnan en Sidobre-Val d’Agout !

2

Les Hautes Terres d’ OC

Une nouvelle communauté des communes issue du saucissonnage de 4 intercommunalités au nom de la compétitivité et de la concurrence qu’impose la loi  » NOTRE  » (Nouvelle Organisation Territoriale de la République).
Les Hautes Terres d’ OC, 4 communautés de communes :

  • La Communauté des communes des Monts de Lacaune (président Robert Bousquet).
  • La Communauté des communes des Vals et plateaux des Monts de Lacaune (président Philippe Foliot, Député).
  • La Communauté des communes Sidobre – Val d’ Agout (président Jean-Marie Fabre, fin de mandat de conseiller général du Tarn en mars 2015)
  • La Communauté des communes de la Montagne du Haut Languedoc (président Francis Cros en fin de mandat de conseiller général de l’Hérault en mars 2015).

Les Hautes Terres d’ OC, c’est aussi un bureau avec son président et ses vice-présidents où se retrouvent des futurs ex – conseillers généraux en mal de territoire car, victimes de la réforme territoriale, leur canton disparaît de la carte électorale :
Bureau des recasés en Hautes Terres d’ OC : (sous vos applaudissements clap, clap, clap, clap…)

    1.  Portrait de Jean Marie Fabre Président : Monsieur Jean-Marie Fabre. (ancien maire de Burlats et, en mars prochain, ancien conseiller général).

    1. CrosWebPremier vice-président : Monsieur Francis Cros (ancien maire de la Salvetat sur Agout et en mars prochain, ancien conseiller général).

  1. Portrait André CabrolDeuxième vice-président : Monsieur Robert Bousquet.
    (Maire de Lacaune et Président des Monts de Lacaune depuis mars 2014).
  2. Troisième vice-président : Claude Culie (maire de Vabre).
  3. François Bono (Maire de Lacrouzette).
  4. André Bacou (maire de Fraïsse sur Agout).
  5. Alain Grand (maire de Ferrière).
  6. André Cabrol (ancien maire de Lacaune et futur ex-conseiller général).

 

Le clientélisme est à la peine dans ce climat d’austérité. 8 bons vieux élus (à une exception près) de cette 5ème république agonisante, de vieux « tétaïres républicains» tous masculins qui ont oublié la parité dans le fonctionnement peu démocratique des Hautes Terres d’ OC. Et pourtant, c’est une femme qui déclara lors du dernier conseil communautaire de la CCMHL, sûrement dans un dernier soubresaut de lucidité :

« 2015-2020, une mandature pour gérer la misère et répartir la pénurie !»

En entendant cette phrase qui eut l’air de particulièrement crisper le précurseur de la réforme Hollande en Hautes Terres d’ OC, le président Francis Cros se raidit, baissât la tête piteusement et murmura un «prendre le manteau et attendre que ça passe !»
Face à ce nouveau lieu d’un entre-soi cruel et vaniteux, face à ce discours officiel de phrases toutes faites :

  • pour un projet de territoire où « le couple commune/communauté des communes se doit d’être des plus harmonieux car primordial . »
  • Pour la mutualisation (matériel, personnel et achats) .
    « une volonté de travailler ensemble pour relever de nouveaux défis »
  • Pour la solidarité financière et fiscale (services et compétences)
    1.500.000 euros (un million cinq cent miles euros) sur 5 ans (2015 – 2020) soit 300.000 euros par an rien que pour la CCMHL sont d’ores et déjà prévus. La CCMHL étant la plus petite des 4 communautés  des Hautes Terres d’Oc, c’est donc un minimum de 6 millions d’euros prévus pour  les 5 ans à venir. Peut-être que les indemnités des élus, membres de ce nouveau syndicat, ont-elles déjà été  incluses dans ce budget ? La question mérite d’être posée !

Permettez-moi de douter de ce nouvel espace territorial, car, pour croire en ce message

« de politique de solidarité, permettant de nouvelles initiatives en faveur des populations de ce monde rural dans un environnement à préserver avec une volonté du couple communes/communauté des communes de travailler ensemble pour relever de nouveau défis».

