Amour gloire et beauté du Parc régional du haut languedoc

0

Suite au communiqué du collectif « Toutes Nos Énergies », il m’a été envoyé le commentaire suivant :

Nicole Robert, Posté le vendredi 24 février 2012 09:48

Réflexion à l’attention des membres de l’association « Toutes Nos Énergies »

et de ces personnes que se disent « défenseur du Parc contre le méchant éolien »!

Je ne comprends pas votre joie de voir l’agglo sortir du Parc. Quelle est votre stratégie contre l’éolien???

Si Mazamet et les autres communes que M. Bonneville a souhaité entraîner avec lui contre leurs grès sortent du Parc, cela implique que le Parc ne sera plus consulté pour donner un avis pour les futurs projets éolien qui se développeront sur la Montagne Noire. Les seuls bénéficiaires de votre stratégie seront donc les industriels éoliens qui auront un obstacle en moins pour concrétiser leur projet! Vous avez donc tout faux! Vous vous trompez d’adversaire!

S’il voulait vraiment être efficace, M. Bonneville aurait du rester dans le Parc pour travailler de l’intérieur et faire avancer les idées qu’il lui paraissait juste…

vous dénoncez l’éolien mais vous, qu’est ce vous faites de votre côté pour agir? Où sont vos actions?

Vous dites « la seule étude produite par le Parc est le schéma de référence éolien  » … c’est totalement FAUX!! Mon mari est agriculteur et a participé à des visites de sites de méthanisation agricole organisées par le Parc! J’ai moi même participé à une animation fait par le Parc sur les économies d’énergie dans l’habitat! Il suffit de se renseigner, de s’intéresser… de ne pas rester camper sur des positions stériles!

ah mais c’est sur que c’est plus racoleur pour vous de dire que le Parc ne fait rien… à part être déconstructif, vous ne faites pas avancer vos idées …

une habitante qui en a marre des gueulards …

pour votre info, même l’association France Nature Environnement (une référence!!) défend l’éolien sur terre et sur mer…

 

Je ne sais pas ce que répondra le collectif, mais en tant que rédacteur de ce blog, je me dois d’apporter ma propre réponse.

Il n’y a aucune joie de voir sortir l’agglo du parc simplement une certaine satisfaction pour toutes ces associations d’avoir remporté un certain succès depuis tant d’années d’actions diverses.

Si le bureau politique du Parc avait fonctionné de manière plus démocratique et avait su entendre les récriminations tant de ces associations, que de certaines communes, nous n’en serions pas là aujourd’hui !

En effet, dés 2009, des communes comme Anglés, La Salvetat, et d’autres ont voté des zones d’exclusion éoliennes sur leur propre territoire en conseil municipal.

En décembre 2009, à la conférence de Mazamet, la position de Monsieur Bonneville était claire et nette et n’a pas varié depuis. Continuer de l’intérieur pour une meilleure efficacité dîtes-vous ? N’est-ce pas ce qui à été fait jusqu’à présent ? Et pour quels résultats ?

Que dans de nombreux conseils municipaux ou la ratification de la Charte a été adoptée, cette adoption s’est faite à la majorité certes, mais pas à l’unanimité. Pour mémoire, le jeudi 16 février 2012, le conseil municipal d’ Anglés a adopté par 8 voix contre 4, entrainant la démission (du Parc) du conseiller municipal délégué qui n’avait manqué aucune réunion……

Le bureau politique du Parc, autiste et malentendant, s’enfermait dans son diktat : « aucune réserve à l’approbation de la charte sinon c’est l’exclusion. »

Que demandaient donc certains élus ?

Revenir aux fondamentaux de la charte de 1973 qui prévoyaient que le parc n’avait pas vocation à accueillir de grosses machines industrielles.

Adopter un amendement à la charte prévoyant une zone d’exclusion totale sur un périmètre défini à l’intérieur du Parc.

