CPIE du Haut Languedoc à la Salvetat sur Agout: conseil d’administration UBUESQUE

2

Alfred Jarry  aurait pu siéger au CPIE du Haut Languedoc à la Salvetat sur Agout, car il a inventé un art nouveau, où le langage est en rupture, en utilisant la parodie. Il est un précurseur  du XXe siècle  à la croisée de plusieurs mouvements.
Le nom  » Ubu  » est devenu si courant qu’un adjectif en est dérivé dans le langage usuel : « ubuesque », apparu en 1922,  désigne un mélange grotesque de cruauté et de couardise si courant au CPIE du Haut Languedoc.

Connaître les personnages d’Ubu Roi pour comprendre en quoi le premier conseil d’administration issu de l’ Assemblée Générale Extraordinaire du CPIE du Haut Languedoc à la Salvetat sur Agout fût UBUESQUE.

présentation -Alfred Jarry

UBU Maire ? CHAPEAU ALFRED !

  •  Ubu roi.
    Ancien roi , c’est un officier  (conseiller) général se laissant pousser par la mère Ubu et par l’appât du gain, il a tué Venceslas (un ancien roi surement prénommé Maurice ) pour prendre sa place, mais après s’être mis toute la population à dos à force de multiplier les impôts, il est renversé par Bougrelas (Maire du palais actuel) , le fils (spirituel ?) survivant de Venceslas.
  • La mère Ubu.
    Elle pousse Ubu à trahir Venceslas et le met en garde contre sa trop grande cupidité mais il ne l’écoute pas. Lorsque Ubu part combattre , elle tente de détourner le trésor . Chassée , elle se réfugiera dans une caverne (la com des Com ?) où elle cache le père Ubu.
  • Le capitaine Bordure.
    Allié à Ubu contre Venceslas. Ubu ensuite refuse de lui donner ce qu’il lui avait promis en échange . ( plusieurs capitaines tiennent le rôle de Bordure)
  • Ve n c e s l a s.
    Vieux roi disparu,  trahit et tué par UBU.
  • Bougrelas.
    Il est l’un des  fils de Venceslas, seul survivant de la famille  après le massacre perpétré par Ubu et ses hommes.

Le théâtre ne doit pas chercher à imiter le réel, le décor doit être intemporel, le personnage ne doit pas ressembler à un réel être vivant mais être une synthèse de différents caractères
Jarry souhaite en fait, sans y parvenir totalement, l’éviction du comédien de chair au profit d’un acteur-marionnette portant un masque, doté d’une voix fabriquée et d’une gestuelle universelle.
Toute psychologie est évacuée, il ne reste que les pulsions brutes : l’ambition, la cupidité, la lâcheté.
Jarry ouvrait ainsi la voie au théâtre moderne, ce que fût la première représentation du  Conseil d’administration du CPIE du Haut Languedoc  à la Salvetat sur Agout  ce vendredi 25 octobre 2013.

La Salvetat sur Agout :
Première représentation ubuesque des élus  au  conseil d’administration du CPIE du Haut Languedoc !

UBU  reste assez proche de ce qui se passe encore ici où là sur ce globe et particulièrement donc à la Salvetat sur Agout.
Ubu  roi décide que puisqu’il  trône, il n’est plus question de séparation des pouvoirs  :

le juridique, le judiciaire, l’exécutif… l’État, c’est lui.

Le conseil d’administration  du CPIE eût donc son quorum ; Le collège des élus  s’est présenté au grand complet, contraints et forcés peut-être par mon compte-rendu de l’Assemblée Générale Extraordinaire  et surtout  férocement remontés par le dernier billet de Panache Salvetois…
Privilège de l’âge, le  capitaine Jacques Mendès, le croquant de Rosis présida le conseil sous l’œil bienveillant de Madame Mathieu la présidente de la Communauté des Communes du Haut Languedoc et le regard déjà noir de Monsieur le conseiller général du Canton de la Salvetat sur Agout, Monsieur Cros Francis.

Le monde selon UBU "Parle à mon cul, ma tête est malade !"

Le monde selon UBU
« Parle à mon cul, ma tête est malade ! »

Il ne s’agissait pourtant pas de refaire le monde;  tout simplement d’élire un bureau :

  • Un(e) président(e),
  • un vice président,
  • un trésorier,
  • un secrétaire)

mais, « parle à mon cul, ma tête est malade! »

 

Poltron, goinfre de pouvoir,  pingre, prétentieux,  ne retenant rien de ses échecs… le portrait du politicard sans cervelle de base.
Autant le dire , sa tentative de coup d’état miteux  pour se réapproprier le CPIE du Haut Languedoc à la Salvetat sur Agout n’a  pas  réussi,  sauf à se rendre plus impopulaire en moins de 48h, par sa propre  faute d’ une vision de la politique totalement désabusée et cynique.
L’administrateur du collège des professionnels, Madame Darré-Gomez, ancienne présidente du CPIE du Haut Languedoc à la Salvetat sur Agout, première victime programmée des  vexations des institutionnels, se leva et quitta le conseil d’administration tout en lançant :

 » Je constate,  Messieurs, que vous n’avez pas changé.
Vous recevrez ma lettre de démission dés lundi. »

L’administrateur Francis Cros qui a quand même une chance hors du commun qui lui permet systématiquement d’échapper aux situations périlleuses où le met régulièrement sa bêtise, sa couardise et son incroyable incompétence démocratique qu’a révélé l’ A.G.E. , fût  abasourdi  par cette réaction ;  il essayât  en vain  de la retenir ;  un cinglant et définitif  « Non, c’est terminé! » fusait intempestivement.
Ubuesque, n’est-ce pas ? Ubuesque et triste à la fois !