Résonance d’une interprétation « Coluchienne » de Dalida chantant « Paroles, Paroles » entendue en conseil communautaire de la CCMHL du 16 décembre 2014!
Rien n’étant définitif dans cette réforme territoriale, les élus communautaires votent souvent  sans bien connaître les tenants et les aboutissants de la changeante réforme territoriale. Ainsi,  la dernière rumeur en vogue voudrait que le seuil  des nouvelles communautés de communes soit abaissé de 20.000 habitants à 5000 habitants !
Mais encore faudrait-il que dans cette parodie de démocratie, il n’existe aucune « faille » en Hautes Terres d’ OC !

La faille !
La zone artisanale de Saint-Agnan en Sidobre Val d’ Agout
Les Sagnes :
une zone à défendre (ZAD) Le Bez en Hautes Terres d’ OC.

Monsieur Jean-Marie Fabre, le président des Hautes Terres d’ OC, déjà bien connu pour être un fervent partisan du développement de l’éolien industriel au sein du Parc Naturel Régional du Haut Languedoc PNRHL), mérite plus encore d’être reconnu comme le principal porteur du projet d’extension de la zone artisanale de Saint-Agnan sur la commune  Le Bez en Sidobre – Val d’ Agout.
La zone artisanale, n’est en apparence qu’un problème local mineur. L’entêtement de la communauté des communes Sidobre Val d’ Agout à vouloir l’imposer sans tenir compte d’aucune réserve et critique, ni de la modeste opiniâtreté de ses opposants, est révélateur de l’essoufflement démocratique de nombreux élus locaux dont la longévité des mandats a sclérosé leur capacité humaine à servir (et non asservir) leurs concitoyens.
vite la VI RépubliqueDans le Tarn, la bien-pensance, propre a ce milieu rural, contribue à la désertification humaine et biologique. On est accablé devant l’absence totale de sentiment des services de l’État comme des élus dits de « proximité » face à la juste rébellion citoyenne et des bonnes volontés issues de la société civile. C’est avec une vraie prise de conscience, capable de lier ensemble toutes les alternatives au productivisme aveugle, que peut être rendu un véritable service à la démocratie.
C’est aussi à cela que s’attache le Mouvement pour la VI ème République !

La disparition de la «PLAINE DES SAGNES» :
Saccage définitif du site de SAINT-AGNAN !

