Midi-Languedoc, laboratoire du rassemblement FDG – EELV !

4

Ma dernière lettre s’offusquait non pas des résultats du sondage commandé par EELV concernant les élections régionales des 6 et 13 décembre 2015 en Languedoc – Roussillon-Midi – Pyrénées, résultats du premier qui ouvrent d’immenses perspectives à la liste du rassemblement FDG – EELV (16 % alors même que la campagne électorale n’a pas débutée se revendiquant d’une région solidaire, sociale et écologiste), mais s’offusquant  de l’analyse faîte sur  l’unique étude d’une triangulaire pour le second tour comme  si l’union avec le PS allait de fait.
En Midi – Languedoc, 16% pour le rassemblement FDG – EELV offre d’immenses perspectives pourtant la question « que faire au second tour », semble tabou !
EELV se comporte comme si le citoyen était le beurre, les candidats l’argent du beurre et Onesta voudrait se taper la crémière.
Si c’est avec cela que la tête de liste veut doper la campagne électorale auprès  des électeurs et surtout des citoyens engagés, il faudrait sûrement qu’il reprenne  la dose prescrite par la charte éthique de ce grand rassemblement qui n’a pas encore de nom et  affirmer qu’il est possible au soir du premier tour que nous fussions devant les socialistes.

Pour cela,  il est bon de rappeler à Onesta (mais pas que lui), quelques mots de personnalités déjà écrits dans  mon précédent billet « combat pour l’union en Midi – Languedoc « 

  1. Jennar : « pratiquer en interne et à l’égard des partenaires potentiels les mêmes comportements hiérarchisés et autoritaires et le même esprit partisan empêche de franchir le seuil de crédibilité qui permettrait aux abstentionnistes et aux protestataires d’aujourd’hui de nous rejoindre.
  2. Marlière : »des obstacles politiques et institutionnels majeurs empêchent toute réorientation à gauche du PS».
  3. Mélenchon   » l’enfant prodigue (EELV) n’a pourtant pas tous les droits !

Une personnalité locale :
Aimé Couquet, conseiller municipal PC/FDG à Béziers

Aimé Couquet

Aimé Couquet

Le chef de file historique du PCF local est à plus de 70 ans, un fringant retraité qui ne cache pas une certaine émulation  malgré Le 23 mars où Monsieur Aimé Couquet  a décroché un siège de conseiller municipal à Béziers en fusionnant avec le PS au second tour.
La triangulaire n’a pas empêché le résultat que Béziers a connu pour ces élections municipales de 2014 ! Personne n’oserait donc taxer Aimé Couquet de vouloir faire le jeu du FN, lui qui est  le premier opposant du maire Robert Ménard.
Couquet me transmettait l’appel des communistes de l’Hérault dont Nicolas Cossange et Sabrina Ould Aklouche sont les chefs de file. Un texte auquel il a  participé et qui résume sa position.

L'austérité ça suffit avec les communistes héraultais

 

 

 

pc-herault.regionales-2015-aime-couquet-beziers

 

pc- heraultais-partie 3

 

Jean-Michel Villeroux
( Ensemble! Ô cantons, fondateur ATTAC  Jaur Somail)

« Tout le monde ne peut pas faire des choses extraordinaires, mais tout le monde peut faire quelque chose »

Jean-Michel Villeroux

Jean-Michel Villeroux

Dans un contexte difficile où la pauvreté s’accroit et la peur d’y tomber aussi : 35% des habitants de Saint-Pons ont connu la misère, selon une étude du Secours Populaire, un dispositif sérieux de gauche plurielle s’est mis en place pour les Régionales de décembre.

L’alliance entre Les Verts et le Front de Gauche conduite par Gérard Onesta résout l’équation  à trois inconnues, équation dite de la ‘’convergence’’, dont la solution est définie par un membre carcassonnais du Parti Occitan :
« la gauche ne doit pas mourir. »

