Le parc éolien de Fraïsse-sur-Agout vendu ? la marque PNRHL !

5

 

Les citoyens  de Fraïsse sur Agout, comme ceux du Canton de la Salvetat sur Agout,
comme ceux de la Communauté des Communes de la Montagne du Haut Languedoc (CCMHL),
comme  aussi  ceux de bien des communes du Parc Naturel Régional du Haut Languedoc (PNRHL) avec une pensée particulière pour les habitants de Ferrières-Poussarou , seront ravis d’apprendre la dernière sur le « grand mensonge de l’éolien industriel » : EDF-EN vend ses centrales éoliennes à l’étranger; les bons mots des « élites » du PNRHL sur le développement durable, l’autonomie énergétique et la solidarité rurale sont bien mises à mal.

« Lamentable ! …..vous avez dit « lamentable » ? ….. Comme c’est lamentable !

Bonne lecture d’une lamentable histoire…………..

 

 

 

Communiqué de presse  de  la FED  du 14 nov.2013

F - E - D

Éolien : le couple franco-allemand disjoncte

Cette semaine, Berlin vient d’annoncer sa volonté d’arrêter le développement de l’éolien en Allemagne.  Voir Le Monde.fr avec AFP du  11.11.2013 : « Berlin veut freiner les subventions aux renouvelables ».

Depuis 2001 l’Allemagne sert de modèle aux dirigeants de notre pays pour justifier la politique de développement de l’éolien en France avec comme argument fondamental : « La France est en retard sur l’Allemagne ».

Cette décision met en lumière l’absurdité du programme français actuel dont l’historique est le suivant:

  • En 2001 les ministres de l’écologie Dominique Voynet, Yves Cochet et le conseiller politique Denis Baupin ont justifié le lancement du programme éolien français en se référant à l’Allemagne et en mettant en place un système de ponction économique des consommateurs à travers un système de tarifs de l’électricité.
  • De 2007 à 2012, le développement éolien a été accéléré par les Ministres de l’environnement Jean-Louis Borloo et Nathalie Kosiusco Morizet, organisateurs du « Grenelle de l’environnement ». Pour atteindre les objectifs de 19.000 Mégawatts, soit environ 12.000 éoliennes terrestres, Jean-Louis Borloo a imposé aux préfets, sous peine de sanctions, des quotas annuels d’éoliennes à implanter par département.
  • Depuis 2012, le programme de la « Transition Énergétique » de François Hollande a amplifié le développement éolien sans en faire le bilan. Le nombre d’éoliennes terrestres pourrait atteindre 25.000, impacter 36.000 communes déclarées arbitrairement propices à leur implantation et dégrader plus de la moitié des paysages de la France.

Ce programme est actuellement porté par le député socialiste François Brottes qui tente de faire voter, au mépris des fondements mêmes de la démocratie, des nouvelles lois ayant pour objectif de supprimer les dernières barrières juridiques qui protègent encore la population. Il a pour appui des élus socialistes Roland Courteau, Philippe Plisson, et les dirigeants du parti Europe Écologie les Verts, Denis Baupin, Jean-Vincent Placé et la ministre Cécile Duflot.

Depuis 2001 l’Agence de Maitrise de l’Énergie (ADEME) organisme public dépendant du ministère de l’écologie, a été pilotée par un de ses anciens directeurs, Jean Louis Bal nommé depuis 2011 Président du syndicat des promoteurs éoliens.

Contrairement à son devoir normal d’impartialité, cette agence a fait le nécessaire pour inonder la France de documentation « pro éolienne », directement inspirée par les syndicats des promoteurs. Elle a vanté sans réserve les merveilles du modèle allemand au profit des seuls promoteurs et au détriment des citoyens.

Aujourd’hui, partout en France, la lutte civique anti éolienne prend une ampleur importante, non seulement avec l’appui de la Fédération Environnement Durable forte de ses 900 associations mais aussi grâce aux associations du patrimoine qui dénoncent avec fermeté le saccage inutile de notre pays et le désastre économique qui l’accompagne. Voir Le Parisien du 11.11.2013 : « la France de Monuments se bat contre les éoliennes ».