  • 1990: création de la zone artisanale de Saint Agnan, commune de BRASSAC,. en bordure de l’Agout et non loin d’habitations déjà existantes;
  • 1997: première installation, au lieudit «Plaine des Sagnes», sur la commune Le BEZ;
  • 2004: approbation de la nouvelle carte communale commune du BEZ;
    le_bez_villageconstat : des terrains précédemment constructibles notamment sur les hameaux de Saint-Agnan et Amiguet ne le sont plus et la note de présentation ne tient pas compte des lieux habités et du voisinage.
  • 2006: La Communauté des communes Sidobre Val d’ Agout acquiert :
    A/ Le numéro 1386 (au cadastre ex n° 1259).
    Ce terrain sert actuellement de plate forme de stockage de bois
    B/ Le numéro 1385 (au cadastre ex n°1275).
    Terrain sur lequel une retenue collinaire non sécurisée a été créée au dessus d’un ruisseau alimentant la pisciculture de la fédération de pêche du Tarn.
    Information qui a retenu toute l’attention du président de la fédération Monsieur Stéphane Cabane confirmé par courriel du 13 nov. 2014.
  • 2008: 6 juin – inauguration du parc à bois du Sidobre sur une plate forme, propriété de la communauté de communes, attenante à la scierie et permettant de stocker le bois en attendant sa transformation. L’utilité de ce parc à bois n’est pas contestée pour l’approvisionnement de la scierie;
    par contre tout le bois qui ne fait que transiter, (négoce) et repart ensuite pour des destinations lointaines, déposé tant dans le parc à bois, qu’en dehors, génère des flux de camions très importants que l’on pourrait, semble-t-il, facilement éviter ce qui aurait pour effet de réduire les nuisances et la gêne occasionnées à la population locale.
  • 2013 – novembre : un tunnel destiné au séchage de plaquettes de bois est construit par BRASSAC INDUSTRIE en zone rouge du PPRI, sur la zone artisanale de Saint Agnan, commune de Brassac sans permis de construire; celui-ci ayant été refusé le 13 février 2014.ZA Saint-Agnan _ le Bezle tunnel interdit est toujours là malgré un signalement aux autorités préfectorales;
    Sur le terrain attenant à ce tunnel, en bordure de la rivière «Agout», des grumes de bois sont entreposées en zone rouge du PPRI et l’entreprise BRASSAC INDUSTRIES est invitée pourtant à ne plus y déposer du bois.
  • 2014: 3 juin: Monsieur le Maire du BEZ signe un bail avec «Alliance Forêts Bois» pour stocker les grumes de bois sur la zone artisanale de Saint-Agnan, à proximité d’un parking, d’une salle communale, d’une école, sans aucune sécurité ni protection.
    Inquiétés par ce stockage volumineux de bois, et à leur demande, les riverains de Saint Agnan ont été reçus à la mairie du BEZ pour connaître les projets et dénoncer les nuisances; devant leur légitime inquiétude, Monsieur le Maire se veut rassurant en leur disant «de toute façon ça se fera»
    Monsieur le Maire promet toutefois une réunion publique qui se déroule le 2 Septembre alors que la communauté de communes a déjà signé l’acte d’achat à MM Malhié et pris toutes les délibérations pour réaliser l’extension de la zone artisanale.
    Force est de constater que l’information et la communication ne sont pas les points forts de ces élus. Mais pourquoi tant de précipitation ?
  • Le 6 Aout: compromis de vente signé par MM Malhié et la communauté des communes du terrain agricole situé Plaine des Sagnes (n° 1471, 1473) surface 6 ha 04 a 69 ca au prix de: CENT UN MILLE CINQ CENT QUATRE VINGT SEPT EUROS. Soit 4 fois l’estimation du service des domaines.
    NDLR/ le compromis de vente a été signé alors que le service des domaines n’avait pas encore donné son avis obligatoire sur la valeur ; avis qui doit toujours intervenir avant tout engagement pris par la collectivité, et ce dans un souci d’égalité des citoyens et la transparence des opérations immobilières. la délibération du conseil communautaire de la communauté de communes n’avait pas encore été prise.
  • Le 19 Aout: le service des domaines a établi la valeur vénale de ce terrain agricole à: VINGT TROIS MILLE CINQ CENT EUROS.
  • Le 19 Aout: la SAFER adresse au correspondant des structures une première lettre pour l’informer de la vente prévue afin que les agriculteurs puissent effectuer, si nécessaire, une demande d’intervention en préemption de la SAFER. Vu le montant que vouliez-vous que fassent les agriculteurs, sauf à entamer une procédure en révision du prix ?
  • Le 21 Aout autre lettre de la SAFER adressée au correspondant des structures, disant que les parties ont demandé une régularisation rapide de l’acte et mentionnant «à défaut de réponse d’ici le 27 Aout nous considérerons que cette vente ne pose pas de problème particulier».
  • Le 27 Août: la SAFER a, par courrier, déclaré que rien ne s’oppose à la régularisation de la vente.
  • Le 28 Aout : Conseil communautaire de la Communauté des Communes afin de délibérer sur les achats des trois parcelles agricoles;
    pour justifier le prix d’acquisition à MM Malhié quatre fois supérieur à l’avis du service des domaines, il est indiqué que ces terrains ont vocation à être rapidement constructibles.
    NDLR/ Ce qui revient à dire que cette acquisition a été soumise au vote des élus sur la base de données non acquises, soit l’absence de révision de la carte communale.
  • Le 28 Aout la délibération est déposée à la Sous-préfecture de Castres ;
    NDLR/ précision : tout contribuable dispose d’un délai de deux mois pour déposer un recours contre cette délibération.