  1. la seule personne en capacité de porter haut le CPIE du Haut Languedoc à la Salvetat ,
  2. la seule personne à avoir toutes les compétences requises pour assurer une bonne présidence,
  3. la seule personne au professionnalisme déjà reconnue par l’UNCPIE,
  4. la seule personne capable, dans la sérénité,  d’assurer les missions d’un CPIE.

Mais aussi,

  1. la seule personne qui faisait de l’ombre à l’institutionnel du spectacle,
  2. la seule personne  détachée de toutes contingences électorales,
  3. la seule personne à la neutralité parfaite dans son engagement pour le CPIE,
  4. la seule personne  respectée et reconnue par tous sauf  justement par ces élus engoncés dans leurs certitudes.

Ces institutionels, très largement majoritaires au sein du C.A.  avec quelques  administrateurs affidés  jésuites et bénédictins réunis, ont largement démontré ce soir là :

  1. que leurs préoccupations premières n’étaient pas le devenir du CPIE du Haut Languedoc et de ses salariés,
  2. que leurs larmes de crocodiles pour cette association  n’étaient que représentation théâtrale,
  3. que le  plan de sauvetage de Francis Cros avec sa liste bloquée était bien de s’exonérer des services de l’ancienne présidente Madame Darré-Gomez,
  4. que ce qu’ils n’avaient pu réussir à l’ A.G.E. de mercredi , hélas, se produisait en C.A. ce vendredi.

Ainsi, le départ de Madame Darré-Gomez , n’empêcha pas  ensuite les fanfaronnades de Francis Cros  et de ses Capitaines « Bordure » de perdurer jusqu’à s’en rendre ridicule : Ubu dans une grotte avec ses sbires, attaqués par un ours , se mettra hors de danger laissant les autres se dépêtrer avec la bête, et prétendra quand même avoir tout fait, car c’est grâce à lui bien sûr que l’animal a  été tué. Il a prié Dieu avec ferveur, et ça a d’autant mieux réussi, qu’il est monté tout en haut d’un rocher pour que ses prières aillent plus vite !!!
Sans  candidat à la présidence du CPIE, l’Administrateur Francis Cros, tête de liste déclarée aux prochaines élections municipales de la Salvetat sur Agout,  maugréant encore que son plan de sauvetage  rejeté,  prévoyait un président , qu’il refusât de dévoiler….  ! Toujours est-il que lui, de la présidence, il n’en voulait plus, et déclara plus  sournois que jamais : » Toi, Canals, avec tes 40 voix au cantonales et tes qualités de « journaleux », tu n’as qu’ à postuler  à ce poste. » UBUESQUE !
Réponse du berger à la bergère me direz-vous tant je les ai  férocement allumés dernièrement, mais  preuve encore, s’il en était besoin, qu’ils sont des lecteurs assidus de Panache Salvetois. Le Signal était donné pour que les Capitaines « Bordure » passent à l’action  ubuesque c’est à dire  grotesque, cruelle, méprisable, couarde, ringarde, obséquieuse et moqueuse :

  • Portrait officiel  d'un UBU

    Portrait officiel d’un UBU

    Jacques Mendés , pérorant sur son inaliénabilité d’édile, vendant ainsi la peau de l’ours avant de l’avoir tué, sautant comme le cabri cher à De Gaulle, s’époumonait :  » Canals président ! Je vote pour toi.  » A son âge, ce n’est guère prudent.  – – Ubuesque  – –          

  • André  Bacou, officier de réserve et sûrement terne  prétendant au trône Fraïssignol, m’envoya un obséquieux : « Môôôôôôôôssieur Canals, je vous prierai  de ne plus m’importuner  avec vos courriels » à me faire frémir; s’il pense que c’est avec de tels arguments qu’il est apte à rallier une majorité des suffrages des électeurs de Fraïsse sur Agout en Mars prochain ! Comme me disait un jeune Fraïssignol :  » c’est donner rendez-vous à un bouse de vache en se tapant le cul parterre ! » – – Ubuesque – –
  • Max Alliés ,  chasseur alpin à l’affût du beffroi de  Castanet me chicanait   sur l’appellation « CPNT » devenue entre 2002 et 2008 trop salée et peu pétillante, laissant ainsi percer une certaine jalousie envers le slogan de notre eau.
    A  sa demande  de répéter  « CPNT » , je répondais « Alliés » : CPNT / Alliés – CPNT / Alliés – CPNT / Alliés – CPNT / Alliés – – Ubuesque – –
  • Claude Moine, administrateur éducateur de 2ème classe, celui là même  qui, il y a quelques jours,  me refusait un entretien pour m’instruire du CPIE, jouait  le professeur prétentieux :  » Monsieur Canals, avec votre talent et votre verbe, présentez-vous ! »  Cet administrateur  collégien citoyen mérite assurément les palmes académiques du « Faux-culisme ». – – Ubuesque – –

Le pire fût évité à la Salvetat sur Agout !
Le bureau du CPIE  du Haut Languedoc est constitué .
Mission : atteindre  Mars  2014 !