Compte tenu des faits récents il n’est pas possible que la France poursuive cette politique éolienne obsolète, ruineuse et destructrice, alors que l’Allemagne qui est « en avance » est en train de l’arrêter.

Jean-Louis Butré
Président Fédération Environnement Durable
http://environnementdurable.net
contact@environnementdurable.net

 

 Autonomie énergétique :
Les bons « Maux »  du développement durable dans le PNRHL !

les éoliennes "marguerite"Alors même que l’Allemagne est en train d’arrêter sa politique de développement éolien, elle se doit de remettre  en marche des centrales à énergie fossile (gaz, charbon, pétrole); ceci va donc inévitablement augmenter ses émissions de CO²  et enfreindre  les accords de  Kyoto limitant  les seuils des émissions de gaz  à effet de serre  que de nombreux pays, dont l’Allemagne, ont signés.La solution, pour ces braves gouvernants, pour respecter les seuils de ces fameux accords est d’acheter ce qu’on a appelé des « droits à polluer » en achetant  à l’étranger des centrales « dites propres ».
Ainsi une société,   achetant  la centrale éolienne de Fontfroide sur la commune de Fraïsse sur Agout, permettra au gouvernement Allemand d’intégrer  dans  sa production énergétique nationale , la production de Fontfroide et d’affirmer que leur Pays  tente de respecter les fameux accords.(pour schématiser)

Que penser alors des fameuses déclarations du président du PNRHL, comme celles de la présidence de la CCMHL, affirmant urbi et orbi, que les « ruraux » devaient par solidarité avec les « urbains » participer à l’autonomie énergétique de la France. Discours mille fois entendu dans l’interprétation du  Rigoletto de Verdi .

Affiche ferrièresEDF-EN , le sauveur  des budgets des communes rurales, vend ses centrales d’énergie  renouvelable, même celles fraichement inaugurées,   à l’ Allemagne. Les Fraïssignols , surement ravis de savoir que leur centrale éolienne produisant de l’électricité solidaire pour 40.000 foyers non plus Montpellierains mais Allemands, doivent apprendre à dire « Merci » en allemand : DANKE  EDF-EN/ DEUTCHLAND.

 

Le cas alarmant  de Ferrières-Poussarou, mais d’autres communes  sont aussi programmées comme dans le Parc Naturel Régional des Grands Causses (voir Pour ou contre les éoliennes en Aveyron ) ,ce futur parc éolien est-il projeté pour suivre un jour le même chemin que la centrale éolienne  de Fraïsse sur Agout  au col de Fontfroide ? Ce serait la nouvelle version originale et colorisée de « La vache et le prisonnier » en marche pour la Liberté !

Citoyens :  Tous  à Ferrières – Poussarou

Sauvons  Ferrières Poussarou Cliquez pour agrandir

Sauvons Ferrières Poussarou

Sauvons Ferrières Poussarou

 

 

 