  • Le 29 Aout (sans attendre le délai de deux mois après la délibération) l’acte d’achat à MM Malhié est signé avec une condition suspensive stipulant que «les présentes sont faites sous la condition suspensive que l’acquéreur (Com.Com.) s’engage à rendre constructible, dans le délai d’un an, une parcelle située à Saint-Agnan, appartenant au vendeur ………… et si l’acquéreur (Com.Com) ne satisfait pas à cette obligation, qui lui est faite, seul le vendeur pourra prononcer le non respect de cette condition et l’acte deviendra nul et non avenu ».
    Par dérogation Monsieur le Sous-préfet du département du Tarn a fait des remarques (à priori et non à posteriori comme il est d’usage) concernant la révision de la carte communale……….
    D’après l’acte d’achat, le prix semble avoir depuis été versé au vendeur alors que l’acquisition par la communauté de communes n’est pas certaine, car soumise à condition suspensive…….et ne se réalisera peut-être jamais.
    Précision complémentaire : la parcelle que la communauté de communes s’est engagée à rendre constructible n’est pas située dans le secteur concerné par l’extension de la zone artisanale, mais est attenante au hameau de Saint-Agnan……….
  • Le 31 Aout le correspondant structures rentre de congés, mais l’acte est signé.
    La copie de l’acte a été délivrée par le service de la publicité foncière à CASTRES au début du mois d’Octobre.
  • Le 2 septembre réunion publique avec les élus et l’entreprise, Me GUIRAUD (Maire de BRASSAC et Conseiller général) s’est contenté de dire que «l’opération était une opération blanche»
    NDLR / nous ajoutons aux frais du contribuable; le Maire a conseillé «d’isoler les maisons pour éviter les nuisances».
    affiche l'humain d'abord
    Le mépris et le cynisme envers la population locale et les agriculteurs sont bien au rendez-vous;
    même si le directeur de Brassac Industries a déclaré dans la presse vouloir que dorénavant tout se fasse en concertation avec les citoyens. Monsieur le Président de la communauté de communes d’ajouter que l’extension doit se faire le plus loin possible des habitations, alors que tout sera déplacé, pour être installé, aussi près des habitations, de l’école, de la salle communale. Les nuisances continueront, ce ne sera pas moins, mais ce sera de toute évidence plus, vu que le volume de bois traité sera supérieur comme l’a indiqué le Directeur de Brassac Industries.
  • Le 9 septembre réunion du conseil municipal du Bez.
    Objet : modification de la carte communale.
    Modification de la carte communale pour que des terrains agricoles soient portés en zone artisanale, que certains terrains passent en zone constructible, parmi lesquels les terrains notés sur l’acte notarié, et des terrains appartenant à la famille d’une adjointe au maire, et d’autres également. Lors de cette réunion Me le Maire a donné lecture d’un courrier de Monsieur le Sous Préfet du 17 juillet 2014 précisant les conditions de cette modification.association de défense de la plaine de saint agnanle BezUne pétition signée par plus de quarante personnes, contre l’extension de la zone artisanale, a été remise lors de cette réunion à Monsieur le Maire qui a indiqué vouloir la transmettre à Monsieur le Sous-préfet.
    Un recours a été déposé début octobre contre la délibération de la communauté des communes (achat Malhié) et contre la délibération de la commune du Bez.
  • Le 14 octobre: conseil municipal du Bez pour annuler la délibération du 9 Septembre et approuver la révision de la carte communale.
  •   Le 6 novembre: notifications de la SAFER au correspondant des structures pour :
    1/la parcelle située Plaine des Sagnes C-1253 (3ha 21a 74 ca).
    prix : CINQUANTE QUATRE MILLE CINQUANTE DEUX EUROS. Évaluation du service des domaines en date du 1er juillet 2013 : QUINZE MILLE EUROS ;
    cet avis d’évaluation mentionne notamment : l’évaluation contenue dans le présent avis correspond à la valeur actuelle. Une nouvelle consultation de France Domaine est nécessaire si l’opération n’était pas réalisée dans un délai d’un an ou si les règles d’urbanisme, notamment celles de constructibilité, ou les conditions du projet étaient appelées à changer.
    2/la parcelle située Plaine des Sagnes C-1255 (2ha 49 a 34 ca)
    prix : QUARANTE SIX MILLE EUROS. Évaluation des domaines en date du 1er juillet 2013: VINGT NEUF MILLE EUROS ; cet avis d’évaluation mentionne notamment : l’évaluation contenue dans le présent avis correspond à la valeur actuelle. Une nouvelle consultation de France Domaine est nécessaire si l’opération n’était pas réalisée dans un délai d’un an ou si les règles d’urbanisme, notamment celles de constructibilité, ou les conditions du projet étaient appelées à changer. L’information que cette parcelle est occupée par Me Jean-Michel Béziat, agriculteur, titulaire d’un bail depuis janvier 1998, ne figure pas :
    A/ dans l’avis d’évaluation des domaines qui mentionne que le terrain est libre, ce qui a eu pour conséquence d’indiquer une valeur manifestement supérieure à la réalité;
    B/ dans la délibération de la communauté de communes, ce qui laisse à penser que cette donnée a été occultée, volontairement ou non, et a eu pour conséquence de soumettre cette acquisition au vote des élus sur la base de données inexacte.
  • délibération du 16 décembre dernier par le conseil municipal de la commune du BEZ consacrant l’entêtement de Me GRAND, Maire, de vouloir à n’importe quel prix, procéder à la révision de la carte communale alors que la communauté de communes a voté l’élaboration du PLUI; aux termes de cette délibération une somme de plus de douze mille euros a été provisionnée, que la révision aboutisse ou non; mais à quoi bon se priver de gaspiller l’argent public……..