C’est donc sous les ricanements gras de leurs sarcasmes que la jouant modeste, je les remerciais car sans leur inconséquente fuite de l’ A.G.E. de mercredi, je n’aurai jamais été élu au  conseil d’administration du CPIE du Haut Languedoc  et ne siègerait donc pas ce soir avec eux. Pour encore graisser leurs ricanements ( ce qui ne manquât pas d’être), je leur fis remarquer mon incompétence pour un tel poste puisque tout nouvel adhérent .
« Comment , après 20 ans de présidence Cros, 2 ans de présidence Darré-Gomez pouvait-ils songer donner la présidence à un administrateur de 2 jours ?  »  Ubuesque !
Ces enfants gâtés de la République considérant que j’avais cassé « leur jouet » était prêts à me remettre les clefs du CPIE , quitte ensuite à me jeter les mêmes peaux de bananes qu’à Madame Darré-Gomez ?   Ubuesque !
Ces notables gâteux de la République étaient bien loin,  ce soir là,  des préoccupations  affichée d’un CPIE en danger d’un chavirage financier.  Ubuesque !
Ces naufragés anti-démocrates de la République étaient surtout soucieux que le CPIE ne soit plus le bureau après-vente du service clientèle pour les prochaines élections municipales. Ubuesque !

Léon BLUM

Léon BLUM

 

Je revois encore , sur un siège très  proche , Madame Marguerite Mathieu, enfouir son visage dans ses mains telle la Madone, pencher sa tête vers moi et implorer un triste  » Arrête Thierry, arrête ! »
Je n’arrêtais pas, je n’arrêterai pas, leur promettant même un compte-rendu du dernier conseil communautaire à Castanet-le-Haut le mois dernier.  Des haut-le-cœur et cris d’orfraies exultèrent pour me faire remarquer qu’en tant qu’administrateur je me devais à un certains devoir de réserve.

Reviens Léon , reviens , tu avais les mêmes à la Maison en 1936 !

Le pire fût donc évité, je ne cédais pas à leur ubuesque proposition d’être Président du CPIE,  au grand soulagement de certains, mais je venais de connaître, dans ces échanges au ras des pâquerettes, le pire moment de solitude de ma vie.

Il ne s’agissait pourtant pas de refaire le monde;  tout simplement d’élire un bureau :

  • une président(e) : Madame Claire knuffer.
  • un vice président : Monsieur Thibault Estadieu,  Maire de la Salvetat
  • un trésorier : Monsieur Jim Ronez.
  • une secrétaire : Madame Séverine Delacroix.

Je terminerai ce billet par une bien bonne  du père Alfred :
« L’indiscipline aveugle et de tous les instants fait la force principale des hommes libres. »

Partage

2 commentaires

  1. Pierre et Bernadette le

    Droit ou devoir ?( de réserve ).
    Lorsqu’il s’agit de fonds publics , tout le monde a le droit d’être informé .

    Panache ? ! ; on en parle du sud au nord et de l’est en ouest , au delà des limites du canton , en bien ou en mal .

    N’oublions pas que ce billet n’a rien à voir avec le compte-rendu administratif de l’AGE ; il est une page de création et d’expression littéraire , qui avec ses petits défauts , nous intéresse, parce qu’elle est unique .
    Pour comprendre qu’elle a sa place ici , il faut revenir aux fondamentaux : la liberté d’expression , définie dans la déclaration des droits de l’homme de 1948 .
     » Tout individu a droit à la liberté d’opinion et d’expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considération de frontières les informations et les idées par quelque moyen d’expression que ce soit  » .

    Un texte de jurisprudence de la Cour Européenne des droits de l’Homme du 7/12/1976 précise :  » La liberté d’expression vaut non seulement pour les  » informations » ou  » idées » accueillies avec faveur ou considérées comme inoffensives ou indifférentes, mais aussi pour celles qui heurtent, choquent ou inquiètent; ainsi le veulent le pluralisme, la tolérance et l’esprit d’ouverture sans lesquels il n’est pas de « société démocratique » . « 

  2. C.est avec ce même droit de réserve que nos chers administrateurs peuvent faire à peu près tout ce qu’il leur semble bon(pour eux) et qu’ils « tiennent » au silence leurs administrés (enfin certains qui y trouvent leur compte).
    Ce droit de réserve est une grosse rigolade……
    Sorsha

Laisser un commentaire,

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :
Lire les articles précédents :
Anna l'abeille du CPIEHL
CPIE une Assemblée Générale Extraordinaire qui dégénère !

Je sais qu'encore une fois je vais être mal jugé, simplement souffrez, chers lecteurs que...

Fermer