  • Première inconnue. Méfiance, ennui, voire dégoût pour la politique, défiance abyssale envers les partis,  lourd discrédit des gouvernants, (même des petits maires, celui de Saint Étienne d’ Albagnan par exemple) : les symptômes de la crise du politique sont connus. Des enquêtes régulières attestent que le mal s’enkyste dans la société française : sur la Vallée il y aura des listes marinistes aux prochaines municipales. De scrutin en scrutin, la progression de l’abstention  le confirme. Autour d’un programme qui défend le principe d’une économie mixte, la liste Onesta inverse la tendance alors que la scène politique était apparue ces derniers jours , confuse et artificielle, comme une caricature d’elle-même.
  • Deuxième inconnue. La preuve de la mutation, chez  les écologistes et le Front de Gauche, portée par la fusion de la gauche constructiviste. Depuis la candidature de Mélenchon  et le succès des Verts aux européennes de 2009,  on aurait pu penser que les deux  formations avaient anéanti toutes les attentes qu’elles avaient pu susciter.
    L'Humain d'abord avec le FDGLa structuration de la liste FDG – EELV sur l’Hérault concrétise le  projet de faire de la politique autrement. L’ambition de devenir, à côté des socialistes (Solfériniens leur serait une appellation plus soutenable) le deuxième pilier d’une gauche antidote à l’austérité de la Troïka s’esquisse (16% des intentions de vote dans un sondage de FR3). Un nouveau modèle de développement respectueux de la planète, économe de ses ressources, constituera la trame de la campagne ; comme les citoyens  du Plateau l’ont déjà si bien exprimé : « Faites votre énergie », c’était le thème d’un vrai remue-méninge  à La Salvetat sur Agout en mai dernier.
  • Troisième inconnue. L’impasse stratégique qui « crève » l’espérance comme le regrette Clémentine Autain quand elle vient à Béziers en juin. S’il paralyse toujours, le Hollandisme appartient d’ores et déjà au passé de la gauche vert et rouge. Entre les partisans du credo keynésien  traditionnel qui sont rétifs au pacte de responsabilité passé depuis deux ans avec les capitalistes, et les zadistes  du « sortir de la crise du politique par une économie de la gratuité », les ponts ne sont plus coupés.

Dans un paysage sinistré la liste Onesta apparaîtrait presque comme un havre de paix. Ce sera difficile d’aller au bout car il est pour le moins irénique d’espérer réinventer un bloc unitariste quand, depuis 20 ans, le peuple de gauche s’est délité sous l’effet de la crise et dispersé  dans les urnes, mais c’est « possiblement possible ».

Jean-Michel Villeroux ( Ensemble! Ô cantons, fondateur attac Jaur Somail)

 Midi-Languedoc : un laboratoire du Clash ?

« Dire ce que l’on va faire et faire ce que l’on a dit »
(parole d’un ancien trotskiste retraité…)

 la fusion avec le PS fait  très largement débat et ne va pas de soi chez bon nombre de militants.
Question : « Pourquoi voter  » gauche rassemblement FDG – EELV – citoyens » au premier tour en annonçant que nous fusionneront avec les socialistes de toutes manières au second ? »
Ce gouvernement nous tirent tellement vers le bas ! Nous dénonçons tant et tant leur politique austéritaire, leur abandon  des valeurs de gauche et leur virage électoraliste  vers la droite, certains socialistes  allant même jusqu’à parler de fusion avec les républicains dans la région Nord !
Bonjour la crédibilité  auprès des électeurs.
Jouer encore une fois les supplétifs pour sauver les places des socialistes qui mènent une politique tant décriée pour sauver la région des griffes du FN,

  • c’est ringard,
  • ça ne fonctionne pas,
  • ce n’est pas crédible malgré toutes les « Conditions » que pourra y mettre le FDG – EELV.

Tout se passe comme si les socialistes, embourbés dans l’austérité, se préparaient à fêter le centenaire du congrès de Tours  (1920) ! Un congrès de Tours à l’envers, où les minoritaires (les frondeurs) quitteraient le P.S  pour rejoindre le FDG…. Mais pourquoi donc attendre 2020 ?

Le soir du grand clash des élections régionales en Midi-Languedoc ?

Le maintien du rassemblement FDG – EELV au second tour est une possibilité qui doit être envisagée en Midi-Languedoc. Arriver  devant le PS/PRG au soir du 1er tour est aussi du domaine de « possiblement possible » . Quels sont  les socialistes qui nous rejoindraient et ceux qui feraient alliance avec les républicains et les centristes !
De ce clash, pourrait alors sortir une véritable refondation du paysage politique.
Il ne s’ agit donc plus d’être révolutionnaire (le mot fait encore peur) soyons « clashistes » ! Allons au bout de nos idées et affichons clairement nos positions. C’est à ce prix !

  • C’est à ce prix que nous serons crédibles.
  • C’est à ce prix que nous ferons revenir les abstentionnistes, ces électeurs fantômes qu’engendre de plus en plus, scrutin après scrutin, cette Vème République.
  • C’est à ce prix que nous ramènerons, au bon sens  démocratique, les électeurs abusés par le discours du FN.