Indignation en Hautes terres d’ OC.

Voilà pourquoi, j’émettais, en début de lettre, des doutes sur ce nouvel espace territorial, car, comment croire en cette nouvelle « politique de solidarité, permettant de nouvelles initiatives en faveur des populations de ce monde rural dans un environnement à préserver » que professent les élus des Hautes Terres d’ OC !
Alors que :

  • Le chantage à l’emploi sous couvert des autorités publiques est patent, alors  que les rumeurs de difficultés de trésorerie  de Brassac industrie vont bon train, les  forestiers ayant de plus en plus  mal à se faire régler leurs livraisons de bois.
    Il semble bien que l’extension de la zone artisanale doive servir surtout à stocker des grumes de bois en vue de leur négoce. Il se trouve que Brassac Industrie et Forestarn, installée sur la plate-forme bois du Camp Del Tour à la Salvetat sur Agout, ont de forts liens puisque l’on voit apparaître dans l’organigramme dirigeant de ces 2 sociétés, le nom de Monsieur Jean Sionneau, bien connu en Montagne du Haut Languedoc depuis le scandale des bois traités à la cyperméthrine, produit phytosanitaire que ce nouveau Monsieur propre avait déclaré bon pour le service puisque pas plus dangereux que l’ajax ammoniaqué qu’utilise la ménagère dans sa cuisine.
    article Midi-Libre Sionneau et la cyperméthrineMonsieur Sionneau faisant en Sidobre Val d’ Agout, les mêmes réponses qu’il fît en Montagne du Haut Languedoc (produit phytosanitaire autorisé, personnel habilité, etc.)
    Les riverains, la faune et la flore ont du souci à se faire, surtout lorsque passent des camions containers, le principe d’Archimède doit s’appliquer (voir sur : http://www.panache-salvetois.fr/parc-naturel-regional-du-haut-languedoc-developpement-durable-du-marche-chinois/
    « Tout bois partant en containers vers un port de la méditerranée pour le marché chinois est du bois traité.
    Le corps électoral subit une poussée d’adrénaline, de haut en bas, proportionnelle à la communication qu’il reçoit multipliée par le degré de naïveté de l’électeur »
  • Le gaspillage de l’argent public car les parcelles acquises ou en cours d’acquisition ne sont pas constructibles à ce jour et sont hors zone artisanale.
    Pour mémoire, la plate forme bois du Camp del Tour, à la Salvetat sur Agout, dont la CCMHL est maître d’ouvrage, a reçu le label P.E.R. (plan d’excellence rurale) et a déjà englouti plus de Deux Millions d’euros. Forestarn, la seule entreprise installée, loue 8000 m² pour 800 euros et a créé 2 emplois…. depuis 2006 ! Les promesses en Hautes Terres d’ OC sont comme les feuilles mortes et continueront à se ramasser à la pelle.
  • Le mépris, pour ne pas dire le cynisme envers :
    A/ les riverains.
    Ce qui est désespérant, pour ne pas dire révoltant, dans cette situation c’est que tout est fait en catimini, sans concertation avec la population, volontairement exclue de toute discussion, soumise aux pressions et chantage de toute sorte, et cantonnée dans un rôle peu enviable de « toujours subir sans rien dire » et dont le peu de contestation qu’on lui accorde est très mal vu par les élus, dont leur légitimité n’est pas contestée, mais qui semblent parfois confondre cette légitimité avec infaillibilité et légalité ;
    drôle de conception de la concertation et du dialogue dans cette V ème République !
    B/ les contribuables.
    Que les nuisances de toute nature cessent, que le saccage du site de Saint Agnan s’arrête, que la sécurité des biens et des personnes soient assurés, que le monde rural soit effectivement protégé.
    Le 12 Aout une lettre signée du Président de la communauté de communes est adressée au fermier,Me Jean-Michel Béziat qui occupe depuis le 1er janvier 1998, des terrains en fermage :