Que certains élus n’aillent pas au bout de leur logique par peur de perte du « LABEL » parc, par soumission ou pression diverses, voire par idéologie je vous le concède mais c’est tout à l’honneur de Monsieur Bonneville et des élus Mazamétains d’avoir su résister en ne votant pas la charte en l’état.

Cette charte est caduque depuis juillet 2011, mais le président Viallele se réfugiant derrière les nombreuses réunions publiques, où les « gueulards » comme vous dîtes, moi, j’emploierai le terme de « grognards » (c’est plus positif) n’ont pu être entendus.

Pour étayer mes propos, je vous rappellerai un sujet qui n’a rien à voir avec le Parc mais qui est très significatif du « problème éolien ». La très grande majorité des élus du littoral héraultais, toutes tendances confondues, de Gruissan (Codorniou) à Sète (D’ Ettore à Pietrasanta) se sont opposés véhément aux projets d’éoliennes en mer (voir encore le Midi Libre de samedi 25/02) et pour les mêmes motifs que l’on nous dénie dans l’Ouest Héraultais comme dans le Sud Tarn : pollution visuelle, atteinte au milieu maritime, danger pour l’économie touristique, danger pour la pêche, moindre attractivité des plages etc. etc.

Il est évident que nous n’avons pas la même puissance économique et démographique que le littoral mais cela ferait-il de nous des habitants de deuxième ordre ? Le lobby industriel de l’éolien agit… et selon que vous serez riches et puissants…..

Enfin on pourrait épiloguer sans fin sur le Parc Naturel Régional du Haut Languedoc : sa Démocratie, son Label, ses Fondamentaux etc., le blocage viendra de l’utilité de son industrialisation par l’éolien ou par le photovoltaïque au sol. (Surement pour reconvertir les agriculteurs en fermiers photovoltaïques et éleveurs de poules aux œufs d’or fussent au prix du sacrifice de ce territoire et de son patrimoine humain?)

N’oublions pas aussi que l’éolien, c’est comme les OGM ça impacte directement le voisin, même s’il n’en veut pas !

Pour conclure et pour trancher ce fort dilemme, il serait souhaitable que le Parc organise un REFERENDUM local (ce mot revient à la mode en cette période) en dehors de toutes considérations partisanes et idéologiques. Un référendum qui pose la bonne question, pas du genre « pour ou contre le Parc », ou « pour ou contre l’intégralité de la charte » mais simplement

« le Parc doit-il permettre l’installation de grandes machines industrielles au sein de son milieu naturel ?

Le président et son bureau politique n’en n’auront pas l’ AUDACE !!!

D’autre part, il m’a été envoyé un autre courriel (voir ci-dessous) en réponse à madame Nicole Robert.

 » Madame,

En réponse à votre mail sur le blog de Thierry Canals, je tiens à donner mon point de vue sur quelques sujets abordés.

Afin d’éviter de mélanger l’importance des idées, je les traite par paragraphe.

1- L’action des membres de TNE ne peut se réduire à l’expression de  » gueulards » .Ils sont tous respectables et ne font que s’exprimer sur une question de fond qui concerne notre environnement direct. Nous sommes en démocratie.

2- Personne ne peut se réjouir de voir les équipes d’élus d’une part, et les populations d’autre part, « se déchirer » depuis 10 ans sur l’impact inévitable que cause l’implantation massive d’éoliennes dans un territoire naturel comme le Parc.

3- Quant à l’impossibilité d’émettre une réserve à la charte du Parc, c’est totalement antidémocratique. Les juristes qui ont institué des règles aussi contraignantes, peuvent parfaitement les défaire, et en débattre, s’il s’agit de sauver l’intégrité sociologique de notre espace physique et humain .Idem pour les votes de communes ou de communautés d’agglomération.

4- Monsieur Bonneville et les maires refusant la multiplication d’usines éoliennes portant atteinte à la mission du Parc,  » la protection des paysages  » en autre, ne font qu’être fidèles à leurs électeurs et à leurs convictions. Il leur faut même un sacré courage pour tenir bon devant les pressions politiques. On ne change pas de l’intérieur un navire aussi rigide que le Parc.