La nouvelle région Midi – Languedoc peut-elle être le laboratoire du « Clashisme » lors de ces régionales 2015  afin, d’être les précurseurs pour les élections de 2017 ?
Notre indépendance soudera notre unité, notre unité sera le ferment de notre indépendance et oui, c’est à ce prix que nous deviendrons majoritaires.
C’est pourquoi, à titre personnel, n’engageant en aucune façon quelque composante du FDG -EELV que ce soit, je suis favorable quelle que soit les conditions, au maintien de la gauche radicale au second tours des élections régionales en Midi – Languedoc.

« Le courant brûlant de l’indignation n’est pas soluble dans les eaux tièdes de la résignation consensuelle »

Mort le 12 janvier 2010,  Daniel Bensaïd pense encore ! (Média-Part :Stéphane Alliès)

Daniel Bensaïd

Daniel Bensaïd

« […] Pourquoi nous, qui n’avons jamais été vraiment modernes, devrions-nous nous réveiller soudain postmodernes ? Pourquoi nous, qui n’avons jamais été blasés, devrions-nous nous découvrir soudain cyniques ? Pourquoi nous, qui n’avons jamais renoncé à rire de tout – mais pas avec n’importe qui –, devrions-nous désormais nous contenter de ricaner de rien ?

Au-delà de la modernité et de la postmodernité, il nous reste la force irréductible de l’indignation, qui est l’exact contraire de l’habitude et de la résignation. Il y a de la dignité dans l’indignation, dans l’inconditionnel refus de l’injustice, même lorsqu’on ignore encore ce que pourrait être la justice du juste.

L’indignation est un commencement. Une manière de se lever et de se mettre en route. On s’indigne, on s’insurge, et puis on voit. On s’indigne passionnément, avant même de connaître les raisons de cette passion. On pose les principes avant même de connaître la règle à calculer les intérêts et les opportunités :
« Puisses-tu être froid ou chaud, mais parc
e que tu es tiède, et ni froid ni chaud, je te vomirai de ma bouche». (Apocalypse de Saint Jean.)

à lire au sujet des élections Régionales 2015 en Midi -Languedoc, « la parade amoureuse des candidats envers les citoyens » dans Pas de roses sans épine.

Partage

4 commentaires

  1. Carcenac Frédéric le

    VOILA LA CAMPAGNE !

    pour moi, un seul objectif,

    UNE BOITE AU LETTRE-UN TRACT « NOUVEAU MONDE EN COMMUN ».

    Tous les habitants doivent savoir qu’ il est né !

    Le regroupement de tous les militants doit rendre cela possible, et, concrétisable !

  2. Pourquoi les électeurs se tournent vers le FN ? Posons-nous les bonnes questions. Parceque la politique en général c’est du baratin, de longs articles soporifiques illisibles pour la majorité des non érudits. L’électeur veut du visuel, du paris-match, de l’action réaction, pas du je tourne autour du pot suivant le vent et je tiens pas mes engagements. Une image, un paragraphe choc, et l’électeur suit…… À condition de trouver des vrais sujets d’actualités : le retour du coup de règle sur les doigts pour l’enfant turbulent, le coup de bâton aux chapardeurs/menteurs (ou pendu par les pieds 20 min, une variante possible), la remise en activité des lavoirs et puits pour la diminution de la facture énergétique, le retour du lien social, la diminution de l’IMC, et surtout la disparition du calcaire. Allez vive le lavoir, vive le puits, et le Carignan.

  3. Carcenac Frédéric le

    Bonjour,
    je suis las des arrangements de second tour et non établis a l’avance, et souvent contre nos objectifs!

    Je pose deux conditions a mon modeste vote pour la liste d’union de la vraie gauche :
    – le maintien décidé de cette liste au second tour, ou son retrait.(aucune alliance avec les Solfèriniens)
    – l’adoption d’une motion dans le programme pour appuyer:
    le passage a une nouvelle république, »faite par le peuple pour le peuple ».

    Merci.
    Frédéric.

    • Je suis heureux de te l’entendre dire. Je ne peux qu’approuver mais la mise en pratique pour s’y tenir, ne sera pas aisée surtout avec tous les faux-culs d’élus qui ne sont plus à quelques mensonges et reniements prés pour tromper les citoyens et conserver des places (j’en connais et même au FDG). Toi tu es las, moi je suis très en colère !

Laisser un commentaire,

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :
Lire les articles précédents :
c'était Jaurès
Régionales 2015, combat pour l’union en Midi – Languedoc !

"Les 6 et 13 décembre prochains, nous serons appelés aux urnes pour élire le Conseil...

Fermer