    « la poursuite de l’activité agricole sera donc incompatible avec les aménagements prévus, aussi comme vous en avez déjà été informé, je vous invite dès à présent à le prendre en compte….. »

    Procédé très peu élégant teinté d’une sorte d’intimidation à l’égard de l’agriculteur que l’on invite à partir, bien que titulaire d’un bail. Après pas mal de tergiversations, son bail a été reconnu par la communauté de communes et cet agriculteur pourra donc continuer à exploiter le terrain;
    C/ les institutions de l’état (service des domaines, SAFER, préfecture ….)
    Sans revenir plus explicitement sur les estimations du service des domaines, et du devenir du monde agricole que nos édiles disent vouloir protéger, et même en laissant s’envoler la déclaration de Monsieur le Préfet du Tarn, parue dans la presse le mardi 25 Novembre 2014 :

    « Il y a un avant et un après Sivens……. il faudra désormais être attentifs à la façon d’appréhender les projets et tenir compte d’éventuelles oppositions, surtout si elles sont locales » !

    Comment peut-on ne pas s’indigner , alors que le tunnel de séchage existe, en lisant les considérations préfectorales qui ont entraîné le refus du permis de construire ?

refus permis construire  pour le tunel de séchage à saint aman page 1

 

refus permis construire

Hautes Terres D’ OC – Terres de Légende !

« Zone inondable, préserver la sécurité des biens et des personnes, atteinte à la salubrité ou à la sécurité publique, emprise, embâcle » voilà un vocabulaire bien connu….
Aurait-on déjà oublié que le ciel nous est déjà tombé sur la tête ?
Les dramatiques évènements survenus dernièrement à Lamalou, Bédarieux, comme la condamnation à de la prison ferme des élus locaux de La Faute sur Mer, comme l’enfer dans les vallées du Thoré et de l’ Arnette en 1999, sont-ils déjà oubliés ?
En suivant avec attention l’évolution des évènements dans l’Hérault, le Tarn et l’Aude, le même scénario peut-il se produire dans la vallée de l’ Agout : tout d’un coup, une énorme vague déboule, charriant tout sur son passage et causant, par sa soudaineté, des dégâts considérables provenant de la rupture d’embâcles formés autour des piles d’un pont, de chaussées successives voire d’un tunnel ?
L’ Agout, tel le Saint Laurent, serait-il alors capable de charrier jusqu’à Castre les grumes de Saint – Agnan ? Pas de panique, une délégation d’élus communautaires, dont le président Francis Cros, rentre  justement d’un voyage d’étude au Québec  portant sur la filière bois,, les essences des épicéas et de douglas et même  que certains nemrods de la délégation,  déjà adeptes de Tartarin de Tarascon le Haut,  se seraient bien laisser tenter par les subtilités de  la chasse au grizzli !
Faire prendre un arrêté d’utilité publique afin de démolir ce tunnel, en prévision de nouvelles crues similaires ne semble pas motiver les services préfectoraux…
Envers et contre tous, faut-il fermer les yeux, se taire et attendre une enquête qui déterminera les responsabilités de chacun, lors d’une prochaine inondation ?
Le Tarn, comme l’Aude et l’Hérault ont besoin d’une ALTERNATIVE ÉCOLOGIQUE et SOCIALE, représentant le peuple en mouvement, pour ne plus confier sa politique à des partis compromis dans la politique austéritaire et violemment anti-écologiste du gouvernement qu’ils soutiennent.