Et pourquoi vouloir à tout prix 300 éoliennes dans le Parc ? soit les éoliennes sont une bonne chose, et on ne les limite pas, soit ça n’a aucun intérêt , et on arrête tout de suite . L’entêtement des dirigeants sur ce point n’a pas de fondement rationnel, sinon chercher le bras de fer politique .

5- Vous aimez les actions du Parc, très bien.

Laissez d’autres penser que ce sont les habitants qui ont fait de ce Parc un espace privilégié et préservé depuis des centaines d’années, et non l’inverse. Avec ou sans Parc, ce territoire est un lieu de ressources pourvu qu’on sache l’aimer .Et ceci , c’est nous , acteurs ruraux, qui le créons.

6- La FNE soutient l’éolien industriel ; oui, comme d’autres. Mais la FNE défend aussi les oiseaux et les plantes.

C’est une structure parisienne. Que savons-nous des rapports entre EDF et FNE, et des échanges FNE – gouvernement ?

7- Quant au sujet de fond, j’apporterai simplement un témoignage :

Vous n’avez sûrement pas eu la chance d’accompagner, comme moi, des groupes d’enfants dans ces lieux privilégiés des landes de Fontfroide ( commune de Fraïsse sur Agout , Hérault, Parc), où l’on cueille les myrtilles , on admire les tulipes sauvages, où fleurissent les bruyères mellifères, où les oiseaux ,rares ou communs, planent à 1000m dans des courants d’est en ouest . On y gravit petit à petit les marches magiques d’espaces infinis au bout desquels la Méditerranée scintille ; c’est la Paix, le silence et la beauté purs.

Même les plus jeunes s’émerveillent.

On leur explique que ce sont les balcons de l’Hérault ; qu’une goutte de pluie tombée à droite ira se perdre dans les fleuves gonflant la Méditerranée, et , qu’une goutte de pluie tombée à gauche ira rejoindre l’ Agout , puis le Tarn , et la Garonne jusqu’à l’Océan Atlantique . Un pied sur chaque versant de cette fameuse ligne de partage des eaux.

Et bien , cet été , après 10 ans de combat juridique, ces espaces magiques ont été livrés en pâture aux camions , foreuses, bulldozers, grues, bétonnières , dizaines de milliers de tonnes de béton , remorques de 80 tonnes apportant les machines, qui ont TOUT détruit en trois mois : sentiers, arbres, nids, nappes sableuses, herbages, bruyères, point de vue , et aussi , le grand silence régénérateur de la Nature .

Tout ceci avec la bénédiction du Parc !!!

Pourquoi ?

8- Pendant ce temps où les décideurs pulvérisent les temps et les espaces de rêve, aucune centrale nucléaire n’est supprimée. L’avenir de l’EPR n’a jamais été aussi rose.

Comment pouvez-vous leur faire confiance ?

9- Ce sont des pans entiers d’une économie rurale réinventée (hôtellerie, gîtes construit à bout de bras après les heures de bureau ou de tracteur, randonnées, restaurants, auberges fermières…..) qui s’évaporent d’un coup pour quelques dollars dans un budget municipal ou communautaire.

Ils ont tué la poule aux œufs d’or.

10- J’ai travaillé dans cet espace (avec ou sans Parc) pendant toute mon activité agricole. Nous avons créé notre outil de travail, nos enfants l’ont repris. Je ferai tout mon possible pour que ne se renouvellent plus ces  » invasions barbares».

 

Bernadette Ronez, La Salvetat sur Agout.

Partage

Laisser un commentaire,

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :
Lire les articles précédents :
Crépuscule centrale éolienne
Charte du Parc Naturel Régional- Manifestation Toulousaine

TOUS à Toulouse ! Le 31 janvier sera clôturée la « consultation publique » sur...

Fermer