Partage

5 commentaires

  1. Objet : Tr: tr: 14.000 ÉOLIENNES ABANDONNÉES AUX USA ! ce sont les modèles des politiquements corrects FRANCAIS! ce sera bientôt notre tour, alors?!… 14.000 ÉOLIENNES ABANDONNÉES AUX USA ! Les Etats Américains ont été très tôt, les premiers bernés par la « religion  » du vent, et ses apôtres ! > > Dès 1981, sous la poussée des « Evangélistes verts », les gouvernements de différents états américains, dont entre autres la Californie et Hawaï ont lancé la construction de ce qu’ils appellent les « Wind Farms ». Les financements de ces mégaprojets ont été évidemment payés par les taxes des contribuables. Comme en Belgique des taxes payées par les Citoyens…. > > Il a fallu dix ans pour se rendre compte que les éoliennes n’étaient pas rentables pour des raisons évidentes : énergie intermittente donc rendements totalement insuffisants, coûts de maintenance et coûts de fonctionnement extrêmement élevés…… car pour que les mécanismes des éoliennes ne se dégradent pas, il faut qu’elles tournent. Le comble, c’est de devoir les faire tourner quand il n’y a pas de vent ! > > Mais un autre dilemme s’est présenté, il a fallu arrêter les éoliennes quatre mois par an, car elles décimaient des milliers d’oiseaux migratoires. Un des sites d’éoliennes a recensés plus de 10.000 oiseaux tués sur une année ! > > Les financiers américains et les contribuables US sont des gens pragmatiques. Ils ont fait leurs comptes. La bulle énergétique éolienne n’était valable qu’avec les subsides des gouvernements des différents états. Et au grand désespoir de tous les lobbies et associations d’illuminés verts, les gouvernements ont décidés de tout arrêter. Le résultat global est apocalyptique en plus d’être une énorme perte financière. > > Donc, depuis des années 14.000 éoliennes, croupissent, se déglinguent, rouillent dans les immenses « Wind farms » abandonnés à tout jamais. Des fortunes dépensées à la gloire du dogme vert. > > Il me reste une question importante : les écolos belges ont-ils fait des études de rentabilité sur leurs élucubrations…..à moins qu’ils ne se disent que les citoyens Belges paieront de toutes façons ! En Belgique un même désastre est à prédire ! N’est-il pas répréhensible de lancer un pays sans comparer avec les réussites et les ratés d’autres pays dans ce domaine. > > Cela s’appelle pour les vrais professionnels : « Un retour d’expérience ». Mais peut-être que les écolos en Belgique, enfermés dans leur bulles ne sont pas l’écoute des autres, imbibés de leurs dogmes et pénétrés de leur intégrisme. Ou peut-être, les ondes hertziennes ne traversent pas les parois des cavernes où ils vivent ! JEAN PIERRE SAUVAGE

  2. Éolien : le couple franco-allemand disjoncte Berlin vient d’annoncer sa volonté d’arrêter le développement de l’éolien en Allemagne. Voir Le Monde.fr avec AFP du 11.11.2013 : « Berlin veut freiner les subventions aux renouvelables ». Depuis 2001 l’Allemagne sert de modèle aux dirigeants de notre pays pour justifier la politique de développement de l’éolien en France avec comme argument fondamental : « La France est en retard sur l’Allemagne ».Cette décision met en lumière l’absurdité du programme français .
    Plus d’info sur le lien suivant : http://www.lemonde.fr/europe/article/2013/11/11/berlin-veut-freiner-les-subventions-aux-energies-renouvelables_3511898_3214.html

    • Bernadette,
      Dire « merci en allemand » ne signifie dire « merci aux allemands » surtout qu’avant j’ai parlé des « nos braves gouvernants ».
      Dans mon esprit, rien donc contre les citoyens allemands qui connaissent pour certains une très grande précarité : l’ Allemagne n’ ayant pas de SMIC par exemple, certains emplois sont payés 3 euros de l’heure…
      Panache Salvetois n’est qu’une Chronique locale, ce ne sont que des billets que j’ écris, avec l’ instantanéité du moment, j’ai beau me relire je n’ai pas de comité de relecture comme dans la rédaction d’un journal et donc certaines choses peuvent m’échapper.
      Ça peut paraître tendancieux de dire « Danke » mais je ne l’ai pas ressenti comme ça; c’est bien que on me le signale afin de clarifier les points de vue car bien des choses peuvent paraître tendancieuses à certains lecteurs et pas à d’autres.
      pour vous donner un exemple : La vache et le prisonnier ! Vous n’avez pas trouvé ça tendancieux ? et pourtant ça l’est forcément et j’assume !

Laisser un commentaire,

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :
Lire les articles précédents :
La caste cannibale phagocite le CPIEHL
CPIE du Haut Languedoc à la Salvetat sur Agout: conseil d’administration UBUESQUE

Alfred Jarry  aurait pu siéger au CPIE du Haut Languedoc à la Salvetat sur Agout,...

Fermer