« Parce que la liberté commence là où l’ignorance finit ! »

proclamait Victor Hugo, élu à l’assemblée constituante en 1848, lorsqu’il prenait position contre la société de son époque : la peine de mort, la misère, l’ordre moral et religieux…

Préparons la future Constituante de la VI ème République en choisissant nos représentants cantonaux et régionaux parmi celles et ceux qui refusent les affres de cette politique austéritaire et écologiquement mortifère .

Participons aux Assemblées citoyennes qui porteront nos aspirations écologiques et sociales … Afin que les mots retrouvent leur sens.
En ce début de 2015, permettez-moi de vous offrir comme étrennes, ce poème de Georges Terrail pour magnifier son « SIDOBRE » en Hautes Terres d’ OC.

Poème de georges terrail sur le Sidobre

Partage

2 commentaires

  1. COMMUNIQUE / La bonne invitation…

     » Brasserie des idées  » « GRANDS PROJETS INUTILES ( GPI ). QUELLE VILLE VOULONS – NOUS ? »

    MERCREDI 21 JANVIER 2015 à 19h 14 rue du commerce à Montpellier

    19 h : Introduction par les intervenant-es invité-es :

    * Collectif anti Gare TGV Mogère,

    * Collectif Oxygène ( contre Oxylane/ Décathlon à ST clément)

    * Montpellier 4020

    20h00 à 21h30 : Débat avec la salle et problèmes abordés

    – Destruction des terres agricoles et des écosystèmes.

    – Alternatives : ceinture maraîchère, installation d’agriculteurs sur ces sites, circuits courts ,….

    – Marchandisation à outrance et « aspirateur » à voitures…

    – Le « miroir aux alouettes » des emplois créés……

    – Indécence des GPI au regard de tous les besoins sociaux et services publics sur l’agglo, le département, la région, en particulier l’arrière pays….

    – Les zones inondables …

    – Le ferroutage…

    – Comment mobiliser ?

    21h30 : Repas partagé (PAF : 5 euros)

    Contacts : Jean Valat 06 64 79 94 30 ou mail Ensemble !

  2. Bonjour Vous parle z d’alternative qui intéressent les habitants des hauts Canton Ici à Madagascar mon innovation est devenu nationale puisque le ministère de l’eau m’a proposé de mettre en place des toilettes humus dans mon optique et ce matin c’est le Ministére de la Jeunesse qui m’appelle . Pour l’instant depuis que je suis à Antanarivo j’ai conçu dans un quartier insalubre puisque les eaux souteraines affleurent des toilettes humus pour chaque fois 40 personnes . La dernière toilette est associé à un lieu de production d’humus et de vers du fumier sélectionnés

    Bien sûr nous en somme loin encore mais il vaut mieux y penser

    Recevez tous mes vœux pour cette nouvelle année

Laisser un commentaire,

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :
Lire les articles précédents :
solidarité intergénérationnelle
La Salvetat sur Agout : le Redoundel et la vieillesse, Bordel !

Lors des dernières élections municipales de Mars 2014 à la Salvetat sur Agout, la campagne...

Fermer